Biathlon – 2018/2019 : un bilan très moyen pour les Bleues


Après la retraite de Marie Dorin-Habert, l’équipe de France féminine de biathlon était attendue au tournant et la saison a été compliquée pour la plupart des biathlètes tricolores. On fait le bilan.

Aucune victoire en individuel cette saison pour les Bleues synonyme d’un exercice globalement en-deçà des attentes. Pire, aucune d’entre elles n’a terminé dans le top 10 du général. Le bilan des athlètes, au cas par cas.

La seule satisfaction de la saison est Anaïs Chevalier (20ème du général), car même si elle a eu du mal à terminer la saison, elle a réalisé les meilleurs résultats tricolores de la saison. Trois podiums (3ème de la mass start à Nove Mesto et 2ème du sprint puis 3ème de la poursuite à Oberhof) et plusieurs top 10 pour une bonne saison globalement, même si elle passe à côté de ses Mondiaux. La longueur de la saison a été dure à tenir pour l’Iséroise qui devra travailler cela pour faire une saison prochaine complète et viser une bonne place au général.

Anaïs Chevalier sur le podium de la poursuite à Oberhof – AFP

Anaïs Bescond (22ème du général) a traversé cette saison sans la marquer de son empreinte. Aucun podium et seulement quelques places d’honneur à Oberhof (4ème de la poursuite) et Ruhpolding (5ème du sprint). La leader de l’équipe de France a souvent été hors de forme ou malade, comme lors des championnats du monde où elle n’a pu disputer aucune course. Une année à oublier pour la Normande de 31 ans afin de repartir de l’avant la saison prochaine.

Julia Simon (23ème du général) a d’abord été une révélation, avec une belle quatrième place sur le sprint de Pokljuka pour lancer la saison, avant d’avoir logiquement plus de mal à enchaîner les performances de qualité. Si la Savoyarde de 22 ans est l’une des tireuses les plus rapides du circuit, elle doit gagner en régularité dans cet exercice (80% de réussite) pour aller chercher des podiums.

Quant à Célia Aymonier (24ème du général), il ne manque qu’un déclic, un premier podium pour vraiment franchir un cap. Quatrième du sprint d’Oslo lors de la dernière étape de Coupe du monde, elle a bien terminé sa saison grâce à plus de régularité au tir. Si la Doubiste fait partie des meilleures skieuses, son manque de confiance derrière la carabine sur le tir debout lui coûte toujours trop cher.

Pour Justine Braisaz (26ème du général), son début de saison et les championnats du monde permettent de ne pas tirer un bilan catastrophique de cette saison. Un podium sur le sprint à Pokljuka (3ème) et sa médaille de bronze sur l’individuel lors des Mondiaux sauvent les meubles. En délicatesse avec son tir tout l’hiver (78% de réussite) et moins performante sur les skis que la saison passée, la biathlète des Saisies, âgée de 22 ans, a du boulot avant la saison prochaine.

Justine Braisaz sur le podium de l’individuel lors des Mondiaux d’Ostersund – AFP

Nicolas Jacquemard

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des