Nous suivre

Basket-ball

Ce qu’il faut retenir de la soirée en Jeep Elite

Publié

le

Ce qu’il faut retenir de la soirée en Jeep Elite
Photo AS Monaco Basket

Riche soirée en Jeep Elite avec six rencontres au programme. Le trio de tête formé par Monaco, Dijon et l’ASVEL a tenu son rang tandis que Le Mans remporte le derby face à Cholet grâce aux 28 points de Valentin Bigote.

Monaco se reprend

Après avoir perdu seulement deux fois en dix-neuf rencontres, l’AS Monaco reste sur deux défaites consécutives face à des adversaires directs (Dijon et ASVEL). Face à Nanterre, le récent champion d’Europe a réagi brillamment en s’imposant sans trop de soucis face à la JSF (90-67). Avec une excellente adresse (54%), ils ont pris les rênes du match d’entrée pour ne plus les lâcher. Il y avait déjà 19 points d’écart à la mi-temps, et Nanterre n’a jamais pu revenir. Porté par un Ibrahima Fall Faye dominateur sous le cercle (7 points, 11 rebonds) et un Damien Inglis efficace (15 points à 5/7 au tir), l’ASM se relance et conserve sa première place au classement.

L’ASVEL et Dijon tiennent la cadence

Bourg-en-Bresse-ASVEL était l’affiche du soir, et elle a tenu toute ses promesses. Malgré un Danilo Andusic (21 points) toujours productif et un Maxime Courby (8 points) auteur de gros shoots dans le money-time, la JLB doit capituler face au collectif de l’ASVEL. Rouillée offensivement, cette dernière s’est appuyée sur une excellente défense et a pu compter sur une belle efficacité en fin de match pour s’imposer, 79-70. Comme bien souvent, Thomas Heurtel (21 points, 6 passes) et Guerschon Yabusele (17 points) ont sorti des matchs solides pour tenir cette septième victoire consécutive.

De son côté, la JDA a tenu son rang en se défaisant d’Orléans, 77-74. Quasiment toujours devant au score, les Dijonnais se sont fait peur. L’OLB n’a jamais lâché et est même furtivement parvenu à prendre l’avantage sur un shoot de Luke Fischer (16 points, 4 rebonds) à 45 secondes du buzzer. Cependant, la JDA a fait parler son talent. David Holston (16 points, 5 rebonds) et Hans Vanwijn (12 points, 7 rebonds) remettent les choses dans l’ordre et offrent la victoire, 74-71, à leur équipe. A noter également le gros match d’Alex Chassang en sortie de banc (18 points à 6/7 au tir).

Roanne n’y arrive plus

Installé tranquillement en milieu de tableau il y a quelques semaines, Roanne est désormais aux portes du purgatoire. La faute à une sixième défaite consécutives concédée face à un adversaire direct, Le Portel. Celle-ci fait très mal puisque après avoir été cueillie à froid d’entrée (8-24), la Chorale s’est magnifiquement reprise. En tête durant quasiment toute la deuxième mi-temps avec un bon Juvonte Reddic (14 points, 4 rebonds), elle finit par céder dans le money-time pour finalement perdre 77-74. Le Portel d’un très solide Mikyle McIntoshe (22 points, 5 rebonds) remporte là un troisième succès de rang qui renforce sa place en milieu de tableau.

Limoges et Le Mans consolident leur Top 8

Respectivement 7e et 8e, Limoges et Le Mans ont tous deux fait le boulot face à des équipes qui jouent leur peau. Opposée à Chalons-Reims, la JSP a sorti une grosse deuxième mi-temps pour repousser son adversaire dans le sillage des 17 points de Jerry Boutsiele. Bien parti, le Champagne Basket a perdu beaucoup trop de ballons (16) malgré les belles prestations de Joshiko Saibou (15 points, 6 rebonds) et Matthieu Gauzin (14 points, 6 rebonds).

Dans un match parti sur des bases très offensives (60-48) à la mi-temps, Le Mans a finalement réussi à résister au retour de son rival régional, Cholet, malgré plusieurs absences (Ovie Soko, Iggy Mockevicius). Ce dernier a mis la pression dans le dernier quart, mais n’a pu rien faire face à un Valentin Bigotte sur une autre planète (28 points). L’ancien Dijonnais a crucifié les Choletais en inscrivant deux paniers à 3 points fatals dans les dernières minutes. Malgré la grosse prestation de Michael Stockton (25 points, 9 passes), ils ont fini par céder, et s’inclinent 95-88. Avec une seule victoire d’avance sur la 17e place, la course pour le maintien est loin d’être terminée.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une