Nous suivre

Coupe du monde 2018

Croatie – Danemark (1-1, 3-2 t.a.b) : les tops et les flops

Flo Ostermann

Publié

le

La Croatie rejoint La Russie en quarts de finale de la Coupe du monde, après sa victoire aux tirs au but. Voici les tops et flops de la rencontre.

Les tops 👍

Les cinq premières minutes : Avec deux buts lors des cinq premières minutes, le match démarrait très fort. Jorgensen profitait d’un cafouillage et d’une faute de main de Subasic dès la première minute pour ouvrir le score en faveur du Danemark. Trois minutes plus tard, Mario Mandžukic égalisait à la suite d’un mauvais dégagement danois. Bref, une entame de feu, dans une rencontre globalement ennuyeuse.

Kasper Schmeichel solide : Auteur de trois arrêts en première mi-temps, le portier danois a été à son avantage ce soir. Il ne peut pas faire grand chose sur le but de Mandžukic mais par la suite, il a été souverain, en arrêtant de façon admirable le pénalty de Modrić à la 115ème minute. Il s’est également comporté comme un leader sur l’ensemble du match. Un roc !

Un Danemark qui impressionne : Un bloc défensif solide de bout en bout, ou presque. L’erreur menant au pénalty lors de la seconde mi-temps des prolongations aurait pu coûter cher. Autrement, ils ont été dangereux après l’heure de jeu, en tenant davantage le ballon. Les Danois ont matraqué physiquement les joueurs de la Vatreni.

Les flops 👎

Christian Eriksen discret : Il faut l’avouer, le meneur de jeu danois n’est pas aidé par le système de jeu mis en place par Åge Hareide. S’il a donné deux bons ballons à ses coéquipiers lors du premier acte, il s’est ensuite éteint. Dommage, quand on connaît la qualité du joueur de Tottenham.

Mandžukic, buteur en difficulté : Chanceux sur l’égalisation en tout début de match, Mario Mandžukic a souffert ensuite face à la défense compacte des Danois, et notamment les deux défenseurs centraux, Simon Kjær et Mathias Jørgensen. Il a également semblé être atteint physiquement après l’heure de jeu.

Luka Modrić  : Si Mandžukic n’a pas pesé sur la rencontre, c’est aussi parce que le maestro de l’équipe n’a pas surnagé. Intraitable lors de la phase de poules, le Madrilène a peu à peu disparu de la circulation, et n’a pas réussi à trouver ses attaquants lorsque il était face au but. Son pénalty loupé lors des prolongations est le symbole d’un match beaucoup trop neutre pour le milieu croate.

Flo Ostermann


Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?