Nous suivre

Ski

Chronique tricolore : Clara Direz, tout d’une future grande

Publié

le

Chronique tricolore : Clara Direz, tout d'une future grande
Keystone

SKI ALPIN – Encore peu connue du grand public, Clara Direz a tout d’une grande. Spécialiste des épreuves techniques (slalom et géant), la skieuse des Saisies a longtemps vécu dans l’ombre de la meilleure Française de la discipline, Tessa Worley. Après un titre olympique chez les jeunes et plusieurs saisons en Coupe d’Europe, elle a obtenu ses premiers bons résultats chez les grandes la saison passée.

Des débuts à 15 ans et championne olympique

En 2010, Clara Direz prend ses premiers départs en catégories jeunes et ses premiers points qui vont avec. Dès janvier 2011, la native de Sallanches monte sur son premier podium international sur une compétition FIS, en prenant la deuxième place d’un Super-G à Tignes. Elle n’a alors que 15 ans. Sur les trois jours suivant, elle signe deux autres podiums (3ème d’un Super-G et 2ème d’un super combiné). De très bonnes performances qui lui valent une participation aux championnats de France seniors en fin de saison.

Dès la saison suivante, Clara Direz frappe fort. Après une première victoire en début de saison, elle enchaîne et monte plusieurs fois sur le podium au cours de la saison 2011-2012. En février 2012, elle est présente dans la délégation française lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse, à Innsbruck (Autriche), en tant qu’espoir de médaille. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Haut-Savoyarde est au rendez-vous. En épreuve par équipes, elle prend une médaille de bronze avec ses coéquipiers. Le lendemain, elle remporte le titre olympique de géant devant sa coéquipière, Estelle Alphand.

Résultats en demi-teinte et blessures

Pour sa première saison en Coupe d’Europe, la skieuse des Saisies débute en tant que titulaire en équipe de France. Sa saison est marquée par un premier podium en terminant 3ème du slalom géant de Courchevel. Elle termine la saison à la 44ème place au classement général avec un total de 213 points.

La saison suivante est malheureusement vite écourtée. Lors d’un entraînement à Levi (Finlande), elle chute lors d’un entraînement d’un slalom géant. Le diagnostic est sans appel, rupture d’un ligament du genou. Si cette blessure n’a pas mis un terme à sa saison, elle a fortement compromis sa préparation pour les Mondiaux juniors de Jasna (Slovaquie), début 2014. Un retour à la compétition seulement 10 jours avant la compétition ne lui aura pas suffi, puisqu’elle sortira dès la première manche du géant.

En 2015-2016, Clara Direz, alors âgée de 20 ans, prend part à tous les géants de la saison en Coupe du monde. En terminant deux fois dans les points, elle se classe 102ème au général avec 14 petits points. Dans le même temps, elle monte de nouveau sur le podium de Coupe d’Europe. La saison suivante est de nouveau compliquée, puisqu’elle se blesse de nouveau gravement au genou, ce qui met cette fois un terme à sa saison.

Premiers Mondiaux et première victoire chez les grandes

Fraîchement médaillée de bronze aux championnats de France en géant, Clara Direz est sélectionnée pour ses premiers Mondiaux seniors à Are (Suède), en 2019. Ni favorite, ni attendue pour un potentiel podium, elle signe une exceptionnelle et inattendue 8ème place. Elle termine cette saison 2018/2019 avec son premier top 20.

La saison passée, Clara Direz remporte sa première victoire en Coupe du monde. Une fois n’est pas coutume, c’est en géant parallèle qu’elle lève les bras. En effet, elle atteint la finale après avoir notamment éliminé la favorite Mikaela Shiffrin en huitièmes de finale. En finale, elle bat l’Autrichienne Elisa Morzinger et s’offre le géant parallèle de Sestrières (Italie), un peu par surprise. Elle termine finalement 2ème au classement de géant parallèle, et 36ème au classement général de la Coupe du monde. Pour cette nouvelle saison 2020-2021, Clara Direz est contrainte de décaler son début de saison en raison d’une embolie pulmonaire contractée en septembre.

Maxime Boulard


Journaliste/rédacteur depuis octobre 2020 - Si mon plus vieux souvenir de sport aurait pu m'en dégoûter, la finale de la Coupe du monde 2006 a été tout le contraire. Véritable déclencheur d'une passion qui aujourd'hui ne fait que grandir avec le temps, mon leitmotiv est la France qui brille ! Je relate les exploits passés et présents du sport bleu-blanc-rouge sans ménagement depuis octobre 2020. Sport valide ou handisport, aucune différence, il n'y a que du sport et plusieurs façons de le pratiquer.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une