Nous suivre

Champions Cup 2020-2021

Toulouse – UBB : les notes du match

Flo Ostermann

Publié

le

Toulouse - UBB les notes du match
Photo Icon Sport

CHAMPIONS CUP 2020-2021 – Serein et en maîtrise, le Stade Toulousain s’est qualifié pour la finale en dominant l’UBB (21-9). Les notes du match.

Les notes de Toulouse

Les avants

Cyril Baille – 7 : Le pilier gauche international a eu une activité très importante sur le plan défensif. En effet, il a réalisé 10 plaquages, tous réussis. En mêlée fermée, le Stade Toulousain a aussi pu compter sur lui. Remplacé par Clément Castets (60’), qui n’a pas non plus subi en mêlée fermée. 

Julien Marchand (Cap) – 6 : Une fois n’est pas coutume, le capitaine était à la pointe du combat. Cela lui a permis de gagner deux turnovers et de réaliser 7 plaquages. Il aura tout de même eu quelques difficultés avec les lancers (9/13), dans des conditions compliquées. Remplacé par Peato Mauvaka (65’), qui aura mis fin aux illusions des Bordelais avec un grattage à la 79ème minute. 

Charles Faumuina – 6,5 : Prestation solide de la part du pilier néo-zélandais, notamment en mêlée fermée. A la 30ème minute, il récupère une pénalité importante pour aider son équipe à se sortir de la pression. Au-delà de cet aspect-là du jeu, le pilier a effectué tout le match, car Dorian Aldegheri s’est blessé dès sa rentrée (58’). Il a été actif avec 9 plaquages effectués (1 manqué), mais a commis deux en-avants en seconde période. 

Rory Arnold – 5,5 : Le deuxième-ligne australien a souffert en première mi-temps, avec seulement deux plaquages effectués et un ballon perdu en touche. En seconde période, il s’est rattrapé dans ce secteur avec trois ballons captés. Remplacé par Joe Tekori (68’).

Richie Arnold – 7 : Le géant australien a terminé meilleur plaqueur de son équipe, avec 12 joueurs bordelais pris dans ses filets (3 plaquages manqués). En touche, il a également excellé en étant le seul joueur toulousain à voler un ballon à l’alignement adverse. 

Alban Placines – 6 :  Alors qu’il n’est pas revenu en deuxième période à cause d’une blessure, le flanker du Stade Toulousain a pourtant livré une bonne première mi-temps. C’est l’avant qui a gagné le plus de mètres lors du premier acte (22 m). Il était également présent dans le combat avec 7 plaquages effectués (1 manqué). Remplacé par Rynhard Elstadt (40’), qui a aussi joué son rôle dans les tâches de l’ombre avec 6 plaquages (1 manqué). 

François Cros – 6,5 : Très belle copie délivrée par le flanker international. François Cros a réalisé une moisson en touche avec 5 ballons captés (2 perdus), dans des conditions difficiles, notamment en première mi-temps. Le troisième-ligne aile est resté sur le terrain jusqu’à la fin et a réalisé 8 plaquages durant la partie (2 manqués). 

Jerome Kaino – 6 : Le All Black s’est davantage illustré ballon en main, avec 9 courses et 15 mètres gagnés. En défense, il a effectué 7 plaquages. Il a concédé la première pénalité pour son équipe (3’). Remplacé par Antoine Miquel (74’). 


La charnière et les trois-quarts

Antoine Dupont – 8,5 : C’est assurément l’homme du match ! Déjà, c’est le seul Toulousain qui a surnagé en première mi-temps, alors que son équipe était en difficulté. Ensuite, les statistiques parlent pour lui : 109 mètres gagnés, 6 défenseurs battus, 1 franchissement, 3 offload. C’est tout bonnement monstrueux ! Pour couronner le tout, le Ministre de l’Intérieur a inscrit l’essai du break dans les 10 dernières minutes. Remplacé par Baptiste Germain (79’).

Romain Ntamack – 6 : L’ouvreur du Stade Toulousain a été précieux dans sa réussite face au but (4/5) et a inscrit 11 points. Il a livré un match assez propre et s’est bien servi du jeu au pied d’occupation. Sa seule erreur du match intervient à la 52ème minute, lorsqu’il rate une pénaltouche importante alors que son équipe ne domine pas forcément. 

Matthis Lebel – 6,5 : L’ailier gauche du Stade Toulousain n’a pas touché énormément de ballons. Pourtant, il a su être décisif sur sa seule occasion. A la 6ème minute, Lebel prend de vitesse et déborde Nans Ducoing, avant de résister à Pablo Uberti pour inscrire le premier essai de la partie. Cet essai, c’est le seul rayon de soleil de la première mi-temps. Au total, le jeune ailier toulousain aura parcouru 42 mètres ballons en main. 

Pita Ahki – 8 : Si les Toulousains ont haussé leur niveau en seconde période, ils le doivent bien à Pita Akhi. Le centre Néo-zélandais était dans tous les bons coups. En défense, il a réalisé 8 plaquages et gagné deux turnovers. En attaque, il a battu 6 défenseurs et s’est illustré sur le deuxième essai de son équipe. Une performance de très haut niveau, comme à son habitude. 

Zack Holmes – 5,5 : Le centre australien aura beaucoup usé du jeu au pied et aura été le trois-quarts le moins en vue, du côté du Stade Toulousain. En première mi-temps, il est notamment pénalisé à trois reprises. Sa passe décisive sur l’essai d’Antoine Dupont sauve son match (73’). 

Cheslin Kolbe – 6 : Le feu folet sud-africain était plus en vue que lors de ses derniers matchs. Grâce à ses appuis dévastateurs, il a battu 5 défenseurs et s’est illustré sur une belle percée en deuxième période (66’). Remplacé par Juan Cruz Mallia (79’).

Maxime Médard – 6,5 : L’arrière du Stade Toulousain a joué un rôle majeur sur les deux essais de son équipe. Sur le premier, il nous gratifie d’une somptueuse claquette pour éliminer le défenseur bordelais monté en pointe. Sur le second essai, il transmet la balle à Zack Holmes alors qu’il est au sol. Du reste, il a plutôt été propre, à part cette faute de main sur la réception d’un jeu au pied, à la 47ème, alors qu’il n’y avait aucune pression.

Les notes de l’UBB


Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?