Nous suivre

Actualités

Belgique – Japon (3-2) : les 5 choses à retenir

Sophie Clapier

Publié

le

Après la qualification du Brésil, tout le monde avait les yeux rivés sur le match Belgique – Japon. Qui allait bien pouvoir retrouver la Seleção en quart de finale de cette Coupe du monde 2018 ? Et s’il y avait une chose à ne pas manquer dans ce match, c’était bien la seconde période. Voici les cinq choses à retenir de cette folle rencontre.

Une domination stérile

Il ne fallait pas avoir un coup de fatigue en première mi-temps au risque de piquer du nez. Malgré une nette possession et domination belge, les coéquipiers d’Eden Hazard n’ont pas trouvé l’ouverture. Une domination stérile et seulement 3 tirs cadrés en première période – 2 pour les Belges, 1 pour les Japonais – ce n’était pas vraiment le début de match attendu. Au contraire …

« Mais noooooon ! »

Mais si ! Ce sont bien les Japonais qui ont ouvert la marque. Au retour des vestiaires et ce après deux minutes de jeu, Haraguchi lancé dans la profondeur se défait de Vertonghen pour aller tromper Thibaut Courtois. Japon : 1, Belgique : 0. Une nouvelle surprise en perspective ?

C’est « Inui » !

Incroyable ! Alors qu’Eden Hazard trouve le poteau après l’ouverture du score des Japonais, ce sont finalement ces derniers qui vont doubler la mise. Inui frappe à l’entrée de la surface, imparable pour le gardien des Diables Rouges qui prennent un peu plus le chemin du retour. On joue alors la 52′, autant dire qu’il reste du temps …

L’espoir est permis

Du temps, il en restait peut-être trop pour les Japonais car vingt minutes plus tard, tout était à refaire. Coaching gagnant pour Roberto Martinez. Après un coup de tête (chanceux ?) de Vertonghen qui file dans les filets nippons, c’est Fellaini, entré en jeu à la place de Dris Mertens, qui vient placer sa tête et égaliser.

Au bout du bout

Quel retournement de situation ! Après une dernière action dangereuse japonaise captée par Courtois, celui-ci relance vite sur Kevin De Bruyne. Et là, ça va vite, très vite. Si vous avez cligné des yeux, vous avez alors manqué le contre fast & furious. En trois passes, le ballon arrive dans les pieds de Chadli qui pousse la balle au fond des buts (90+4). La dure loi du sport a parlé, le talent belge aussi. La Belgique retrouvera donc le Brésil en quart, ça promet !

Sophie Clapier


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une