Nous suivre

Hockey sur glace

Anthony Rech signe au TPS Turku : « J’avais la volonté de jouer le haut du tableau »

Publié le

Anthony Rech signe au TPS Turku J'avais la volonté de jouer le haut du tableau
Photo Xavier Lainé / FFHG

Hockey sur Glace / Liiga – À 30 ans, Anthony Rech vient de se lancer un nouveau défi en signant avec le TPS Turku, finaliste malheureux de la dernière Liiga finlandaise. Cela met ainsi fin à cinq années passées en Allemagne durant lesquelles il s’est construit une solide réputation. L’international tricolore se prépare donc à une toute nouvelle aventure au sein d’un géant du hockey européen, avec un grand enthousiasme.

Depuis quand étais-tu suivi par le club, et à quel moment as-tu décidé de faire le choix de signer à Turku ?

Le club de Turku me suivait depuis les championnats du monde. Ils m’ont contacté par la suite pour savoir si j’étais toujours disponible. Ils ont fait leurs recherches sur moi en prenant contact avec mes dernières équipes. Ça leur a plu, donc nous avons discuté et trouvé un accord. De mon côté, je regardais aussi beaucoup en DEL, mais je trouvais que le marché était lent. Je n’ai pas eu de contacts sérieux avec une équipe, donc quand la proposition du TPS Turku est arrivée, j’étais très content. Je me suis renseigné de mon côté en appelant différentes personnes comme Charles Bertrand et Hugo Gallet pour connaître mieux le club et l’environnement.

Le fait que ce soit l’un des meilleurs clubs en Finlande avec une grosse structure a fait pencher la balance. J’ai la volonté de jouer pour une équipe du haut de tableau. Ils veulent remporter un titre en championnat et bien paraître en CHL. Ce sont des supers objectifs ! J’ai donc décidé de relever ce nouveau challenge et de signer en Liiga.

Est-ce que tu as le sentiment, à bientôt 30 ans, de franchir un cap supplémentaire en signant au sein d’un des meilleurs clubs finlandais, et d’Europe ?

Je ne sais pas si j’ai passé un cap mais en tout cas, je suis très heureux que mon travail soit reconnu par une équipe aussi prestigieuse. Je suis vraiment enthousiaste à l’idée de pouvoir découvrir un nouveau championnat, un nouveau style de hockey et une nouvelle culture. C’est très excitant, cela me sort de ma zone de confort.

Quel sera le rôle qui te sera confié au sein de cet alignement de très haut niveau, finaliste sortant de Liiga ?

Le staff me voit plus comme un joueur offensif qui doit produire et performer. Mais je vais être l’un des joueurs les plus âgés, donc j’essaierai d’apporter mon expérience aux plus jeunes tout en aidant l’équipe à atteindre les objectifs fixés. Je suis aussi là pour apprendre de nouvelles choses, avoir un nouveau regard sur la façon de travailler, appréhender un style de hockey différent.

Quel bilan global tires-tu de tes cinq années passées en Allemagne, durant lesquelles tu as vécu des moments forts sur la glace comme en dehors ?

Je retiens beaucoup de choses de ces cinq années en Allemagne. Ça n’a pas toujours été facile, mais cela m’a fait évoluer en tant que joueur et homme. J’y ai fait des rencontres extraordinaires. Je vais garder beaucoup de souvenirs de ces moments, comme la naissance de mon fils à Wolfsbourg, la finale de la DEL en 2020, et plein d’autres bons moments. C’était une expérience super enrichissante pour ma famille et moi.

Désormais, tu vas intégrer l’effectif à partir de début août pour la reprise, quel va être ton programme afin de préparer au mieux la saison ? Et sur quels aspects penses-tu devoir appuyer afin de découvrir dans les meilleures conditions ce nouvel environnement ?

J’ai déjà recommencé ma préparation estivale depuis le 6 juin. Je n’ai pas voulu arrêter trop longtemps pour avoir un temps de travail adéquat sur les mois d’été. Je m’entraîne avec l’équipe des Dragons de Rouen, que je remercie de me laisser joindre le groupe l’été. C’est vraiment plaisant de travailler dans des bonnes conditions au sein d’un collectif, tout en étant en relation avec le préparateur du TPS. Je pense que je dois travailler plus en profondeur mon endurance, il faut que je progresse dans ce domaine. Ça va être principalement de l’entretien comme on dit. En tout cas, je mets tout en œuvre afin d’être en forme pour le mois d’août.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une