Nous suivre

Actualités

Bobsleigh : le Nigeria aux Jeux Olympiques d’hiver ? Yeah man !

Publié le

Souvenez-vous du film Rasta Rocket… Comme la Jamaïque en 1988, le Nigeria s’apprête à disputer ses premiers Jeux Olympiques d’hiver. Et comme la Jamaïque, c’est sur l’épreuve de bobsleigh qu’une équipe s’alignera. La comparaison s’arrête là car le Nigeria aura également une représentante en skeleton. Cependant le bruit court qu’un film racontant cette histoire verra le jour…

Il est toujours surprenant de voir des « pays tropicaux » participer à des sports d’hiver vu le climat dans ces pays. En Afrique, huit pays ont déjà participé aux JO en ski alpin et en ski de fond. Il y a quatre ans, Mathilde-Amivi Petitjean et Alessia Afi Dipol étaient les premières femmes à concourir pour un pays africain aux Jeux d’hiver en ski et ski alpin. Le Nigeria entrera dans l’histoire non seulement car cela sera la première participation olympique pour le pays mais également car aucun pays africain n’a envoyé d’équipe de bobsleigh ou un athlète de skeleton aux JO. Dans un pays où le sport roi est le football, l’aventure que s’apprête à vivre ces femmes promet de rester dans les annales.

 

Seun Adigun
Née le 3 janvier 1987 à Chicago (31 ans)
Pilote
Ngozi Onwumere
Née le 23 janvier 1992 à Dallas (25 ans)
Freineuse
Akuoma Omeoga
Née le 22 juin 1992 à Saint-Paul (25 ans)
Freineuse

Si à l’origine elle rêvait d’être la première femme à jouer en NBA, c’est vers l’athlétisme que Seun Adigun s’est tournée, son professeur de sport au lycée ayant détecté son potentiel dans ce sport. Elle a donc fait de l’athlétisme à l’université d’Houston, se spécialisant sur le 100m haies.
Trois fois championne de Nigéria de 100m haies, elle est également championne d’Afrique 2010. Elle a participé aux Championnats du monde de Daegu en 2011 et aux Jeux Olympiques de 2012.
Elle a fait ses débuts en bobsleigh en tant que freineuse rookie dans l’équipe américaine en 2013 avant de se lancer dans cette aventure en 2016.

Au lycée, Ngozi Onwumere a remporté de nombreuses médailles avec ses équipes de volley-ball et basket-ball. Dès sa première année à l’université de Houston, elle s’est tournée vers l’athlétisme. Spécialiste du sprint (100m, 200m, 400m et relais), elle faisait partie des relais 4X100m et 4X400m de son université. En 2015, avec Blessing Okagbare, Lawretta Ozoh et Cecilia Francis, elle a remporté la médaille d’or au relais 4X100m des Jeux Africains à Brazzaville. Lors de ces Jeux, elle a également remporté la médaille d’argent sur 200m derrière Marie-Josée Ta Lou. Elle était également du voyage à Nassau (Bahamas) pour les Relais mondiaux de l’IAAF en 2015 mais n’a pas participé aux finales.

Au lycée Irondale à New Brighton dans le Minnesota, Akuoma Omeoga a fait trois ans de volley-ball et a été nommée MVP en 2009 et 2010, de la longueur et du sprint. Elle a remporté de nombreux titres et établi des records de son lycée en 100m (12″27) et en longueur (5,55m). Elle a étudié à l’Université du Minnesota et a décidé d’y faire de l’athlétisme comme sa soeur Chioma auparavant. Elle a malheureusement connu de nombreuses blessures tout au long de ses études. Après l’université, elle avait pour ambition de trouver un nouveau sport. Si elle pensait par exemple au football, c’est finalement le bobsleigh qui aura ses faveurs ! Elle s’est mise au défi de prendre des risques et d’expérimenter quelque chose de nouveau.

Si les trois femmes n’ont pas pratiqué le bobsleigh depuis leur plus jeune âge, elles savent bien ce qu’est la compétition puisqu’elles ont toutes pratiqué l’athlétisme à l’université ou au niveau international.

Dans un premier temps, les Nigérianes ont été sélectionnables en novembre dernier après avoir effectué leur cinquième course qualificative IBSF (International Bobsleigh and Skeleton Federation) à Calgary. Pour être définitivement assurées de participer à cette olympiade, les Nigérianes devaient maintenir au moins un membre de l’équipe dans le top 40 mondial jusqu’au 14 janvier dernier. Ça n’est pas le cas, cependant, il leur restait une dernière option : chaque continent dispose d’au moins un quota pour un équipage s’il répond aux critères mentionnés ci-dessus. De plus, les athlètes qui figurent dans le top 40 mais dont le pays a atteint son quota maximum d’équipages, sont retirés de la liste afin de permettre aux autres athlètes de monter dans le classement. Grâce à cette règle, la participation définitive du Nigeria a été actée.

Cette aventure a commencé sous l’impulsion de Seun Adigeun, directrice technique pour le bobsleigh à la Fédération nigériane de bobsleigh et skeleton (créée en décembre 2016) et pilote. Pour cela, elle a recruté Ngozi Onwumere et Akuoma Omeoga. Elle connaissait la première nommée depuis 2009 : elles s’étaient rencontrées aux essais de recrutement en athlétisme de Ngozi Onwumere à l’université de Houston. Seun Adigeun débutait alors en tant que coach assistante. Elles sont restées en contact et c’est tout naturellement qu’elle a pensé à elle pour ce projet.
Seun Adigeun a ensuite rencontré Akuoma Omeoga lors de l’été 2016, c’est la petite sœur de l’un de ses amis proches. Il lui a demandé de prendre contact avec elle puisqu’elle déménageait du Minnesota vers Houston. Elles ont rapidement noué des liens au point qu’elle la considère comme « sa petite sœur ». En septembre 2016, lorsqu’elle a appris qu’elle avait pratiqué l’athlétisme à l’université du Minnesota, elle a décidé de l’inviter à participer à son projet.
Akuomega Omeoga et Ngozi Onwumere ne se sont donc rencontrées qu’en septembre 2016 mais elles ont directement accroché et ont également bâti une amitié solide.
Que ce soit sur le plan sportif ou par rapport à leur personnalité, ces trois athlètes se ressemblent et ont un but commun : rendre fiers les Nigérians et diffuser une image positive du Nigeria et de l’Afrique.

 

https://twitter.com/Seun_MsAmazing/status/952961313013157893

Pour pouvoir atteindre leur but, il a bien sûr fallu lever des fonds et mettre en place une organisation. Ainsi la première fédération africaine de bobsleigh a vu le jour le 28 décembre 2016 : la Fédération Nigeriane de Bobsleigh & Skeleton, présidée par Solomon Ogba. Celui-ci a félicité les trois comparses pour leur dévouement personnel et leur engagement après leur qualification : « Leur travail acharné a été inspirant et j’espère que les Nigérians apprécieront à leur juste valeur le travail, les sacrifices et la discipline qui ont été fournis pour y parvenir. »

En effet, au début de l’aventure, Seun Adigeun est allée dans une quincaillerie locale et a construit un bobsleigh de fortune en bois avec des roues pour pouvoir s’entraîner. Cela leur a permis de pouvoir travailler sur leur départ sur une piste de l’université de Houston. Par la suite, c’est Seun Adigeun elle-même qui a lancé une campagne de financement pour récolter $75,000 pour compléter le montant total de $150,000 nécessaire. Cette somme devait servir à couvrir notamment les frais pour l’achat d’un bobsleigh, pour le matériel, pour les transports, les assurances pour les athlètes…

Actives sur les réseaux sociaux, elles ont mené une grande campagne marketing qui leur a permis de taper dans l’œil de sponsors tels que Beats by Dre, Visa et la marque de vêtements Under Armor. Partenaire olympique mondial depuis 1986, Visa a été inspiré par leur histoire : « Nous avons tenu à reconnaître l’esprit collectif de ces athlètes, qui symbolise parfaitement l’esprit de Team Visa. En les accueillant dans Team Visa, nous espérons fournir à ce groupe d’athlètes déterminées une plateforme mondiale afin de raconter leur ambition et d’encourager les athlètes du monde entier à suivre leurs rêves, et à ne jamais abandonner » a déclaré Chris Curtin, chef du marketing, marque et innovation, chez Visa.

Même si elles sont loin des grandes nations que sont le Canada, l’Allemagne ou les Etats-Unis, elles rêvent d’une médaille : « personne ne va aux Jeux Olympiques pour ne pas être dans le top 3″.
Rendez-vous avec l’histoire les 20 et 21 février.

Crédits photos : BSF Nigeria

Arlette


Journaliste/rédactrice depuis septembre 2015 - Supportrice de Chelsea, mes sports de prédilection sont le handball, l'athlétisme et le tennis. Si je tweete plus vite que mon ombre, vous pouvez aussi me retrouver les week-ends sur les playgrounds de Bruxelles pour un petit foot ou basket entre potes. Parcourir la France, l'Europe et plus si affinités pour suivre mes sportifs préférés ? Mon kif ! Et c'est avec plaisir que je partage les résultats des sports populaires mais également plus confidentiels pour Dicodusport.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une