Nous suivre

Actualités

Cyclisme : une reprise encourageante pour Romain Bardet

Julien Correia

Publié le

Le leader de la formation AG2R La Mondiale effectuait sa rentrée ce week-end en participant au Tour du Haut-Var. Le coureur a signé des débuts encourageants, lui qui nourrit de grandes ambitions pour 2019.

3 secondes, c’est le temps qui aura séparé Romain Bardet de Thibaut Pinot au sommet du Mont Faron lors de la 3ème et dernière étape du Tour du Haut-Var, ce qui allait permettre au coureur Franc-Comtois de la Groupama-FDJ de remporter par la même occasion cette épreuve devant le natif de Brioude. Si comme tout compétiteur, l’Auvergnat se montrait déçu de n’avoir triomphé lors de ce Tour, il n’a pas tardé à faire une analyse de cette course, tout en espérant pouvoir s’appuyer sur celle-ci afin d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixés pour la saison à venir. Voici ce qu’il a affirmé à l’issue de ce Tour : « On fait du vélo pour gagner. Mais si je fais un bon mois de mars, on pourra dire que le Tour du Haut-Var était une excellente reprise. Je jugerai ma saison fin mars après le Tour de Catalogne. »

Alors que le vainqueur Thibaut Pinot avait pu s’étalonner lors du Tour de La Provence la semaine précédente, Romain Bardet, lui qui était donc en phase de reprise, se savait en manque de condition et voulait se servir de cette course comme base de travail : « Il me manque de la compétition tout simplement pour passer la vitesse supérieure et accélérer. Thibaut Pinot m’a remonté à 100 mètres de la ligne. J’ai lancé mais il m’a ensuite manqué un peu de force. Il n’y a pas de soucis. Je sais ce qui a pêché, cela a fait je pense une belle montée, c’est ce dont j’avais besoin pour la suite de la saison. »

Une soif de victoire(s) en 2019

Et la suite de la saison s’annonce palpitante pour le coureur du Team AG2R-La Mondiale. Après ce Tour du Haut-Var, il prendra part notamment aux Boucles de l’Ardèche (2-3 mars) à Paris-Nice (10-17mars) à Milan – San-Remo (23 mars), au Tour de Catalogne (25-31 mars), au Critérium du Dauphiné (9-16 juin), avant son principal objectif qui sera le Tour de France (6-28 juillet).

Le vice-champion du monde en titre a souvent été placé lors des courses d’envergure, comme en témoigne donc sa deuxième place aux derniers Championnats du monde à Innsbruck le 30 septembre dernier ou encore l’an passé ses troisièmes places lors de la Classique Liège-Bastogne-Liège et lors du Critérium du Dauphiné, pour n’évoquer que ses résultats les plus probants en 2018. Bien entendu, le coureur s’est également très souvent montré à son avantage lors de la Grande Boucle où il termina second en 2016 et 3ème en 2017.

Romain Bardet

Romain Bardet fonce vers 2019 avec ambition – Getty Images

Conscient qu’il a pu monter sur le podium des principales courses auxquelles il a déjà participé, le coureur de 28 ans semble désormais armé pour franchir le cap tant attendu à savoir triompher lors d’un grand événement. Alors qu’il s’engageait parfois dans des courses afin de briller et d’y réaliser un podium, il semble avoir changé son fusil d’épaule et revu ses ambitions à la hausse, comme il a pu le reconnaître lors d’une interview accordée au journal Le Parisien : « C’est vrai que j’aimerais vraiment réussir à être celui qui concrétise sur les gros événements. C’est mon nouvel objectif de carrière. J’ai eu la chance de faire des podiums sur toutes les épreuves qui me tenaient à cœur. Maintenant, il me reste à conquérir la plus haute marche et c’est certainement la plus dure. »

Bien entendu, si une course lui tient particulièrement à cœur, il s’agit du Tour de France, où il a pu monter à deux reprises sur le podium donc. Mais cette fois, Romain Bardet y participera pour triompher, lui qui est désireux de donner un nouveau cap à sa carrière, même s’il ne cache pas « que cela sera un énorme challenge, mais que c’est excitant ». Pour lui, sa saison sera réussie à une condition : « Si j’arrive à gagner une grande course. Une d’une semaine, une grande classique ou, pourquoi pas, un grand Tour. »

A l’instar de Thibaut Pinot, il fera également l’impasse sur le Giro, course à laquelle il n’a d’ailleurs jamais participé, afin de se donner toutes les chances lors de la Grande Boucle. De la parole aux actes, il ne reste désormais qu’un coup de pédale, et si c’était enfin l’année de Romain Bardet ?

Julien Corréia


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une