Nous suivre

Betclic Élite 2021-2022

Betclic Élite/J21 : Les Metropolitans résistent à l’ASVEL au terme d’un match spectaculaire

Publié le

Betclic ÉliteJ21  Les Metropolitans résistent à l'ASVEL au terme d'un match spectaculaire
Photo Icon Sport

Betclic Élite 2021-2022 – Au terme d’un choc au sommet ayant tenu toutes ses promesses, les Metropolitans ont battu l’ASVEL, 83-81, malgré une deuxième mi-temps difficile. Les hommes de Vincent Collet conservent donc leur place de leader, et peuvent remercier un Will Cummings exceptionnel (29 points).

Pour conclure la semaine en beauté, la Betclic Élite proposait une affiche extrêmement alléchante sur le papier. Leaders depuis plusieurs mois, les Metropolitans ont vu leur avance au classement fondre suite à trois défaites de rang. Cela a notamment permis à l’ASVEL de revenir à hauteur du club francilien. Ainsi, le vainqueur de ce choc tant attendu savait à l’avance qu’il allait s’emparer du fauteuil de leader, seul. Côté Boulogne-Levallois, David Michineau et Miralem Halilovic étaient absents, mais Jordan McRae était de retour. Toutefois, les hommes de Vincent Collet débutaient la partie avec une rotation moindre en comparaison d’une ASVEL toujours privée d’Élie Okobo.

Will Cummings marche sur l’eau, l’ASVEL limite la casse

En début de rencontre, ce sont les petits qui s’illustrent d’un côté comme de l’autre. Les Villeurbannais s’appuient sur la percussion de Paul Lacombe et le talent offensif naturel de Chris Jones. Dominateurs au rebond, ces derniers font la course en tête mais perdent le fil en commettant de nombreuses fautes au fil des minutes. Petit à petit, les Mets se mettent en rythme dans le sillage d’un Will Cummings inarrêtable en pénétration. Le meneur fait voler en éclat la défense lyonnaise dans un premier quart de haut niveau en cumulant 14 points, tout en provoquant quatre fautes !

En début de deuxième quart temps, Keith Hornsby prend la relève de son compatriote en plantant sept points de suite, avant de distiller une passe entraînant deux lancers francs. La tête sous l’eau défensivement, l’ASVEL prend un véritable éclat en l’espace de trois minutes : 14-0 ! Les hommes de TJ Parker connaissent un trou offensif total, gênés par la défense agressive de leur adversaire. Toutefois, ces derniers vont progressivement perdre leur adresse jusque là insolente. Portée par David Lighty et une remobilisation générale, l’ASVEL effectue un gros run avant la pause pour réduire considérablement un écart qui avait atteint les 18 points (49-41).

Les Mets trouvent les ressources dans le money-time

Au retour des vestiaires, la dynamique lyonnaise n’est pas enrayée. Youssoupha Fall commence à imposer sa domination dans la raquette tandis que Matthew Strazel parvient à limiter Will Cummings, là où Chris Jones a failli. Les Mets tiennent l’avantage au score malgré une adresse défaillante derrière l’arc, mais la rencontre est totalement relancée. Poussés par une salle Marcel-Cerdan bondée, les locaux trouvent de nouvelles solutions en s’appuyant sur leurs intérieurs, Tomer Ginat et Vince Hunter. Le jeu se hache progressivement en raison d’une multitude de fautes jusqu’à la fin d’un troisième quart où les Franciliens virent toujours en tête, mais avec un faible avantage suite à une grosse séquence de Kostas Antetokounmpo (65-61).

L’étau se resserre d’emblée, les deux équipes montrant une adresse défaillante. Au bout de trois minutes, le score n’a quasiment pas bougé. Limités dans les rotations par rapport à au champion de France en titre, les Metropolitans tirent la langue. L’ASVEL profite alors de l’occasion pour prendre l’avantage suite à une action à trois points de Chris Jones. Avec une dynamique favorable et une intensité défensive de tous les instants, les Lyonnais tiennent malgré la résistance affichée par Will Cummings. Trop seul, ce dernier voit sa raquette se faire transpercer par un Victor Wembanyama clutch au meilleur moment. Les Lyonnais vont pourtant craquer. Jordan McRae claque une banderille à trois points qui relance totalement la partie. Puis, Will Cummings va de nouveau faire parler la poudre en allant chercher les deux points pour faire virer les Metropolitans en tête à trente secondes du buzzer.

Malgré deux temps morts restants, TJ Parker laisse ses joueurs exécuter une action catastrophique. La balle est perdue, et le match également. Dominés en deuxième mi-temps après un premier acte exceptionnel, les Metropolitans ont trouvé les ressources nécessaires pour arracher une victoire clé, 83-81, mettant fin à leurs trois défaites de rang. Au terme de ce choc au sommet, les Franciliens conservent donc leur trône de leader de Betclic Élite.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une