Nous suivre

Athlétisme

Mondiaux Athlétisme en salle : Pascal Martinot-Lagarde vice-champion du monde du 60 m haies

Publié le

Mondiaux Athlétisme en salle Pascal Martinot-Lagarde vice-champion du monde du 60 m haies
Photo Icon Sport

ATHLETISME – CHAMPIONNATS DU MONDE EN SALLE – Pascal Martinot-Lagarde a décroché la médaille d’argent derrière l’intouchable Grant Holloway sur le 60 mètres haies. Il s’agit là de sa huitième médaille européenne en salle !

Il avait souffert en demi-finales, ne réalisant pas la meilleure course de sa vie. Mais il était malgré tout parvenu à rejoindre la grande finale. Ce dimanche soir, Pascal Martinot-Lagarde a réagi avec brio pour aller décrocher une nouvelle breloque à ajouter à sa collection. Déjà multiple médaillé lors des championnats du monde en salle, le sprinteur français a tenu son rang au moment où il fallait en faisant preuve de maîtrise.

Grant Holloway intouchable pour l’or 

Auteur d’un excellent départ derrière la fusée Grant Holloway, le Français a effectué des passage de haies consistants afin de conserver la courte tête d’avance acquise dans les premiers mètres. Costaud jusqu’au bout il termine avec un chrono de 7.46, près d’un dixième devant  Jarrett Eaton (7.56), qui doit se contenter du bronze. Pascal Martinot-Lagarde s’empare donc lui de la médaille d’argent puisque comme prévu, l’or a terminé autour du cou de l’intouchable Grant Holloway. Après avoir égalé son record du monde en demi-finales (7.29), l’Américain a une nouvelle fois écrasé la course en prenant une large avance dès les starting-blocks, sans être inquiété par la suite (7.37).

Pour Pascal Martinot-Lagarde, cette médaille d’argent vient remplir une collection de huit médailles mondiales en salle. Également présent en finale, Wilhem Belocian n’a lui jamais été réellement dans le coup et cela se traduit par une décevante dernière place (7.67).


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une