Nous suivre

Endurance

6 Heures d’Imola 2024 : Toyota l’emporte face à Porsche au terme d’un gros duel

Antoine Ancien

Publié le

6 Heures d'Imola 2024 Toyota l'emporte face à Porsche au terme d'un gros duel
Photo Icon Sport

WEC – 6H D’IMOLA – À l’issue d’un duel final haletant avec Porsche, Toyota s’est imposé ce dimanche sur l’Autodromo Enzo e Dino Ferrari, grâce au trio de la #7 (Kobayashi-Conway-de Vries). Deuxième, la Porsche #6, lauréate lors de la manche inaugurale des 1812 km du Qatar, conserve la tête du championnat. La deuxième Porsche, la #5 complète le podium. En LMGT3, BMW signe le doublé.

Un départ chaotique, des conditions météorologiques changeantes et des stratégies différentes. Il est peu de dire que les 6 Heures d’Imola, deuxième manche du championnat du monde d’endurance (WEC), nous ont offert un beau spectacle ce dimanche. Un spectacle avec son lot d’incertitudes pour la victoire, qui s’est dessinée dans les toutes dernières minutes de course. Au prix d’un duel sans merci entre Kamui Kobayashi et Kevin Estre, c’est la Toyota #7 qui s’est finalement imposée devant le trio de la Porsche #6.

Déjà, les qualifications de la veille avaient donné l’impression que la course allait être serrée, et ceux malgré une domination certaine des Ferrari. En première ligne ce dimanche, les 499 P devançaient sur la grille les Porsche et Toyota.

Gros carton au départ, plusieurs Hypercars au tapis

Il ne faut pas attendre très longtemps pour assister au premier fait de course. À l’amorce du premier virage, ça freine très fort. Peut-être un peu trop pour Matthieu Vaxiviere, à bord de l’Alpine #36 qui percute la Peugeot #94 de Paul di Resta et la BMW #15 pilotée par Marco Wittmann. La deuxième Alpine, la #35 et l’Isotta Fraschini #11 ne sont pas totalement épargnées par ce gros accident au départ.

Passé ce premier évènement, la Scuderia Ferrari a logiquement imprimé le tempo avec les trois autos en tête, les officielles devant l’AF Corse #83. Les Porsche et Toyota qui suivent se sont intercalés avant la première salve d’arrêts au stand. Loin de jouer les premiers rôles, les Françaises Alpine et Peugeot n’ont jamais semblé être dans le coup et ont passé la majorité de l’épreuve en milieu et fond de classement. Rappelons que l’équipe d’Olivier Jansonnie étrennait pour la première fois en compétition sa nouvelle auto, avec la pose d’un aileron arrière.

Après la mi-course et la lutte interne qui s’en est suivie entre les deux 499 P officielles, la #51 de James Calado et la #50 de Miguel Molina, la pluie est venue complètement redistribuer les cartes, à la faveur de stratégies différentes.

La bataille stratégique remportée par Toyota

Ferrari le regrettera sûrement pendant très longtemps. Fallait-il arrêter les 499 P une fois que la pluie s’est abattue sur le tracé d’Imola ? Assurément, c’était la décision que les ingénieurs de la Scuderia auraient dû prendre. Alors que ses adversaires directs Porsche et Toyota se sont arrêtés chausser les pneus pluie, Ferrari est resté en piste.

Un choix fort contestable. Dans les tours qui ont suivi, les trois Ferrari ont été contraintes de passer au stand changer leurs pneumatiques, ce qui a annihilé toutes chances de victoire.

C’est donc vers un duel entre Toyota et Porsche que le sort de cette course s’est joué. Au terme d’une dernière heure et demie d’un très grand et passionnant duel entre les deux constructeurs, Toyota en est sorti vainqueur. Le trio formé par Kobayashi-Conway-de Vries a résisté à la remontée impressionnante de Kevin Estre, pilote de la Porsche #6. Mais l’Allemande comptait de toute manière une pénalité de cinq secondes, pour un non-respect d’une procédure de Full course Yellow plus tôt dans la course.

Toyota l’emporte donc devant les deux Porsche officielles, la #6 devant la #5. La grosse déception vient de Ferrari qui place sa première auto à la 4ème place, juste devant la deuxième Toyota. Belle performance de la BMW #20 qui franchit la ligne en 6e position, tandis que la première Peugeot se classe à la 9e place.

BMW signe un doublé en LMGT3

La lutte intense et serrée en Hypercar nous aurait presque fait oublier la catégorie LMGT3. Là aussi, il y a eu du suspense du début à la fin. La bataille a fait rage entre Porsche et BMW, et dans une moindre mesure Ferrari. Déjà lauréat lors de la manche inaugurale au Qatar, le trio de la Porsche #92 du Manthey Purexcing (Malykhin-Sturm-Bachler) a réalisé un début d’épreuve de haute volée. Avant que les deux BMW, la #31 et la #46 ne sonnent la charge.

Longtemps, la Porsche #92 a lutté avec les BMW du team WRT mais au final, les Allemandes ont bien eu le dernier mot. C’est même un doublé pour la marque bavaroise, la #31 du trio composé d’Augusto Farfus, Sean Gelael et Darren Leung devançant la #46 d’un certain Valentino Rossi. La Porsche #92 complète le podium.

Le prochain rendez-vous du championnat du monde d’endurance se tiendra le 11 mai prochain, à l’occasion des 6h de Spa-Francorchamps.

Journaliste/rédacteur depuis mai 2021 - Coupe de monde de football, Roland-Garros, 24h du Mans autos...Qu'importe la compétition sportive, je vis le sport à chaque instant de l'année. Passionné depuis l'adolescence par son histoire, ses enjeux ainsi que par le milieu du journalisme, c'est en toute logique que j'ai décidé de rejoindre l'aventure Dicodusport. Mon but ? Vous transmettre ma fièvre sur chacune des disciplines.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *