Champions Cup : ce qu’il faut retenir de la défaite de Toulouse au Leinster


Coupe d’Europe – Après une série de 12 matchs sans défaite, Toulouse s’est lourdement incliné sur le terrain du Leinster (29-13).

Le match : Toulouse y a cru une mi-temps

Ce sont les Irlandais qui mettaient la pression sur les Toulousains en début de rencontre. Un plaquage sans ballon de Charlie Faumuina dans ses 22m permettait à Ross Byrne d’ouvrir le score pour le Leinster (3-0, 8′). Cinq minutes plus tard, Thomas Ramos lui donnait la réplique après une mêlée remportée par les avant haut-garonnais (3-3, 13′). Derrière, les Stadistes tentaient de mettre de la vitesse. Mais les Leinstermen parvenaient à mettre la main sur le ballon durant près de 40 phases de jeu et plus de trois minutes de possession dans les 22m toulousains. Au bout de cette action, le capitaine Julien Marchand grattait finalement le ballon et Toulouse respirait, pas pour longtemps.

A la demi-heure de jeu, les Rouge et Noir multipliaient les fautes. Ntamack puis Kaino étaient pénalisés. Sûrs de leur force, les Dubliners allaient en touche et s’installaient une nouvelle fois dans les 22m français. Et au bout d’une nouvelle longue séquence, Jack Conan, le numéro 8 irlandais, inscrivait le premier essai du match. Byrne transformait et la province irlandaise menait 10 à 3 après 35 minutes. Juste avant la mi-temps, Thomas Ramos passait une pénalité après une faute au sol des Irlandais. A la pause, Toulouse, sous pression, était mené logiquement (10-6) mais restait au contact.

Le début de la deuxième période était à l’image de la première. Les joueurs du Leinster investissaient de nouveau le camp toulousain pour y rester. Et avec 70% de possession en faveur des Irlandais, Toulouse ne pouvait que constater les dégâts. A la 50ème minute, Ross Byrne, excellent aujourd’hui, exécutait une passe au pied millimétrée sur l’aile gauche pour Dave Kearney qui aplatissait en coin face à un Romain Ntamack trop juste. Si Byrne ne convertissait pas, les champions d’Europe en titre prenaient leurs distances et sortaient les joueurs de la ville rose du bonus défensif (15-6, 51′).

Pas rassasiés, les joueurs de Cullen continuaient leur travail de sape. A l’heure de jeu, Cronin marquait en force au bout d’une nouvelle possession irlandaise. Byrne transformait, et Toulouse comptait alors 16 points de retard (22-6). Si les visiteurs tentaient de se remettre la tête à l’endroit sur leur première vraie possession dans le camp des locaux, les Leinstermen excellaient en défense et écœuraient leurs adversaires. A cinq minutes de la fin de la rencontre, Adam Byrne inscrivait l’essai du bonus pour les Irlandais, transformé par le rentrant Noel Reid. Cheslin Kolbe sauvait l’honneur dans les dernières secondes, mais l’écart était fait. Une victoire nette et sans bavure des tenants du titre (29-13) et fin de série logique pour les hommes d’Ugo Mola.

Si Antoine Dupont a tout tenté, les Stadistes repartent bredouilles d’Irlande – Stade Toulousain

Le joueur : Ross Byrne, plus qu’une simple doublure

L’annonce du forfait de Jonathan Sexton, le maître à jouer des Dubliners, avait quelque peu inquiété les supporters irlandais. Mais dès le début de la rencontre, l’ouvreur était dans le coup. Un 3/4 au pied, une animation parfaite et une formidable passe au pied sur le 2ème essai des siens. Un grand match, en somme. Le Leinster peut dormir tranquille, la succession de Sexton est déjà assurée.

Le bilan : le Leinster passe devant des Toulousains trop justes

Les Toulousains auront certainement beaucoup appris aujourd’hui en Irlande. En tête, les jeunes pousses du pack comme Clément Castets et Julian Marchand, très bon par ailleurs dans le combat, mais aussi les gazelles des lignes arrières, Thomas Ramos et Romain Ntamack en tête. Ces deux derniers ont d’ailleurs réalisé un match moyen, constamment sous la pression de la défense (très) agressive du Leinster. Les Stadistes ont ainsi pu voir l’écart entre les deux équipes sur la scène européenne. Rien de dramatique, mais Ugo Mola and co savent de où ils (re)viennent.

En face, les Irlandais ont récité leur rugby. Si Toulouse s’est montré maladroit sur leurs rares incursions dans le camp adverse, notamment en 1ère période, les coéquipiers de Sexton ont été précis en attaque et quasiment infranchissable en défense. Une pression constante sur le porteur du ballon et une occupation du terrain (61%) qui en dit long sur la domination des Leinstermen. Tout simplement ce qui se fait de mieux en Europe actuellement, avec 23 essais en 5 matchs.

Sur le plan comptable, le Leinster vire en tête avec 20 points. Les Haut-Garonnais restent deuxièmes avec 17 points. Mais ces derniers peuvent encore croire à la 1ère place avec la réception de Bath le week-end prochain car dans le même temps, les Irlandais se rendront sur le terrain des Wasps lors de la dernière journée, pour un match compliqué. Tout reste à faire donc.

Flo Ostermann

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des