Nous suivre

Formule 1

5 juillet 1981 : Premier Grand Prix pour Alain Prost

Publié

le

5 juillet 1981 - Premier Grand Prix pour Alain Prost
Photo Icon Sport

FORMULE 1 – Après une première année en Formule 1 mitigée mais prometteuse chez McLaren, Alain Prost débute sa nouvelle saison chez Renault. Les premiers Grands Prix sont laborieux pour le pilote français mais en ce 5 juillet 1981, il va trouver son élan … en France !

Ça s’est passé le 5 juillet 1981

Quoi de mieux que de remporter sa première victoire à domicile ? Encore plus avec une voiture française à vrai dire. Après les qualifications, Alain Prost se place en troisième position. Devant lui, son compatriote René Arnoux et le Britannique John Watson. Mais il fallait avoir un œil derrière au départ de ce Grand Prix de France. Dès les premiers mètres, le Brésilien Nelson Piquet, lancé quatrième, passe en tête. Rien ne peut permettre alors au Français de s’imposer. Rien, sauf peut-être la pluie. Cette dernière étant trop violente, la course est interrompue alors que seuls 58 tours ont été effectués sur les 80 prévus.

Pas le choix, un nouveau départ est donné pour terminer ce circuit de Dijon-Prenois. Seulement pendant la pause, le futur quadruple champion du monde et son équipe en ont profité pour changer de pneus. Et ce changement fait toute la différence sur piste humide. Le Tricolore prend rapidement l’avantage, laissant derrière lui le Brésilien, incapable de retrouver ses sensations. Fin du Grand Prix, le calcul des temps des deux manches fait, Alain Prost remporte sa première victoire, un succès tant attendu par le Français et son écurie.

Info : Cette victoire a permis au Français de le libérer d’un poids. Il remporte cette même année 1981 deux autres Grands Prix (Pays-bas et Italie). Quant à son surnom de « Professeur », il lui a été attribué la première fois par Pierre Blanchet après le GP d’Autriche en 1983. Retrouvez l’histoire de ce surnom en suivant ce lien.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une