Nous suivre

Biathlon

Championnats du monde 2020 – Relais hommes : les Bleus champions du monde !

Avatar

Publié

le

AFP

Biathlon – Championnats du monde 2020 – Le relais français a remporté la médaille d’or ce samedi sur le relais hommes à Antholz ! Émilien Jacquelin, Martin Fourcade, Simon Desthieux et Quentin Fillon Maillet apportent un troisième titre mondial à l’équipe de France.

Ils l’ont fait ! L’équipe de France masculine a décroché la médaille d’or sur le relais hommes ce samedi. Dix-neuf ans après le seul et unique titre des Bleus sur l’épreuve par équipes, Émilien Jacquelin, Martin Fourcade, Simon Desthieux et Quentin Fillon Maillet ont réalisé une course presque parfaite (4 pioches seulement) pour l’emporter devant la Norvège de Johannes Boe et l’Allemagne de Benedikt Doll.

Un sacre construit brique par brique

Champion du monde de la poursuite, Émilien Jacquelin lançait les Bleus avec un relais de très grande qualité, ponctué d’une seule balle de pioche. Avec lui, l’Allemand Erik Lesser faisait le sans-faute. En revanche, Velte Christiansen, premier étage de la fusée norvégienne, devait (déjà) aller faire un tour de pénalité. Au moment du départ de Martin Fourcade en deuxième relayeur, le duo franco-allemand disposait d’une avance de 38 secondes sur la Norvège de Johannes Dale.

Martin Fourcade, lui, a continué à soigner sa feuille de stats au tir. Un 10/10 du Catalan permettait aux Français de rester en tête, toujours flanqués d’une Allemagne quasi impeccable au tir (9/10 pour Horn). Au départ de Simon Desthieux et Arnd Peiffer, les troisièmes relayeurs français et allemands, la Norvège, elle, pointait à 1’05, après trois pioches sur le debout pour Johannes Dale.

DesthieuxPeiffer, le Français et l’Allemand étaient inséparables jusqu’à la sortie du tir debout, avec une pioche chacun. Mais le Tricolore, trop juste sur les skis, voyait Arnd Peiffer s’envoler, et donner le témoin à Benedikt Doll avec une marge de 12 secondes sur Quentin Fillon Maillet, dernier maillot bleu.

Fillon Maillet parachève l’oeuvre bleue

Et QFM aura été plus que malin. Le médaillé d’argent sur le sprint a d’abord laissé Doll reprendre quelques secondes avant le premier tir. Avec réussite. L’Allemand se loupait, avec trois pioches, pendant que Fillon Maillet assurait son tir avec 5/5. Le Français ressortait même du pas de tir avec quelques secondes d’avance sur le dernier relayeur allemand.

Le feu d’artifice arrivait sur le tir debout. Malgré trois pioches, Quentin Fillon Maillet mettait sur orbite la France du biathlon, Benedikt Doll allant même sur l’anneau de pénalité. Dix-neuf ans après la génération Raphaël Poirée, celle de Martin Fourcade est à son tour dorée. Le quintuple champion olympique enlève par ailleurs le seul sacre mondial qui lui échappait jusqu’ici. La boucle est bouclée.

Dicodusport


Avatar

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Biathlon

[Vidéo] En 2016 à Holmenkollen, Martin Fourcade remportait un troisième titre mondial en poursuite

Nico

Publié

le

Par

Getty Images

BIATHLON – Grâce à la chaîne Youtube du média Biathlon Live, revivez la victoire de Martin Fourcade lors de la poursuite des championnats du monde 2016.

Ce 6 mars 2016, Martin Fourcade remporte pour la troisième fois le titre mondial sur une poursuite. Il vient à bout des trois plus grands biathlètes norvégiens, chez eux. Sur cette poursuite d’Holmenkollen, le champion français devance, dans l’ordre, Ole-Einar Bjoerndalen, Emile Svendsen et Johannes Boe. Une course des Rois remportée par le plus grand d’entre eux.

Dicodusport


Lire la suite

Biathlon

Le super sprint, un atout pour le biathlon mondial ?

Nico

Publié

le

Par

Marco Bertorello / AFP

BIATHLON – Testé durant deux saisons en IBU Cup, le super sprint sera au programme de la Coupe du monde 2020-2021, lors de l’étape finale à Oslo. Est-ce vraiment un nouvel atout pour le biathlon ?

Petit rappel des règles. Sur l’épreuve du super sprint, les biathlètes s’élancent pour une séance de qualification sur 3km avec un tir couché et un tir debout. Une balle de pioche est autorisée, avec un tour de pénalité de 75m en cas de faute supplémentaire. Les 30 meilleurs chronos sont qualifiés pour la finale.

Le départ de la finale s’effectue en mode mass-start avec les meilleurs biathlètes de la qualification devant sur la grille de départ. Tout ce beau monde pour 5km avec 4 tirs (couché, couché, debout et debout). Une balle de pioche est à disposition sur chaque tir, avec là aussi, un tour de pénalité de 75m en cas d’erreur supplémentaire.

La finale dure un peu moins de 15 minutes chez les hommes, et à peine plus chez les femmes. Un format ultra-court, en somme. Alors, est-ce un atout pour le biathlon ? La réponse est surtout une question de point de vue.

Un « produit spectaculaire », adapté à la TV

Avec peu de ski et donc une course rapide agrémentée de quatre tirs, forcément, le spectacle est au rendez-vous du super sprint. Ajoutez à cela un départ groupé des 30 protagonistes en finale, et vous avez là une course qui attirera forcément les téléspectateurs. L’IBU sait que la mass start est le format le plus vendeur, celui qui plaît le plus aux fans et le super sprint est un moyen de proposer une autre version de la course phare, avec de la confrontation directe. Pour les chaînes de TV, ce format en deux temps, et court, permet une meilleure rentabilité.

Sportivement, un intérêt limité ?

Le biathlon est la combinaison de deux sports : le tir et le ski de fond. Sur les courses programmées jusqu’ici, sprint, poursuite, individuel et mass start, l’équilibre entre les deux est quasi parfait. Avec seulement trois kilomètres lors des qualifications et cinq en finale, le super sprint fait clairement pencher la balance du côté du tir. Des boucles de seulement un kilomètre qui ne permettent de faire aucune différence à ski. Le temps de partir et de revenir sur le pas de tir, la course se résume finalement presque à un concours d’adresse, plus qu’à du biathlon.

Quentin Fillon Maillet dubitatif

Dans nos colonnes, Quentin Fillon Maillet, troisième des deux dernières Coupes du monde, a expliqué que ce format ne l’inspirait pas trop, même s’il attend de se faire son propre avis.

C’est une épreuve sur laquelle je n’ai pas encore couru. J’ai juste eu les retours d’Antonin (Guigonnat) et Fabien (Claude) qui eux ont couru sur ce format en IBU Cup. Personnellement, je ne suis pas spécialement pour. Les premiers retours, justement, ne sont pas exceptionnels, le tir prenant une place trop importante avec le ski délaissé. Je pense qu’il faut un compromis entre ski et tir. Après, j’ai envie de me faire mon propre avis.

Le Super Sprint, un atout pour le biathlon mondial ?

Dicodusport


Lire la suite

Biathlon

[Vidéo] En mars dernier, Julia Simon remportait sa première victoire en Coupe du monde

Nico

Publié

le

Par

Jussi Nukari / AFP

BIATHLON – Grâce à la chaîne Youtube du média Biathlon Live, revivez la victoire de Julia Simon sur la poursuite de Kontiolahti en mars 2020.

Pour terminer la saison 2020, Julia Simon parachevait le feu d’artifice tricolore. Après le dernier succès en carrière de Martin Fourcade, la biathlète des Saisies, elle, enlève une première victoire individuelle en Coupe du monde sur la poursuite finlandaise. Avec un dernier tir incroyable, et un vent de fraîcheur sur le biathlon féminin.

Dicodusport


Lire la suite

Biathlon

[Vidéo] En 2017, Justin Braisaz remportait sa première victoire au Grand-Bornand

Nico

Publié

le

Par

Grégory Yetchmeniza / Maxppp

BIATHLON – Grâce à la chaîne Youtube du média Biathlon Live, revivez la victoire de Justine Braisaz sur la mass start du Grand-Bornand en 2017. 

Quoi de mieux qu’une victoire à domicile pour un premier succès en Coupe du monde ? Le 17 décembre 2017, au Grand-Bornand, Justine Braisaz réalise une course au presque parfait pour remporter sa première épreuve individuelle, à 20 ans seulement.

Dicodusport


Lire la suite

Biathlon

Quentin Fillon Maillet : « Les objectifs seront les mêmes »

Avatar

Publié

le

Par

AFP

BIATHLON – Troisième de la Coupe du monde 2019-2020 et champion du monde avec le relais masculin à Antholz, Quentin Fillon Maillet a répondu aux journalistes lors d’un point presse en visioconférence, organisé ce jeudi. 

Sorti du confinement dans son Jura natal, Quentin Fillon Maillet voit, comme l’ensemble de l’équipe de France de biathlon, le bout du tunnel. Le nouveau chef de file des Bleus a repris la course à pied et le ski roues, avant de reprendre le tir lundi prochain. Le natif de Champagnole est d’abord revenu sur la saison passée, avec du bon et du moins bon, selon le principal intéressé. « Il y a eu de bons résultats, mais avec une petite part de déception car j’étais proche de mes gros objectifs. Cela laisse un petit goût d’inachevé », déclare-t-il dans un état d’esprit conquérant pour la saison 2020-2021. « Les objectifs seront les mêmes », prévient-il.

En pleine réflexion sur sa stratégie de préparation en vue de la prochaine Coupe du monde, QFM est revenu sur son confinement. « Je ne suis pas du tout quelqu’un qui va se morfondre » assume-t-il. « Il y a toujours du positif, quoiqu’il se passe. Il faut juste savoir s’adapter et cela permet de voir les choses autrement. […] Personnellement, en temps normal, je passe plus de temps avec mes coéquipiers de l’équipe de France qu’avec ma copine. Là, j’ai passé deux mois complets avec elle, elle s’en est réjouie ». Un mal pour un bien en somme.

La retraite de Johannes Boe en 2026

Interrogé par nos confrères sur l’annonce de Johannes Boe concernant sa probable retraite à l’issue des JO de 2026, Quentin Fillon Maillet n’a pas manqué de réagir avec humour. Le biathlète de 27 ans prévient néanmoins qu’il faut être vigilant sur le sens de la déclaration du Norvégien.

C’est sûr que Johannes Boe est un adversaire de taille. Après, ça me fait un peu rire ce genre d’annonce. Il annonce qu’il sera là jusqu’en 2026 si tout se passe bien. Mais si la saison prochaine il n’a plus les mêmes résultats ou qu’une quelconque raison le pousse à arrêter, peut-être qu’il n’arrivera pas jusqu’en 2026. À mon avis, le sens, ce n’est pas « je vais jusqu’en 2026 », c’est plutôt « j’ai envie d’aller jusqu’en 2026 ».

Quentin Fillon Maillet, lui, ne se fixe pas de date pour sa fin de carrière. Toujours concernant le double vainqueur en titre du gros globe de cristal, ce dernier a récemment déclaré qu’il n’irait probablement pas à Pékin pour l’étape pré-olympique (26/02 au 1/03/21). Le Français semble sur la même longueur d’ondes. « Stratégiquement, par rapport à la fatigue engrangée sur toute une saison, s’il y a une étape à éviter, c’est à mon sens la pré-olympique » affirme-t-il.

« Je prends l’exemple d’Emil Svendsen qui n’a fait aucune étape pré-olympique et qui pour le coup, n’est pas revenu sans médaille l’année suivante. » Quand on sait que cette étape chinoise aura lieu cinq jours après la fin des Mondiaux de Pokljuka, il est facile d’imaginer que beaucoup de biathlètes ne feront pas le déplacement. Néanmoins, le Tricolore prévient. « Je déciderai en temps voulu. Si je suis bien placé au général, j’irai sur toutes les étapes. » Voilà qui est dit.

Biathlon - Pokljuka - Quentin Fillon Maillet remporte la mass start

Quentin Fillon Maillet lors du relais masculin de Ruhpolding, en janvier dernier – AFP

L’arrivée du super-sprint en Coupe du monde

Durant le point presse, nous avons interrogé Quentin Fillon Maillet sur l’arrivée du super-sprint au calendrier. Comme Johannes Boe il y a peu, l’homme aux 26 podiums individuels en Coupe du monde semble plutôt dubitatif. Et pour cause.

C’est une épreuve sur laquelle je n’ai pas encore couru. J’ai juste eu les retours d’Antonin (Guigonnat) et Fabien (Claude) qui eux ont couru sur ce format en IBU Cup. Personnellement, je ne suis pas spécialement pour. Les premiers retours, justement, ne sont pas exceptionnels, le tir prenant une place trop importante avec le ski délaissé. Je pense qu’il faut un compromis entre ski et tir. Après, j’ai envie de me faire mon propre avis.

Le leadership en équipe de France

Enfin, Quentin Fillon Maillet a abordé ce nouveau rôle avec les Bleus, suite au départ à la retraite de Martin Fourcade. Troisième du général lors des deux dernières saisons et impressionnant de régularité, le champion du monde du relais masculin à Antholz se sait attendu. Sans pour autant en faire une fixation, bien au contraire.

Il y a un leadership sportif sur lequel je souhaite m’imposer en tant que meilleur français l’hiver prochain. Après, il n’y a pas spécialement de capitaine dans l’équipe. Il y a un aspect de cohésion d’équipe qui est important. Par exemple, j’essaye de donner le maximum d’informations aux plus jeunes et eux peuvent aussi me donner certaines pistes de travail. Cet aspect du leadership, il ne se ressent pas spécialement en équipe de France, je ne souhaite pas instaurer une étiquette de capitaine.

Désormais, Quentin Fillon Maillet va monter en puissance dans sa préparation. Avant de retrouver début juin, à Prémanon (Jura), le reste de l’équipe de France pour le premier stage de la saison.

Dicodusport


Lire la suite

Fil Info

FootballIl y a 40 minutes

Quiz : connaissez-vous bien l’histoire de la Ligue des Champions ?

La Ligue des Champions de football vous manque ? Pas de panique, testez vos connaissances sur cette compétition dans un...

HandballIl y a 1 heure

Luc Abalo s’engage avec Elverum (Norvège)

HANDBALL - À bientôt 36 ans, l'ailier international Luc Abalo a signé dans le club d'Elverum (Norvège). Un temps tenté...

FootballIl y a 15 heures

Football – Bundesliga : notre pronostic pour Fribourg – Bayer Leverkusen

BUNDESLIGA - Déjà la quatrième journée depuis le retour du championnat allemand avec un match entre Fribourg et le Bayer...

CoronavirusIl y a 16 heures

Ce qu’il faut retenir de la phase 2 du déconfinement concernant le sport

CORONAVIRUS - Ce jeudi, le Premier Ministre Édouard Philippe a dévoilé la phase 2 du déconfinement. Les salles de sport,...

AthlétismeIl y a 17 heures

Christine Arron découpe Patrick Montel

Dans un entretien accordé au magazine The Running Heroes Society, Christine Arron revient sur son expérience de consultante pour France...

RugbyIl y a 18 heures

Top 14 2020/2021 – Transferts : le point sur le mercato d’Agen

Top 14 2020/2021 - La saison 2019/2020 arrêtée, place désormais à l'exercice 2020/2021. On fait le point sur le mercato...

NBAIl y a 19 heures

Violences policières : le sport US vent debout après la mort de George Floyd

SPORT US - Les États-Unis sont sous le choc après le décès à Minneapolis de George Floyd, un Afro-Américain de...

Rugby à XVIl y a 22 heures

Top 14 – XV type de la saison 2019-2020 : Élisez les meilleurs ailiers

RUGBY - Le 21 mai dernier, Dicodusport lançait sa consultation concernant l'élection du XV type de Top 14 version 2019/2020....

Rugby à XIIIIl y a 23 heures

NRL : notre pronostic pour Sydney Roosters – South Sydney Rabbitohs

NRL - La NRL est de retour avec la 3ème journée et un derby de Sydney entre les Roosters et...

Rugby à XVIl y a 24 heures

Fabien Galthié : « Pas de raison de remettre en cause le capitanat » de Charles Ollivon

RUGBY - Dans un long entretien accordé à nos confrères de L'Équipe, Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France, est...

Advertisement

Nous rejoindre

Le Club Dicodusport

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2020 - Tous droits réservés