Nous suivre

Portraits

Benjamin Auffret, de nouveaux plongeons pour une médaille olympique

Nicolas Jacquemard

Publié

le

Benjamin Auffret

On a rencontré Benjamin Auffret, spécialiste du plongeon français, qui travaille de nouveaux plongeons pour décrocher une médaille olympique à Tokyo en 2020.

Benjamin, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alors j’ai 22 ans, je fais du plongeon, ma spécialité est la plateforme de 10m. J’ai terminé 4ème aux derniers Jeux Olympiques à Rio, je suis classé 2ème au ranking mondial et champion de France en titre. En parallèle du sport j’étudie l’informatique à l’Université Pierre et Marie Curie.

Tu as fini 4ème à Rio au plongeon à 10 mètres, un mélange de frustration et de satisfaction j’imagine ?

C’est exactement ça. J’ai commencé le 10m il y a seulement 3ans, donc je suis fière d’avoir pu être proche d’un podium Olympique si peu de temps après. Surtout que 4 mois avant les Jeux, je me fracture le sacrum et prend 2 mois d’arrêt… On peut dire que ce n’est pas les meilleures conditions pour prétendre à une médaille olympique… Mais d’un autre côté on est des compétiteurs et terminé 4ème c’est toujours frustrant, et là… pas moyen de prendre ma revanche avant 4 longues années.

Qu’est-ce qui t ‘a manqué pour accrocher la médaille ?

Des plongeons plus compliqués qui rapportent plus de points… J’avais la série de plongeon la plus « facile » de tous les finalistes. C’est en cours de préparation et avec le temps qu’il me reste, je suis confiant.

Quels sont tes prochains objectifs sportifs ?

Je vise en juin la médaille aux championnats d’Europe, j’espère la plus belle de toute mais cette saison post-olympique est particulière et on a pris le temps de prendre du recul et de se reposer alors je présenterais la même série qu’aux JO donc on verra ce qu’on peut obtenir avec.

Puis en juillet il y aura les championnats du Monde. J’irais avec l’objectif de me maintenir dans ce top 4/5 mondial, et si j’ai l’opportunité de décrocher une médaille se présente, je ne manquerais pas l’occasion !

Comment se décompose une semaine d’entrainement pour toi ?

Je m’entraine chaque jour sauf le dimanche 2 fois à hauteur d’environ 2h/2h30 donc entre 4 et 5h par jour. On fait du plongeon bien sûr à toutes les hauteurs de tremplin et de plateformes, des longs échauffement/renforcement général. Des séances de gym au sol ou de départ de plongeon mais sur tapis. Et puis préparation physique 3 fois par semaine.

On peut lire çà et là que le plongeon français est en difficulté, que se passe t-il ?

Le problème est que nous sommes dans un cercle vicieux… Nous n’avons aucune piscine en France avec toutes les hauteurs olympiques !! Donc c’est compliqué de s’entrainer et de faire des performances. On reste donc un sport de niche et donc on a peu/pas de piscines, donc peu d’entraineurs en formation, donc peu de jeunes plongeurs, donc peu de résultats… et voilà la boucle est bouclée…

Quels sont les chantiers indispensables selon toi pour relancer cette discipline olympique ?

Avoir au moins 1 à 2 piscines complètes sur le territoire et des entraîneurs aux compétences diverses. Aujourd’hui ils sont peu et ils ne peuvent pas tout faire !!! Il nous faut de quoi former des jeunes sur des bases techniques « pures ». Et des entraîneurs d’expérience pour les plus grands qui font donc de plus grosses figures ! Nous pourrions ainsi arrivé à l’international avec de grosses équipes qui feraient « mal ».

De fil en aiguilles je pense que cela serait plus connu des français et on aurait donc plus de jeunes qui voudraient essayer notre sport. Voilà comment j’aimerais « en gros » que cela change.

Tokyo 2020, est-ce déjà dans un coin de ta tête ?

Bien sûr ! Les nouveaux plongeons en préparation sont là pour me permettre d’être dans la course à la médaille Olympique !

Si tu pouvais choisir un sportif pour passer 30 minutes avec lui, qui serait-il ?

Aucune idée haha, à l’INSEP on a l’occasion de croiser et discuter avec du beau monde déjà… Et comme j’essaye de m’inspirer du meilleur de chacun je n’ai personne en tête comme ça…


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une