Nous suivre

Tournoi des 6 Nations 2021

Angleterre – France : Qui est Max Malins, l’arrière du XV de la Rose ?

Alexandre Jeffroy

Publié

le

Angleterre - France - Qui est Max Malins, l'arrière du XV de la Rose
Photo Icon Sport

TOURNOI DES 6 NATIONS 2021 – Depuis plus d’un an, Eddie Jones se trouve régulièrement sous le feu des critiques. Le manque de rotation du XV de la Rose est notamment pointé du doigt. Mais face à la France, samedi, le gourou australien a choisi de se passer d’un cadre de son équipe, Elliot Daly. À la place, Max Malins honorera sa première titularisation au poste d’arrière. Un joueur que les Bleus devront surveiller à tout prix !

Âgé de 24 ans, Max Malins fait régulièrement parler de lui outre-Manche, depuis deux ans maintenant. Formé aux Saracens, Max Malins constitue l’une des plus grandes promesses du rugby anglais. Avec la descente des Saracens en deuxième division anglaise, suite aux sanctions liées au dépassement du plafond salarial, Max Malins a dû être prêté. Comme son compère, le troisième ligne Ben Earls, Max Malins se retrouve aux Bristol Bears pour la saison 2020-2021. Depuis le début de saison, l’ouvreur ou arrière anglais excelle en Premiership et fait les beaux jours du leader actuel du championnat. De plus, il était titulaire lors de la finale de Challenge Cup remportée par Bristol face à Toulon, en octobre dernier. Il avait même inscrit un essai.

Daly sur le banc, Malins doit saisir sa chance

Max Malins ne sort pas de nulle part. Avec ses performances en club, le prodige des Saracens, et de Bristol cette saison, a obtenu la confiance de son sélectionneur, Eddie Jones. De plus, il s’est également montré dans les sélections nationales de jeunes, et notamment chez les U20. En 2016, Malins est le XV titulaire de l’équipe d’Angleterre championne du monde. En 2017, il atteint la finale. Chez les grands, Max Malins a dû attendre 2020 pour profiter d’une première sélection. C’était lors de la Coupe d’Automne des Nations, il était entré en jeu face à la Géorgie. Mais on se souvient également de son entrée en jeu en finale, face à la France, et la fraicheur qu’il avait apporté à un triste XV de la Rose.

Même si on peut reprocher à Eddie Jones de maintenir son XV type contre vents et marées, il arrive que certains joueurs soient mis sur la touche. Si on remet principalement en question les performances de joueurs comme Maro Itoje ou Owen Farrell, les prestations d’Elliot Daly sont aussi très moyennes. Ce dernier sera donc sur le banc samedi. Ces dernières sorties sont assez préoccupantes. D’ailleurs, pour Clive Woodward, ancien sélectionneur anglais, Elliot Daly ne joue pas dans sa meilleure position. « Ses meilleurs tests matchs ont été lorsqu’il était positionné à l’aile, disait-il ce vendredi au Daily Mail. Il n’a pas un instinct d’arrière et il semble hésitant. Sa confiance a été ébranlée et je pense qu’il ne la retrouvera pas en jouant à ce poste. » Max Malins a donc une chance en or à saisir.

Les qualités de Max Malins

Max Malins est un joueur bien différent d’Elliot Daly. Lui non plus n’est pas un arrière de formation. En effet, il a été formé en tant que demi d’ouverture. Jeudi, en conférence de presse, Owen Farrell, qui a vu son évolution chez les Saracens, parlait de sa polyvalence. « Il a été formé en tant qu’ouvreur principalement. Après, il a alterné de plus en plus avec le poste d’arrière. Maintenant, il s’est bien accommodé à ce poste d’arrière car il y joue souvent. » En tant que demi d’ouverture de formation, on pourrait croire qu’il se contentera d’occuper en jouant au pied. C’est une erreur de penser ça car Malins a bien plus de qualités et risque de les montrer samedi.

Pour son capitaine Owen Farrell, Max Malins (1.80m / 85kg) peut être une vraie arme offensive côté anglais. « Il est rapide, solide et c’est un joueur d’instinct. Il a toujours été capable de battre des défenseurs et d’ouvrir le jeu. » En effet, Max Malins est vraiment capable de mettre le feu aux défenses. Il est à même de créer des décalages et de casser les défenses. D’ailleurs, lors de son entrée face aux Français à la Coupe d’Automne, il avait eu le mérite d’apporter du dynamisme. Son sélectionneur, Eddie Jones, a aussi loué ses différents atouts. « Il a un bon jeu au pied d’occupation, une bonne vision du jeu et apporte de la vitesse balle en main. »

Eddie Jones compte beaucoup sur lui

L’Angleterre ne veut pas encaisser une troisième défaite dans le Tournoi cette année. Une défaite face à la France fragiliserait davantage Eddie Jones. Le sélectionneur australien a donc titularisé Max Malins avec une idée derrière la tête et s’en est expliqué. « Dans le rugby mondial, la France est l’équipe qui utilise le jeu au pied le plus haut et le plus long.  L’arrière sera donc fortement mis à contribution. Malins jouera donc un rôle important pour nous.» On ne sait pas si Eddie Jones laissera un peu de libertés à Malins pour qu’il s’exprime en attaque. Néanmoins, le natif de Cambridge devra d’abord réussir à se libérer de la grande pression sur ses épaules. En 2020, c’est ce que George Furbank, arrière de Northampton, n’avait pas réussi à faire. Lui qui marchait sur l’eau en Premiership n’était pas parvenu à s’imposer avec le XV de la Rose.

Néanmoins, pour Owen Farrell, Malins est capable de se défaire de cette pression. « Il basera sa confiance sur sa forme et les entrainements qu’il a fait. » Clive Woodward ne se fait pas non plus de soucis pour le jeune arrière. « Il n’a pas joué de rencontres en tant que titulaire depuis deux mois. Cependant, je pense que son niveau de confiance est très élevé. » Pas de doute donc, si Max Malins appréhende bien la pression ce samedi, il représentera un danger. Dans un XV de la Rose en manque d’idées et de fraicheur, Max Malins pourrait être la principale menace côté anglais. Les Bleus devront bien se méfier de ce jeune joueur talentueux.

À lire aussi

Alexandre Jeffroy


Journaliste/Rédacteur depuis octobre 2020 - Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une