Nous suivre

Coupe du monde 2018

Brésil – Suisse (1-1) : les 5 choses à retenir

Sophie Clapier

Publié

le

Le Brésil a fait son entrée en lice face à la Suisse. Après la déception du Mondial 2014 à domicile mais une qualification facile pour 2018, les Brésiliens devaient répondre présents, face à une équipe qui a décroché sa place lors des barrages. Voici les cinq choses à retenir de ce match.

La merveille signée Coutinho

Que de beaux buts en ce début de compétition. Après Cheryshev, Ronaldo ou encore Nacho, c’est Philippe Coutinho qui nous a offert le but de la soirée. Une frappe enroulée du pied droit, parfaite, à la 20ème minute qui vient frapper le poteau pour se glisser dans les filets suisses, imparable pour Sommer. Un but à diffuser dans les écoles de foot.

La réaction suisse

Dans un jeu fermé après ce premier but, difficile pour les Helvètes de s’exprimer, mais ils tiennent. Et au retour des vestiaires, Zuber égalise de la tête. Les Brésiliens ont beau réclamé une petite poussette sur Miranda, que nenni, l’arbitre accorde le but. Le match est alors relancé.

L’arbitrage vidéo oublié

Si elle a été utilisée dans la plupart des rencontres, la vidéo a été laissée de côté dans ce match, malheureusement pour les quintuples champions du monde. Après cette poussette sur le défenseur brésilien sur l’égalisation suisse, c’est un penalty qui aurait pu être accordé aux coéquipiers de Neymar, Gabriel Jesus étant ceinturé dans la surface adverse. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas !

Neymar répond … ne répond plus

Mais où est passé Neymar ? Si vous vouliez voir la vedette, il fallait surtout le chercher … au sol, ou grâce à sa coupe de cheveux qu’en revanche, nous oublierons volontiers. Après un bon début de match, le numéro 10 a disparu, ce n’est pas le coup franc manqué à la 65ème qui nous contredira. Mis à part un léger sursaut d’orgueil dans les quinze dernières minutes, il faudra faire mieux.

Les grandes équipes peinent

Les Brésiliens auraient pu décrocher la victoire sur un dernier tir de Miranda qui frôle le montant de Sommer, mais la Nati a résisté jusqu’au bout. Après la défaite de l’Allemagne, le match nul entre l’Espagne et le Portugal et celui de l’Argentine avec l’Islande, les grandes équipes ont du mal à entrer dans la compétition. Nous allons de surprise en surprise dans cette compétition. Mais jusqu’où irons-nous ?

Sophie Clapier


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une