Nous suivre

Football

À Steve Mandanda de jouer

Romain Delanis

Publié

le

AFP

Propulsé numéro 1 pour les 4 prochains matchs de l’équipe de France, Steve Mandanda est de retour sur le devant de la scène après une saison 2018-2019 très difficile. Le moment pour lui de se montrer de nouveau sous le feu des projecteurs pour les rencontres importantes qui attendent les Bleus.

« Steve Mandanda revient en N°2 »

Prime à l’expérience ! Pour les deux matchs cruciaux des Bleus qui arrivent, dont le premier ce soir face à l’Islande, le sélectionneur de l’Équipe de France Didier Deschamps a décidé de faire confiance au portier de l’Olympique de Marseille, Steve Mandanda, pour palier à la grave blessure du capitaine Hugo Lloris.

On peut dire que Steve Mandanda, doublure habituelle d’Hugo Lloris, revient de loin. Absent des rassemblements de juin et septembre aux profits d’Alphonse Aréola, Mike Maignan ou encore Benjamin Lecomte, le portier olympien pouvait peut-être voir sa carrière internationale s’arrêter à 34 ans, après l’avoir débutée en 2008.

Cet été, Mandanda a remis les bouchées doubles pour revenir en puissance et faire un début de saison solide avec l’OM (il est le gardien à avoir fait le plus d’arrêts en Ligue 1 Conforama, 30). Son passage à Merano, centre de remise en forme, lui a fait du bien cet été tant sur le plan physique que sur le plan mental. Jouer 10 ans à l’OM, être sur le devant de la scène, ça use forcément. Après avoir retrouvé le brassard de capitaine de l’équipe phocéenne, l’ancien havrais retrouve l’Équipe de France pour son plus grand plaisir : « J’ai connu tellement de moments ici que je n’ai pas l’impression d’être parti. Ça m’a fait énormément de bien de retrouver tout le monde »

« Il fenomeno » honorera donc une 29èmesélection plutôt inattendue ce soir à Reykjavik dans un match plus qu’important dans le cadre des qualifications pour l’Euro 2020. Dans des conditions climatiques difficiles, Steve Mandanda aura forcément un rôle à jouer face à des Islandais qui n’ont pas perdu depuis 6 ans sur leur territoire.

Romain Delanis


Capable de passer un samedi après-midi devant la Ligue 2 puis le biathlon sans oublier la finale de l’ATP Rotterdam, j’aime aussi mettre mon réveil pour me faire un Pistons/Bulls qui rappelle de bons souvenirs. Tout cela, j’ai choisi il y a maintenant quelques temps de vous le raconter avec Dicodusport, pour vous faire vivre ma passion parfois inconsidérée pour le sport en général (mais surtout le foot faut se l’avouer).

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?