Nous suivre

NBA 2021/2022

Bilan NBA 2022 : Les Phoenix Suns sont passés du rêve au cauchemar

Joris Schamberger

Publié le

Bilan NBA 2022 Les Phoenix Suns sont passés du rêve au cauchemar
Visuel Dicodusport - Photo Icon Sport

NBA 2021-2022 – La saison NBA touche à son terme. Les Finales approchent. Plusieurs équipes parmi les favorites sont tombées. Aujourd’hui, on s’intéresse aux Phoenix Suns, meilleur bilan de la ligue et éliminés en demi-finales.

Ce qu’il faut retenir de la saison des Phoenix Suns

Tant de promesses pour une fin si abrupte. La saison de Phoenix avait tout pour être la bonne. La Conférence Ouest était relativement ouverte, les grandes stars avaient toutes un problème de blessures dans leur équipe… Bref, on pouvait se dire que cette année, on hisserait enfin une bannière à Phoenix. D’autant que la saison régulière était excellente. Avec 64 victoires, les Suns ont tout simplement réalisé la meilleure campagne de leur histoire. Comme toute grande équipe, ce bilan exceptionnel est passé par des leaders au rendez-vous. Le duo Chris Paul-Devin Booker a encore fait des merveilles. Les deux terminent d’ailleurs la saison dans les discussions au titre de MVP. CP3 est même le meilleur passeur de la ligue pour la 5ème fois de sa carrière.

Les joueurs entourant le duo ont également parfaitement rempli leurs rôles cette saison. Mikal Bridges a d’ailleurs atteint le top 3 des votes pour le titre de défenseur de l’année. Logique, en tant que meilleur défenseur de la 3e meilleure défense de la ligue. DeAndre Ayton a par ailleurs réalisé une saison dans la continuité de ses playoffs. On voyait de moins en moins le pivot un peu mollasson, et de plus en plus la bête physique. Sa moyenne au scoring témoigne bien de cela. Le banc a, de son côté, bien contribué à la réussite de Phoenix, avec des soldats comme Javale McGee, ou même la surprise totale qu’est la bonne moitié de saison de Bismack Biyombo. 

Du rêve au cauchemar

Cauchemardesques. C’est comme ça qu’on retiendra les playoffs de ces Suns. Dès le premier tour contre New Orleans, on aurait dû se douter que quelque chose n’allait pas. Certes, il faut applaudir la vaillance de ces Pelicans, mais jamais Phoenix n’aurait dû les laisser prendre deux matchs. Et tous les problèmes de cette équipe ont été exacerbés pendant les matchs 6 et 7 contre Dallas. Alors qu’ils avaient la possibilité d’achever les Mavs, les Suns ont pris deux raclées monumentales permettant à Doncic de découvrir les finales de conférences. On y a vu tout ce que l’on ne pensait ne plus jamais voir : un Ayton peu concerné, un Booker croqueur, ou encore un Chris Paul totalement absent.


Notre prévision en début de saison :  3èmes / Classement final : 1ers


La révélation : Cam Johnson

La saison régulière de Phoenix a été satisfaisante pour tout le monde. Mais elle l’a particulièrement été pour Cameron Johnson. Qui aurait cru que ce joueur dont tout le monde décriait la draft en 11e position deviendrait un des prétendants sérieux au titre de sixième homme de l’année ? Pourtant, avec un Cameron Payne réalisant une saison moins bonne que l’an passé, Cam s’est retrouvé leader incontesté du banc avec Javale McGee, autre joueur moqué à ses débuts.

Il est passé dans une autre dimension cette saison, notamment en termes d’efficacité à 3 points. On parle ici d’une progression de 35 à 42% avec un nombre de tirs pris par match à peu près équivalent. Autrement dit, la sélection a gagné en qualité, tout comme le shoot en lui-même. Et comme on est à Phoenix, la défense est également plus que correcte. Maintenant, on sait que Johnson a été drafté vieux, sa marge de progression n’est donc pas énorme. Mais avec ce style de jeu et cette efficacité de loin, on tient peut-être là un sniper prolifique en sortie de banc dont on entendra parler dans de bonnes équipes pendant longtemps.

Cameron Johnson

Cameron Johnson – Photo Icon Sport

 

La déception : les playoffs de Chris Paul

Nous ne parlerons pas ici de la saison régulière de Chris Paul. Comme on l’a dit dans l’introduction, à ce niveau-là, le Point God a été irréprochable. Non, ce que l’on peut lui reprocher, ce sont ses playoffs absolument minables. Pourtant, si on excepte un match 2 pas terrible et un match 4 bien trop faible au scoring, le premier tour est plutôt bon. Mais dès que l’on se penche sur la série contre Dallas, le constat est terrible. En moyenne sur la série, ses nombres de points, de passes et d’interceptions sont en chute libre. Et quand on regarde au cas par cas, le constat est encore plus alarmant.

Le plus scandaleux est probablement son match 4, pendant lequel il ne reste que 23 minutes sur le terrain. La raison ? Un enchainement de fautes facilement évitables et bien trop bêtes pour un joueur de son intelligence. Même si certaines sont dues à un arbitrage plutôt douteux, on ne peut pas pardonner cette performance. Encore moins quand on voit la suite de la série. Car si on parlait de catastrophes collectives concernant les matchs 6 et 7, pour Chris Paul les mots n’existent pas pour désigner un tel fiasco. Le pire étant son match 7 dans lequel il a tout simplement refusé de jouer son rôle de meneur. Son pourcentage au tir est bon, il n’a pas perdu de balle. Pourtant, il n’a scoré que dix points et fait 4 passes décisives. Autrement dit, il a préféré se cacher que de prendre des risques pour relancer son équipe à la dérive. Un comportement qui nous rappelle les heures sombres de choke city.

Quel avenir pour les Phoenix Suns ?

Contractuellement, l’essentiel du noyau est toujours engagé à Phoenix, à l’exception de DeAndre Ayton. Et c’est justement autour du Bahaméen que les questions se posent. L’an dernier, il avait refusé les propositions de Phoenix, misant sur lui-même pour montrer qu’il valait un contrat max. Une saison plus tard, le constat est sans appel : DeAndre Ayton n’est absolument pas un joueur max. Le problème étant qu’il est persuadé de l’être. Les Suns vont donc devoir trouver un moyen de lui faire entendre raison, et surtout prier pour ne pas être forcés à matcher une offre max provenant d’une autre équipe. Car avec les contrats de Booker, Paul et Bridges, pas sûr que le président Robert Sarver n’ait vraiment envie d’un contrat boulet dans son cap.

Pour le reste, aucun joueur important n’est en fin de contrat, à part peut-être McGee. Autrement dit, pour se renforcer, il va falloir passer par des transferts. Mais est-ce seulement dans l’intérêt de Phoenix ? Il serait surprenant de les voir toucher à leur duo de leaders. Cependant, ils vont probablement flairer les offres autour de Cameron Payne, et peut-être même autour de Bridges. Sans compter qu’en cas de clash avec Ayton sur la question contractuelle, un départ en sign & trade pourrait être envisageable. Bien sûr, il serait aussi tout à fait compréhensible de n’absolument rien bouger et de conserver cet effectif tel quel. Dans tous les cas, au vu de l’âge de Chris Paul, la fenêtre pour gagner un titre est déjà en train de se refermer.


Rédacteur depuis juin 2021 - Spécialisé dans le basket américain, et amoureux des Cleveland Cavaliers. Celui qui ne s'est pas levé à 2h du matin pour un Cavs-Knicks ne connait pas la vraie fatigue.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une