Nous suivre

Athlétisme

Athlétisme – Jeux Olympiques de Tokyo : les favoris des courses de fond

Alexandre Jeffroy

Publié

le

Athlétisme - Jeux Olympiques de Tokyo les favoris des courses de fond
Photo Icon Sport

JO TOKYO 2020 – ATHLÉTISME – Les Jeux Olympiques de Tokyo ont débuté officiellement le 23 juillet 2021. Cependant, les épreuves d’athlétisme ne commenceront pas avant ce vendredi 30 juillet. En attendant, penchons-nous sur les différents candidats au titre et aux médailles dans chaque discipline. Aujourd’hui, petit tour d’horizon sur les favoris des courses de fond.

5 000 mètres (F)

Ce 5000 mètres sera très intéressant à suivre avec, notamment, trois coureuses qui se dégagent au sein de la concurrence. Bien évidemment, il est nécessaire de s’attarder sur la Hollandaise Sifan Hassan. Lors de ces JO, elle compte réaliser un exploit en tentant d’être titrée sur les courses de 1 500 m, 5 000 m et 10 000 m. Cette année, sur 5 000 m, la médaillée de bronze des Mondiaux de Londres, en 2017, a réalisé un meilleur temps en 14’35″34, ce qui en fait la 9ème meilleure performeuse de la saison. En face, elle aura affaire à la double championne du monde et vice-championne olympique Hellen Obiri. La Kényane est la 4ème meilleure performeuse en 2021 (14’26″38).

Alors qu’elle a d’excellents chronos sur 1 500 m ou 10 000 m, c’est sur 5 000 m que s’alignera l’Ethiopienne Gudaf Tsegai. Cette année, c’est elle qui a couru le plus vite, avec un chrono de 14’13″32, réalisé début juin à Hengelo (Pays-Bas). Médaillée de bronze aux derniers Mondiaux à Doha, elle fera partie des trois favorites à Tokyo. Derrière ces coureuses, il y aura aussi une opportunité pour l’Éthiopienne Senbere Teferi, 3ème meilleure performeuse de l’année (14’15″24) et vice-championne du monde à Pékin, en 2015.

10 000 mètres (F)

C’est l’un des duels les plus attendus de cette olympiade. Au mois de juin, à Hengelo (Pays-Bas), deux athlètes ont, tout à tour et en deux jours d’intervalle, battu le record du monde de la plus longue distance sur piste. En premier lieu, il y a la détentrice actuelle du record du monde (29’01″03), à savoir l’Ethiopienne Letesenbet Gidey. A 23 ans, elle est vice-championne du monde en titre.

A Doha, deux ans auparavant, c’était la Hollandaise Sifan Hassan qui l’avait battue pour s’adjuger la couronne mondiale. Cette saison, la star du demi-fond féminin possède un chrono en 29’06″82, ce qui constitue la deuxième meilleure performance de l’histoire. Outre ces deux athlètes qui évoluent dans une autre dimension, on pensera à la Kényane Hellen Obiri pour compléter le podium. Celle qui est l’une des favorites sur 5 000 mètres est la 17ème meilleure performeuse de la saison sur 10 000 mètres (30’53″60).

Marathon (F)

En tant que détentrice du record du monde (2h14’04″), Brigid Kosgei sera la favorite à Tokyo. En effet, en 2019, lors du marathon de Chicago, la Kényane avait fait tomber le record du monde de la Britannique Paula Radcliffe, qui tenait depuis 2003. Depuis, Kosgei a gagné le marathon de Londres, en 2020, mais n’en a pas couru cette année. Sa principale adversaire sera également Kényane. En effet, Ruth Chepngetich est la championne du monde en titre. Son record personnel est de 2h17’08″ et, comme sa compatriote, elle n’a pas couru de marathon en 2021.

Pour le reste, l’Israélienne Lonah Chemtai Salpeter aura également une chance, notamment au vu de son record personnel qui est de 2h17’45″. Cette saison, la championne d’Europe du 10 000 mètres est la 7ème meilleure performeuse sur la distance de 42.195 kilomètres (2h22’37″). La meilleure marathonienne de la saison se nomme Hiwot Gebrekidan et a réalisé la meilleure performance de l’année en 2h19’35″. Pour finir, la seule marathonienne française présente à Tokyo sera Susan Jeptooo. En 2020, elle a battu son record personnel, ce qui lui avait permis de réaliser les minima pour les JO (2h28’48″).

20 km marche (F)

Sur le 20 km marche féminin des Jeux Olympiques de Tokyo, le titre se disputera entre trois athlètes chinoises. Parmi elles, la championne olympique en titre Hong Liu fera office de favorite. Elle est également triple championne du monde et c’est elle qui détient le record du monde du 50 kilomètres (course qui n’aura pas lieu lors des JO de Tokyo). Cette saison, elle a été l’auteure du second meilleur temps mondial en 1h24’27″.

Ensuite, pour la challenger, il faudra compter sur Jiayu Yang. Cette année, la championne du monde de Londres, en 2017, est la marcheuse qui est allée le plus vite (1h23’49″). Enfin, Shijie Qieyang essaiera également de tirer son épingle du jeu. Vice-championne olympique et vice-championne du monde, elle est à la recherche de son premier titre. Cette année, elle détient le 3ème meilleur temps (1h24’45″), derrière ses deux compatriotes.

5 000 mètres (H)

Le 5000 mètres des JO de Tokyo s’annonce bouillant ! Leader des performances sur 5 000 mètres cette saison (12’48″45), le champion d’Europe Jacob Ingebrigtsen a décidé de se concentrer sur le 1500 m. Sans lui, la concurrence sera rude. Même s’il sera le grand favori du 10 000 m, l’Ougandais Joshua Cheptegei, recordman du monde (12’35″36), voudra réaliser le doublé. Cette saison, il se classe dans le top 10 des meilleurs performeurs mondiaux (12’54″69).

Il y aura aussi de sérieux prétendants parmi les athlètes éthiopiens. En premier lieu, le vice-champion du monde Selemon Barega. Cette année, il est le 15ème meilleur performeur en 13’02″47. Ensuite, Getnet Wale, champion d’Ethiopie, a le 6ème meilleur temps de la saison (12’53″28). Il faudra également faire attention au Canadien Mohammed Ahmed (12’50″12 cette saison), médaillé de bronze à Doha, et au nouveau phénomène de l’athlétisme espagnol, Mohamed Katir (12’50″79). Du côté des Français, la tâche s’annonce très compliquée au vu de la concurrence. Cette saison, Jimmy Gressier (13’08″99) et Hugo Hay (13’10″95) font tout de même partie du top 30 des coureurs les plus rapides sur 5 000 m.

10 000 mètres (H)

Il est détenteur des records du monde de 5 000 m (12’35″36) et 10 000 m (26’11″00). Effectivement, l’Ougandais Joshua Cheptegei a effacé les records de la légende du fond, l’Ethiopien Kenenisa Bekele. Champion du monde en titre, l’Ougandais voudra réaliser le doublé 5 000 m – 10 000 m à Tokyo. Cette année, il n’a pas couru de 10 000 mètres et n’a donc pas de référence chronométrique. Parmi les outsiders, il y a son compatriote Jacob Kiplimo. A 20 ans, il détient la meilleure performance de l’année en 26’33″93. Il est également champion du monde en titre de semi-marathon.

Les Ougandais seront concurrencés par les athlètes éthiopiens. En effet, le vice-champion du monde, Yomif Kejelcha, voudra faire tomber Johsua Cheptegei. Cette année, il a le 3ème meilleur temps mondial (26’49″73). Le jeune Éthiopien Berihu Aregawi (20 ans) sera également de la partie. Il détient la 4ème meilleure performance de l’année (26’50″37). Enfin, deux Kényans auront aussi de beaux arguments à faire valoir. D’une part, Geoffrey Kamworor, vice-champion du monde en 2015, est dans le top 10 des meilleurs performeurs cette année (27’01″06). C’est également le cas de Rodgers Kwemoi (27’05″51), qui avait terminé 4ème lors des derniers Championnats du monde. Concernant Morhad Amdouni, seul Français au départ du 10 000 m, il est le 21ème meilleur performeur mondial en 27’23″39.

Marathon (H)

Comme sur le marathon féminin, le favori aura la nationalité kényane. Et comme Brigid Kosgei chez les femmes, Eliud Kipchoge est le détenteur du record du monde chez les hommes (2h01’39″). Le champion olympique a connu une longue période d’invincibilité qui a duré 7 ans, avant d’être enfin battu en 2020. En 2021, Kipchoge est le 5ème meilleur performeur mondial (2h04’30″). Ses principaux concurrents seront ses compatriotes kényans. Tout d’abord, il y aura Lawrence Cherono. Le vainqueur du marathon de Boston, en 2019, n’a pas couru de marathon en 2021. Cependant, il a battu son record personnel l’année passée (2h03’04″).

Ensuite, Amos Kipruto sera aussi un sérieux client. Médaillé de bronze aux mondiaux de Doha, lui aussi a battu son record personnel en 2020 (2h03’30″). Pour finir, on évoquera les trois marathoniens français qui seront au départ du marathon de Tokyo. En premier lieu, Morhad Amdouni, qui sera également au départ du 10 000m, détient un record personnel en 2h09’14″, qu’il avait battu en 2019. En revanche, Hassan Chahdi (2h09’15″) et Nicolas Navarro (2h09’17″) ont battu leur record en 2020. Ces trois-là n’ont pas couru de marathon en 2021.

20 km marche (H)

Le 20 km marche de Tokyo aura le privilège de rassembler du très beau monde. En premier lieu, il faut citer le local de l’étape, le Japonais Toshikazu Yamanishi. Le champion du monde en titre est le second meilleur performeur de la saison en 1h17’20″. Son record personnel, réalisé en 2015, est de 1h17’15″. Au Japon, il y aura aussi la présence du meilleur marcheur de la saison, le Chinois Kaihua Wang. En plus de battre son record personnel (1h16″54′), Chai a réalisé le 3ème chrono le plus rapide de l’histoire sur 20 kilomètres. Son compatriote Zelin Cai sera aussi l’un des principaux prétendants au titre. Vice-champion olympique à Rio, en 2016, il est le 3ème meilleur performeur de l’année (1h17’39″).

Enfin, Perseus Karlström sera aussi l’un des favoris. Médaillé de bronze à Doha, en 2019, le Suédois détient un record personnel de 1h18’07″. En 2021, son record est de 1h18’45″, soit le 11ème meilleur temps mondial. A Tokyo, deux marcheurs auront la charge de défendre les couleurs françaises, sur 20 km. D’un côté, Gabriel Bordier, 25ème meilleur performeur mondial de l’année, (1h20’10″) et de l’autre, Kévin Campion, champion des Jeux de la Francophonie en 2013 (1h25’31″).

50 km marche (H)

Cette saison, les deux marcheurs qui dominent le classement des performances sont des Japonais. D’une part, Satoshi Maruo a réalisé le meilleur temps cette saison (3h42’23″). D’autre part, Hayato Katsuki a amélioré son record personnel (3h42’34″) pour devenir le second meilleur performeur de l’année. Pour ce 50 km marche olympique, Matej Tóth sera aussi présent. Tenant du titre, le Slovaque a également accroché un titre mondial à son palmarès en 2015. Cette saison, il n’a pas réalisé de 50 km marche, mais détient la 4ème meilleure performance de tous les temps en 3h34’38″.

Le recordman du monde de la discipline s’appelle Yohann Diniz (3h32’33″). Alors qu’on ne l’a plus revu depuis 2019, le Français sera bien au présent au départ de la course, à Tokyo. Champion du monde en 2017, le triple champion d’Europe voudra s’emparer du seul titre qui lui échappe. Enfin, le Portugais João Vieira sera également à surveiller de près. En effet, le vice-champion du monde possède un record personnel en 3h45’17″.


À lire aussi


Journaliste/Rédacteur depuis octobre 2020 - Bolt qui foudroie le record du monde du 100 mètres, les derniers essais de Dominici, les premières charges dévastatrices de Bastarocket... de beaux souvenirs pour une grande passion, celle du sport. L’histoire du sport aussi. Comprendre le rôle qu’il a eu, celui qu’il a et celui qu’il aura dans notre société. Le sport au passé, au présent, au futur. Le sport tous les jours, matin, midi et soir. A défaut d’être un grand sportif, je suis et je raconte l’actualité et l’histoire des championnes et des champions qui savent se dépasser pour accomplir des merveilles.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une