Nous suivre

Betclic Élite 2021-2022

Betclic Élite : Sixième victoire de rang pour Monaco face à un Paris Basketball valeureux

Publié le

Betclic Élite Sixième victoire de rang pour Monaco face à un Paris Basketball valeureux
Photo Icon Sport

Betclic Élite 2021-2022 – Devant 8000 spectateurs massés à l’Accor Arena, le Paris Basketball a frôlé l’exploit face à l’AS Monaco. Relégués à plus de 15 points dans le troisième quart, les Parisiens sont venus titiller l’ogre monégasque dans le money-time grâce à la folle adresse extérieure de Ryan Boatright. Malgré tout, les hommes de Sasa Obradovic ont résisté jusqu’au bout pour s’offrir une sixième victoire de rang en Betclic Élite, 76-69.

Quelques minutes après l’éclatant succès de l’AS Monaco sur le Paris Saint-Germain en Ligue 1, le club de basket de l’ASM faisait face au Paris Basketball en Betclic Élite pour un deuxième duel attendu. Délocalisée à l’AccorHotels Arena, cette rencontre était attendue. Largement battu à Gaston-Médecin au match aller, le club parisien comptait sur la délocalisation de cette rencontre dans le plus bel écrin de la capitale pour tenter de créer l’exploit, une semaine après une belle victoire sur le JLB. Mais la mission s’annonçait délicate face à un ASM conquérant en championnat, qui reste sur cinq succès de rang.

Les Parisiens résistent à une ASM brouillon, sublimée par Dwayne Bacon

Les premières minutes vont être très équilibrées. L’AS Monaco a du mal à rentrer dans sa rencontre malgré une grosse domination au rebond, symbolisée par une action à trois rebonds offensifs consécutifs non concrétisés. Cela leur permet de compenser une adresse catastrophique. Les Parisiens sont eux volontaires et s’appuient sur un jeu de transition sublimé par Kyle Allman pour rester au contact de l’ASM. Dustin Sleva (13 points) part lui sur de grosses bases en faisant étalage de sa belle palette de moves au poste. Tout doucement, Dwayne Bacon (16 points, 8 rebonds) se met en route, claquant sept points consécutifs pour les siens, avant que Donta Hall ne prenne le relais. Favorisés par leur blanc pléthorique face à la jeunesse parisienne, des Monégasques appliqués (0 ballons perdus) prennent l’ascendant, même si Kyle Allman limite la casse avec une ogive au buzzer.

Toutefois, les locaux offrent une belle résistance, notamment grâce à une défense consistante à l’intérieur, symbolisée comme souvent par Ismaël Kamagate. L’ASM ne marque pas de points durant plus de quatre minutes, et Gautier Denis valide cette belle séquence parisienne pour leur redonner l’avantage grâce à deux actions à trois points. Ce deuxième quart est affreux pour les hommes de Sasa Obradovic, extrêmement brouillons, et comptant uniquement sur le talent individuel de Dwayne Bacon pour rester accroché. Les Parisiens n’en profitent pas pour créer l’écart en laissant notamment filer de nombreux points sur la ligne des lancers francs. Avec un Ismaël Kamagate à trois fautes avant la pause, Jean-Christophe Prat doit restreindre son rempart défensif, ce dont profitent immédiatement les joueurs monégasques afin de percer dans la raquette. A la mi-temps, l’ASM vire ainsi en tête de peu (41-36).

L’ASM résiste au coup de chaud de Ryan Boatright

Les limitations d’Ismaël Kamagate sont rapidement exacerbées suite à une quatrième faute rapide, et cela va se payer cher. Avec Dustin Sleva obligé de se décaler au poste 5, la raquette parisienne se retrouve démunie face aux intérieurs monégasques. Comme souvent, la rotation limitée du Paris Basketball commence à se payer en seconde période. Suite à cinq points consécutifs d’Alpha Diallo, la barre des dix points d’écart est dépassée. Axel Toupane et Juhann Begarin se démènent afin de rapprocher leur équipe, mais cela n’est pas suffisant pour déstabiliser des Monégasques qui gèrent sereinement le break effectué. Histoire de définitivement tuer les espoirs parisiens, Alpha Diallo (14 points, 6 rebonds) encore vient claquer un poster monumental sur la tête de Begarin.

En mal d’efficacité offensive, les Parisiens souffrent mais ne perdent pas espoir malgré un avantage monté jusqu’à 16 points suite à un poster monumental d’Alpha Diallo. Sasa Obradovic en profite pour envoyer Jerry Boutsiele au charbon sous les panneaux, histoire de fatiguer encore plus une équipe déjà sur les rotules. Mais le retour de Kamagate va changer la face du match. Ryan Boatright claque deux ogives à trois points successivement, et Paris revient alors à trois possessions à l’abord du money-time. Cela va redonner espoir aux 8000 spectateurs présents à l’AccorHotels Arena, qui chavirent lorsque leur équipe recolle à quatre unités grâce à un nouveau trois points de Ryan Boatright! Mais l’AS Monaco ne va pas craquer, s’appuyant sur des points à l’intérieur de Donatas Motiejunas et Will Thomas (16 points, 5 rebonds) pour conserver une légère marge jusqu’au bout du temps réglementaire, 76-69.

Le club du Rocher s’offre donc une sixième victoire consécutive, et sécurise au passage sa deuxième place au classement. Pour les Parisiens, la défaite est malgré tout prometteuse, même si le manque de profondeur de banc s’est une nouvelle fois payée cash.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une