Nous suivre

Tennis

Amélie Mauresmo « a cru a un canular » lorsque Murray est venu la chercher

Julien Correia

Publié le

Amélie Mauresmo a cru a un canular lorsque Murray est venu la chercher
Photo Jonathan Brady / PA

Retirée du circuit depuis 2009, Amélie Mauresmo est revenue sur quelques faits majeurs de sa carrière. Ceci à travers un échange avec Arnaud Di Pasquale sur Eurosport.

L’ancienne numéro 1 mondiale qui possède l’un des plus beaux palmarès du tennis français féminin, on ne la présente plus. Elle, c’est Amélie Mauresmo. Si tous les amoureux de la petite balle jaune connaissent son palmarès sur le bout des doigts, elle a livré quelques détails intéressants sur sa carrière.

Tout d’abord, celle qui a inscrit son nom au palmarès de Wimbledon, de l’Open d’Australie ou encore de la Fed Cup s’est exprimée sur un élément extérieur au sport. Son coming-out out en 1999 : la joueuse était alors âgée de 19 ans. « Je ne l’ai pas bien vécu, j’étais très jeune et ça m’a énormément pesé. Naïvement, je n’avais pas anticipé toute l’attention et c’était très lourd à porter. Je me suis quand même vite détachée et les gens ont vu la joueuse de tennis. »

« Je croyais que c’était un canular, une connerie »

Malgré tout, elle a su se montrer d’une force de caractère importante pour se faire une place parmi les plus grandes joueuses du circuit. Elle s’est attardée sur son après carrière de joueuse. Et plus précisément sur sa collaboration avec Andy Murray. Ce dernier étant venu la solliciter en 2014. « Je croyais que c’était une connerie, un canular. Après Ivan Lendl, qui était bien mieux que moi, je ne voyais pas ce que je pouvais lui apporter… J’avais l’impression d’avoir une énorme responsabilité, que si je me plantais, toutes les femmes se plantaient avec moi ! Tout s’est très bien passé avec lui, mais je ne me sentais pas à ma place. Je pensais que les autres coachs ne me respectaient pas car j’étais une femme. Certains, au sein de son staff, sont partis. »

Enfin, celle qui aura donc gagné deuxtournois du Grand Chelem souhaiterait un changement dans les finales. Elle aimerait que les femmes, comme les hommes, disputent leurs finales en cinq sets : « J’aurais adoré en jouer. Je pense que les filles rentreraient mieux dans leurs finales de manière générale, alors que c’est trop souvent à sens unique. On montrerait alors le tennis féminin sous un autre jour, au niveau physique et sportif. »

Julien Correia


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une