Nous suivre

Handball

Coupe de France Handball (F) : Metz Handball remporte le titre

Etienne Goursaud

Publié le

Coupe de France Handball (F) Metz Handball remporte le titre
Photo Icon Sport

COUPE DE FRANCE DE HANDBALL FÉMININE 2023-2024 – Metz Handball a dominé la JDA Dijon en finale de la Coupe de France (29-20). Après une première mi-temps compliquée (15-14), les Messines ont érigé le rideau de fer dans le second acte. Et restent en course pour le triplé cette saison.

La JDA Dijon a résisté une mi-temps

Les Messines ne sont pas naïves. Si Dijon n’est pas une équipe de l’envergure de Metz, c’était une équipe européenne en début de saison. Et surtout une équipe en plein progrès ces dernières années. Il ne fallait pas s’attendre à un fleuve tranquille. Ce ne fut pas le cas, loin de là pour les Messines, dans ce premier acte. Avec un tout petit but d’avance à la pause et un score de 15-14. Avec une excellente Manuela Dos Reis dans les cages. L’ancienne joueuse de Saint-Amand affichait plus de 35 % d’arrêt à la 20e minute de jeu (7/19). Et Céline Sivertsen a été très efficace avec ses six buts dans le premier acte.

Mais le vrai mérite de Dijon, dans ce premier acte, c’est de n’avoir rien lâché. À plusieurs reprises, les Messine ont eu quatre buts d’avance. Notamment quand, après un début de match délicat (1-3, 4e), elles ont accéléré considérablement (8-4, 12e). Mais à chaque fois, les Dijonnaises ont recollé. Et la défense messine a parfois été méconnaissable. C’est d’ailleurs très rare de les voir prendre 14 buts en une mi-temps, face à une équipe française. Cela provoquera un certain agacement d‘Hatadou Sako, la gardienne messine, à la pause, au micro de beIN SPORTS. Un agacement qui n’a pas dû se cantonner qu’au micro de la journaliste Mary Patrux.

Mais Metz érige le rideau de fer dans le second acte

Car, au retour des vestiaires, c’est un autre match qui a commencé. Et les Messines ont tout de suite mis la tête des Dijonnaises sous l’eau. Avec un 4-0 et aucun but encaissé dans les cinq premières minutes du second acte (19-14, 36e). Les solutions faciles se sont évaporées et Hatadou Sako a verrouillé ses cages (17 parades à 50 % d’arrêts à trois minutes du terme du match). Le JDA Dijon ne marquera qu’un petit but dans les onze premières minutes du second acte. Mais que Dijon se rassure, le CSM Bucarest, l’une des meilleures équipes européennes, mais aussi Brest, sont passées à la moulinette messine dans le second acte. Car quand les joueuses d’Emmanuel Mayonnade accélèrent, difficile de leur résister.

Néanmoins, Metz, même en étant mieux, a souffert de lacunes. Notamment dans son jeu placé. Rendant des ballons aux Dijonnaises. Mais la défense messine est devenue trop forte et n’encaissera que six buts en 2e mi-temps. On vous a dit, même tarif que le CSM Bucarest. Si cela peut consoler des Dijonnaises qui n’auront pourtant pas à rougir de leur finale. Forcément, pour Dijon, le score défile et devient lourd (23-17, 48e puis 26-18, 52e). La marche était un peu trop haute, mais la finale a quand même tenu ses promesses.

Journaliste et amoureux de sport. Ancien footballeur reconverti athlète quand ses muscles le laissent tranquille. Elevé à la sauce des exploits de Thomas Voeckler en 2004, du dernier essai de légende de Eunice Barber à la longueur lors des championnats du monde d'athlétisme de 2003 mais aussi Zidane, Omeyer et Titou Lamaison.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *