Nous suivre

Coupe du monde de biathlon 2020-2021

Coupe du monde de biathlon : les tops et les flops de la saison

Publié

le

Coupe du monde de biathlon - Les tops et les flops de la saison
Photo Icon Sport

Les Tops

  • Le relais mixte simple des mondiaux

C’est une des grosses satisfactions côté bleus, le titre mondial du relais mixte simple assez inattendu. Composé de Julia Simon et Antonin Guigonnat, ce duo était un pari du staff tricolore. Si la médaille de bronze d’Anaïs Bescond et d’Emilien Jacquelin en 2020 était déjà une belle réussite, l’objectif était cette fois de faire mieux. Outsiders, les Français avaient fort à faire, la Norvège était l’immense favorite. Le duo suédois SamuelssonH. Oeberg était aussi prétendant à la médaille.

Parmi les meilleurs tireurs de la course, les Français n’ont eu besoin que de 5 pioches, là où les Norvégiens en ont eu besoin de 9. À la lutte contre Eckhoff dans le dernier tour, Julia Simon a su accélérer au bon moment pour s’envoler vers la victoire. C’est le premier titre français sur ce format. Double tenant du titre avec Marte Olsbu Roeiseland, Johannes Boe s’est cette fois incliné, avec 7 fautes.

  • La Norvège

Par où commencer ? Il y a tant à dire sur les Norvégien(ne)s. Ils ont absolument tout raflé. Leur bilan ? 83 podiums pour 38 victoires, un record absolu. Du côté des hommes, ils ont tout remporté. Johannes Boe enlève son troisième gros globe de cristal consécutif après une bataille acharnée jusqu’à la dernière course. Il ajoute à cela un deuxième petit globe de sprint. Inconnu il y a un an, Sturla Holm Laegreid a explosé. Avec ses 7 victoires cette saison, il est celui qui aura le plus gagné. Il remporte aussi le classement du meilleur jeune et deux titres mondiaux individuels. Grand frère de Johannes, Tarjei Boe glane son premier petit globe depuis 2011, celui de la mass start, avec 3 victoires en prime. Une supériorité sans partage, les Norvégiens ont même signé trois triplés à Hochfilzen et Oberhof, ainsi que huit doublés.

Chez les filles, le constat est le même. Tiril Eckhoff remporte son premier classement général au terme d’une saison folle. Elle devient la première biathlète (hommes et femmes confondus) à faire autant de doublés sprint-poursuite (5) ! Eckhoff bat également le record de sprints remportés à la suite (7). Elle devient la Norvégienne ayant gagné le plus de courses sur une saison avec 13 victoires, battant ainsi les 11 succès de Tora Berger. De plus, elle se couronnera de deux titres mondiaux individuels. En compagnie de Ingrid Tandrevold et Marte Olsbu Roeiseland, elle signe un triplé lors du sprint d’Hochfilzen. Côté cristal, seuls les globes de relais et de l’individuel leur échappent. Tandrevold remporte celui de la mass start et Eckhoff celui du sprint et de la poursuite. Ils sont fous ces Norges !

  • Lisa Theresa Hauser

Du haut de ses 27 ans, l’Autrichienne n’avait rien remporté avant cette saison. Lors des deux semaines à Oberhof, Lisa Theresa Hauser enchaîne trois podiums de rang, à chaque fois à la 3ème place. Si sa chute sur la mass start l’a privé d’un nouveau podium, elle ne l’a pas démotivé. Lors de l’individuel d’Antholz, elle décroche sa première victoire en carrière. Bonne tireuse depuis toujours, elle a progressé sur les skis pour pouvoir jouer avec les favorites. Attendue pour les Championnats du monde, elle remporte dès la première course la médaille d’argent du relais mixte. Passée à côté lors du sprint, elle se rattrape sur la poursuite en dépassant notamment Anaïs Chevalier-Bouchet dans le dernier tour pour s’offrir l’argent. Pas rassasiée, la native de Kitzbühel a décroché l’or sur la mass start, son premier titre mondial. Elle remporte, à égalité avec Dorothea Wierer, le petit globe de l’individuel et termine 6ème au général.

  • La Suède

Pas attendue à un tel niveau, la Suède a surpris. Cinquième nation avec 13 podiums en 2020, les Scandinaves terminent 3ème nation avec 30 podiums cette saison. Emmenée par Hanna Oeberg et Sebastian Samuelsson, elle a toujours été dans les bons coups ou presque. Champion olympique du relais masculin, Sebastian Samuelsson a connu sa première victoire en carrière et est reparti des Mondiaux avec 4 médailles. De son côté, Martin Ponsiluoma est devenu champion du monde de sprint, auquel il ajoute deux autres podiums individuels.

Si ces deux-là sont les principaux acteurs chez les hommes, ce sont des sœurs qui s’illustrent chez les femmes. Deux victoires en début de saison pour Hanna Oeberg et aussi deux podiums en compagnie de sa sœur Elvira Oeberg. Cette dernière, à la lutte pour le dossard bleu, le cédera en fin de saison à Alimbekava. En relais, les dames remportent le petit globe de cristal. Les deux relais mixtes remportent le bronze aux Mondiaux et l’argent pour les hommes. Un bilan très satisfaisant à un an des JO.

  • L’équipe de France masculine

Beaucoup s’attendaient à une baisse de niveau après le départ de Martin Fourcade, mais ses ex-coéquipiers ont répondu présent. Abordant la saison avec 3 victoires en carrière, Quentin Fillon Maillet a doublé ce chiffre. Il remporte en début de saison la poursuite d’Hochfilzen et devient le 3ème Français à réaliser un doublé sprint-poursuite à Nove Mesto. Aux Mondiaux, il s’offre le bronze de la mass start et termine troisième du général pour la troisième année consécutive.

Champion du monde de poursuite en 2020, Émilien Jacquelin a réussi son pari et a récidivé. Idéalement placé après sa médaille de bronze en sprint, il signe un 20/20 très rapide et impressionnant sur la poursuite. Ses trois podiums supplémentaires lui offrent la 7ème place au général. Si Fabien Claude a connu une fin de saison difficile, il a tout de même deux podiums en début de saison à son actif, et une victoire en relais.

Enfin, une des plus belles surprises de la saison des Bleus, c’est Simon Desthieux ! En retrait en début de saison il est allé chercher une splendide médaille d’argent mondiale en sprint, sa première individuelle. Bien lancé, il a confirmé derrière. Le 6 mars dernier, après 243 départs en Coupe du monde, il remporte le sprint de Nove Mesto, la toute première victoire de sa carrière. Le lendemain, il prendra la 3ème place de la poursuite. Dans des conditions ventées, pour la dernière de la saison, il remporte la mass start d’Ostersund de très belle manière. Une fin en apothéose !

Revenir aux flops

À lire aussi

Maxime Boulard


Journaliste/rédacteur depuis octobre 2020 - Si mon plus vieux souvenir de sport aurait pu m'en dégoûter, la finale de la Coupe du monde 2006 a été tout le contraire. Véritable déclencheur d'une passion qui aujourd'hui ne fait que grandir avec le temps, mon leitmotiv est la France qui brille ! Je relate les exploits passés et présents du sport bleu-blanc-rouge sans ménagement depuis octobre 2020. Sport valide ou handisport, aucune différence, il n'y a que du sport et plusieurs façons de le pratiquer.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une