Nous suivre

Basket-ball

Betclic Élite : La nouvelle aventure parisienne d’Axel Toupane

Publié le

Betclic Élite : La nouvelle aventure parisienne d’Axel Toupane
Photo Icon Sport

Betclic Élite 2021-2022 – Champion NBA avec les Bucks l’été dernier, Axel Toupane va retrouver les parquets de Betclic Élite un peu plus de six mois plus tard. Signé par le Paris Basketball la semaine dernière, l’ailier français s’apprête à débuter un nouveau pan de sa carrière avec plusieurs idées derrière la tête.

Plus les mois avancent, plus cette mouture de la Betclic Élite tient les promesses données par le très joli mercato réalisé par différents clubs. Promu, le Paris Basketball avait participé à cette course à l’armement en ramenant le spectaculaire meneur américain Kyle Allman Jr, et surtout l’ancien NBAer, Kyle O’Quinn. Malgré cela, le club parisien se traîne dans le bas du classement (14e) avec le même bilan que le premier relégable (5V-10D). Une situation compliquée de laquelle les Parisiens devraient pouvoir s’extirper rapidement.

Champion NBA en titre

En effet, la semaine dernière, le promu a effectué un énorme coup en rapatriant Axel Toupane au pays. Âgé de 29 ans, celui qui peut évoluer aux postes d’arrière et d’ailier avait quitté l’Hexagone il y a six ans et demi, après avoir lancé sa carrière du côté de Strasbourg. Depuis, il a enchaîné les piges aux États-Unis entre G-League et NBA, le tout entrecoupé d’un retour en Europe durant trois ans (2017-2020).

La saison dernière, il a connu l’apothéose au sein de la grande ligue. Il a rejoint les Milwaukee Bucks en cours de saison. Aux côtés de Giannis Antetokounmpo, Khris Middleton ou Jrue Holiday, le Français a participé à la campagne de PlayOffs gagnante de l’équipe du Wisconsin, devenant ainsi le 6e joueur français de l’histoire à décrocher le titre NBA.

 

« J’avais montré assez pour prétendre à un contrat long en NBA »

Toutefois, malgré ses belles apparitions en NBA et les cartons effectués en G-League, Axel Toupane ne s’est pas vu proposer un contrat sur le long terme. Comme il l’a expliqué à l’AFP, cela a été le déclencheur de son départ : « J’avais montré assez pour pouvoir prétendre à un contrat long. Peut-être que c’était une histoire de timing. Mais si à 28-29 ans, ça ne marche pas une deuxième fois, il faut prendre une décision. Ç’a été de venir à Paris ».

Le joueur a donc décidé de signer avec le Paris Basketball, promu en Betclic Élite. Un choix extrêmement surprenant puisqu’avec son niveau de jeu et son expérience, il aurait pu trouver sans trop de problèmes un contrat avec une équipe d’Euroleague. Mais plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour expliquer cette décision.

Trois paramètres déterminants dans le choix Paris Basketball

Tout d’abord, son père et coach de l’équipe de France féminine, Jean-Aimé Toupane, avance le souhait « de se stabiliser ». Secondement, il a depuis quelques années effectué plusieurs investissements, notamment avec la maison de couture Mazarine, dont le siège social est situé à Paris. Le fait d’être sur place lui permettra de pouvoir développer ses activités. Enfin, les Jeux Olympiques 2024 vont se rapprocher à grands pas. En signant jusqu’à cette date, le joueur affiche clairement ses ambitions, et se positionne pour faire partie de la sélection amenée à disputer cette olympiade à domicile.

Dès ce samedi soir, il va bénéficier d’une première belle fenêtre d’exposition pour ses débuts. En effet, le Paris Basketball affronte les Metropolitans pour un chaud derby de la capitale (20h30). Depuis le banc des Metropolitans, Vincent Collet aura sans doute un œil attentif aux performances de l’ancien joueur des Bucks. Un joueur qui devrait être dans ses petits papiers très rapidement puisque la prochaine fenêtre internationale aura lieu à la fin du mois de février. Les Bleus affronteront à deux reprises le Portugal, et Axel Toupane sera un ajout de poids pour renforcer un groupe qui sera privé de ses joueurs de NBA et d’Euroleague.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une