Nous suivre

Actualités

Arbitrage vidéo : pas le bienvenu dans le water-polo

Nicolas Jacquemard

Publié

le

Alexandre Camarasa

Dans le cadre de notre dossier « arbitrage vidéo », place au cas du water-polo, l’un des sports qui n’a pas cédé à la vidéo. Pour nous accompagner et nous éclairer, deux spécialistes, Alexandre Camarasa, international français et Damien Belon, entraîneur et joueur au Nautic Club Angerien.

Un sport qui, pour le moment, résiste à la tentation de l’arbitrage vidéo. Deux spécialistes nous donnent leur sentiment sur une future introduction qui répondrait au raz de marée de cet outil dans le sport.

L’avis d’Alexandre Camarasa, international français, sur l’arbitrage vidéo dans le water-polo

L’arbitrage vidéo n’a jamais été testé dans le water-polo et à vrai dire, aucun joueur ne l’a jamais réclamé à ma connaissance. Je pense que c’est impossible de le mettre en place car le water-polo c’est dans l’instant, cela tuerait le jeu donc je ne vois pas l’intérêt de recourir à l’arbitrage vidéo dans notre sport. Par contre, à posteriori, ça peut être intéressant pour sanctionner les brutalités qui n’ont pas été sifflées et sanctionner les auteurs.

L’avis de Damien Belon, entraîneur et joueur au Nautic Club Angerien, sur l’arbitrage vidéo dans le water-polo

Pour moi, le risque, c’est qu’elle ne soit pas au point et que cela provoque plus d’erreurs que d’aide pour les arbitres. Je ne vois pas vraiment de bénéfice pour notre sport à son utilisation et cela serait très coûteux d’avoir un dispositif au point. Je ne pense pas que ce soit la priorité du water-polo.

Entre la tentation de faire comme les autres et la réticence des poloïstes, de quel coté le water-polo va-t-il se retrouver ? Affaire à suivre…

Êtes-vous favorable à l'arbitrage vidéo dans le sport ?

Nicolas Jacquemard


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?