Nous suivre

Volley-Ball

Coupe de France de volley-ball : Chaumont sacré au bout de la nuit

Publié le

Coupe de France de volley-ball Chaumont sacré au bout de la nuit
Photo Icon Sport

FINALE COUPE DE FRANCE DE VOLLEY – Dans une finale de haut niveau, c’est finalement Chaumont qui s’impose 3 manches à 2 contre Tours, dans une atmosphère incroyable. Les Chaumontais remportent ainsi la première Coupe de France de leur histoire !

Les deux meilleures équipes de la saison se faisaient face pour la version masculine de la finale de la Coupe de France. Après le succès du Cannet chez les dames, Tours et Chaumont allaient tenter d’inscrire leur nom au palmarès. Les Tourangeaux, récemment battus en finale de la CEV Cup, avaient soif de trophées, dans une compétition qu’ils ont remportée 10 fois. Chaumont, finaliste malheureux en 2018 et 2019, voulait absolument décrocher la première Coupe de France de l’histoire du club. Tours, premier de la saison régulière en Ligue A, était néanmoins le favori contre son dauphin au classement.

À chacun son set

Le début de match est extrêmement équilibré, les deux équipes étant bien en place. Chaumont fait parler la poudre au service, alors que le block tourangeau fait des dégâts. La salle est pratiquement comble et rend l’ambiance très agréable. Les deux équipes restent roue dans roue, mais Tours se montre maladroit au service et laisse Chaumont prendre trois points d’avance. Les Chaumontais ne se font pas prier et bouclent la manche 25-20, grâce notamment à une belle performance de leur central Fabian Plak.

Le Mano-à-Mano reprend de plus belle en début de deuxième set. Mais deux aces coup sur coup de Miguel Gutierrez permettent à Chaumont de rester dans le match. Car en face, le block tourangeau fait des merveilles, et Chaumont semble moins en verve que dans la première manche. Et c’est finalement une bonne série au service de Leandro Nascimento Dos Santos qui offre 4 points d’avance à Tours (18-14). Malgré quelques belle attaques de Moussé Gueye, Chaumont n’insiste pas et lâche la manche 25-21.

Le chassé-croisé continue

Le troisième set voit les deux équipes évoluer à un excellent niveau. Osniel Mergarejo (Chaumont) et Pierre Derouillon (Tours) se mettent notamment en valeur en attaque. Mais Tours multiplie les mésententes en défense, et c’est au tour de Chaumont de prendre 3 points d’avance (13-10). Dmytro Teryomenko réveille alors les siens et ramène son équipe à égalité (14-14). Le chassé-croisé reprend alors de plus belle, jusqu’à une nouvelle série de Miguel Gutierrez au service qui fait basculer le sort de la manche. Chaumont l’emporte finalement 25-23 dans une ambiance électrique, et prend une belle option sur la victoire finale.

Les Tourangeaux refusent cependant de s’en laisser conter et prennent rapidement les devants dans le quatrième set. Portés par un excellent Jesus Herrera, les Chaumontais remontent rapidement au score. Mais ils sont moins performants au service que lors des sets précédents, et laissent les Tourangeaux faire la course en tête. Mené par un Pierre Derouillon en fusion, Tours domine au contre et se procure quatre balles de set. La troisième sera la bonne, Tours l’emporte 25-22 et les deux équipes se retrouvent donc embarquées dans un tiebreak de tous les dangers.

Serré jusqu’au bout

Chaumont prend les devants grâce à une défense de qualité (4-1), le libéro Franco Massimino étant au four et au moulin. Mais Tours, à l’expérience, ne s’affole pas et revient tout de suite dans le match (5-5). L’ambiance dans la salle est magnifique, et les deux équipes tentent de l’utiliser à leur avantage. Tours vire en tête à mi-parcours (8-7), mais rien n’est fait. La preuve, Chaumont inscrit 3 points d’affilée grâce à la bonne entrée d’Adrian Aciobanitei au service. Le block tourangeau se charge de ramener tout le monde à égalité (10-10).

L’atmosphère devient irrespirable au fur et à mesure que le niveau de jeu augmente. Miguel Gutierrez prend alors les choses en main au service pour refaire passer les siens devant. Une attaque gagnante de Jesus Herrada offre une première balle de match à Chaumont. C’est Leandro Nascimento Dos Santos qui sauve les Tourangeaux d’une attaque gagnante, avant d’offrir aux siens une balle de titre d’un service gagnant, sauvée sur une attaque de Jesus Herrera. Tours pense arracher la décision sur sa deuxième, mais le point est refusé après arbitrage vidéo dans une ambiance électrique. C’est finalement Chaumont qui décroche la timbale 19-17, sur un dernier block après un nouvel arbitrage vidéo. Enfin, le Chaumont Volley 52 remporte sa première Coupe de France !

Le MVP : Jesus Herrera (Chaumont Volley)

Les Cubains étaient décidemment à la fête dans ces finales de Coupe de France. Après Heidy Casanova, c’est Jesus Herrera qui a brillé lors de l’édition masculine. Rien d’étonnant à cela quand on sait que ce pays a beaucoup apporté au volley-ball. Impérial en attaque (plus de 20 points marqués), le pointu a également été d’une efficacité redoutable au service. Quand Chaumont avait besoin de points, c’est souvent vers lui que ses coéquipiers se tournaient. Et dans le tiebreak, il a été présent sur les moments chauds pour tirer son équipe vers le haut. Un match complet pour permettre à son équipe d’écrire l’histoire.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une