Nous suivre

Basket-ball

Damien Dole de Libération : « L’arbitrage vidéo peut priver le sport de sa fluidité et les fans de leurs émotions »

Nico

Publié

le

Arbitrage vidéo Damien Dole

Dans le cadre de notre dossier sur l’arbitrage vidéo, rencontre avec Damien Dole, journaliste sportif à Libération, qui nous donne son avis, son analyse et son ressenti sur l’utilisation de cet outil dans le sport. 

Damien, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Damien Dole, je suis journaliste à Libération comme rédacteur et éditeur. J’écris essentiellement sur la NBA, mais il m’est arrivé depuis cette année d’écrire sur le foot. Avant cela, j’ai aussi été journaliste hip-hop.

Quels sont tes trois sports, ceux qui vraiment sortent du lot ?

Le football et plus spécifiquement les compétitions « clubs », la NBA même si je suis aussi le basket européen et le rugby, surtout le Top 14.

Philosophiquement, est-ce que pour toi, sport et arbitrage vidéo vont ensemble ?

C’est une vraie question. Notre position à Libération, c’est qu’on est fermement contre la vidéo, d’abord car cela crée une rupture dans l’universalité du sport, dans la mesure où cela est possible dans les ligues professionnelles, mais pas en amateur. Une deuxième chose, c’est que l’on nous vend que la vidéo va faire baisser le nombre d’erreurs, et donc le nombre de débats sur l’arbitrage. Or, on voit que ce n’est pas le cas, ça reporte juste les débats qui étaient auparavant sur les arbitres, vers les décisions après arbitrage vidéo. Enfin, l’arbitrage vidéo casse l’unité de temps. Dans le Caen-PSG de la semaine dernière, il y a un but, une émotion dans le stade et puis l’arbitre finalement, l’arbitre fait appel à la vidéo. Tout le monde attend et il annule le but pour un très léger hors-jeu. Deuxième but, rebelote, et il valide. On casse complètement l’émotion.

Si je parle de ma position personnelle, elle est un peu moins radicale mais elle reste contre la vidéo. Ma petite atténuation, c’est mon œil de fan du PSG qui aimerait de temps en temps que la vidéo soit présente, pour éviter notamment ce qu’il s’est passé contre le Barça l’année dernière. Malgré tout, je pense par exemple qu’il ne faut pas non plus se cacher derrière cela pour expliquer cette défaite, les Parisiens n’ont pas fait le nécessaire ce jour-là.

Est-ce que le débat de savoir arbitrage vidéo ou non, c’est un peu celui entre beauté du sport et enjeux financiers ?

De ce que je vois, j’ai l’impression que c’est plus les supporters que les financiers qui réclament l’arbitrage vidéo. Je n’ai pas l’impression que tous les grands clubs la demandent par exemple, car ils ont tendance à profiter des erreurs d’arbitrage. Ils jouissent d’une protection tacite sur certains matchs. C’est peut-être plus les entraineurs dans les clubs qui la demandent car cela leur permet de se dédouaner et de se cacher derrière l’arbitrage. J’ai plus l’impression que c’est une bagarre entre l’esthétisme et la beauté du sport face à une recherche de la vérité et ceux qui se voudraient cartésiens.

Quel est le plus gros risque lié à l’adoption de la vidéo pour un sport ? Et quel est le plus gros avantage ?

Le plus gros risque, c’est le jeu haché ! Pour la Coupe du monde de football, par exemple, aucun ne sera assez formé à la vidéo et j’ai peur que les arbitres se fassent complètement dépasser par son utilisation et que cela saccade vraiment un match. Je parle du foot mais même dans les autres sports comme la NBA, cela hache vraiment le jeu, les deux dernières minutes peuvent durer très longtemps, notamment à cause de l’arbitrage vidéo. Chaque sport a un certain rythme qui a marché pendant bien longtemps et la vidéo casse celui-ci.

Pour le plus gros avantage, on peut estimer que des grosses erreurs d’arbitrage vont être gommées et que l’on se rapproche un peu plus de la vérité. Mais ceux qui pensent que grâce à la vidéo, on atteindra la vérité, c’est juste irréel.

Est-ce qu’à terme, tous les sports feront appel à la vidéo ?

Ça en prend le chemin, il ne faut pas se leurrer. Il y a des sports comme le handball où je ne suis pas sûr de son utilité, car il y a beaucoup plus de subjectivité dans les contacts et le jeu est souvent focalisé sur un tiers de terrain. Mais on ne peut pas nier le raz-de-marée de l’arbitrage vidéo qui vient du fait que l’on a mis dans la tête des gens que les arbitres ne sont pas assez forts ou qu’humainement, ils ne peuvent pas tout vérifier. A terme, la plupart des sports auront l’arbitrage vidéo, jusqu’à un moment où les gens en auront peut-être marre et où il y aura un refus de cela. A partir de là, les gens admettront sans doute que l’erreur est possible. On n’en est pas du tout là aujourd’hui, au contraire, on pense plutôt que la vidéo peut tuer l’erreur et qu’il faut donc l’utiliser.

Un mot sur ce qui s’est passé en Allemagne avec le penalty à la mi-temps. Est-ce une des dérives possibles de la vidéo ?

C’est surréaliste, je l’ai vu arriver sur Twitter personnellement ! La mi-temps est sifflée, c’est terminé ! Parce que sinon, jusqu’où allons-nous remonter ? Cela montre vraiment vers quoi on risque de tendre, que les joueurs réclament la vidéo en toute situation, même a posteriori, car ils considèreront qu’ils ont le droit de le faire. Et j’ai peur que l’arbitre se sente obligé de le faire à chaque fois car dans le football, l’arbitre est moins respecté que dans le rugby par exemple. C’est une vraie dérive pour moi et le métier d’arbitre va devenir impossible.

Au rugby, les arbitres ont tendance à en abuser. Plus aucun essai ou presque n’est validé sans la vidéo, comment l’expliques-tu ?

Le rugby a été l’un des premiers sports à utiliser la vidéo à l’international et a montré toutes les dérives possibles, même si cela a un peu été limité par le respect de l’arbitre dans ce sport. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, les arbitres de rugby font trop appel à la vidéo. La joie au moment de marquer existe beaucoup moins. Tu as aplati, tu marques pour tes coéquipiers après un gros effort, la suite logique serait l’émotion mais là, le joueur doit attendre la décision de l’arbitrage vidéo à chaque fois.

Si je résume ta pensée, je pourrais dire que le passionné d’un sport est contre et que le supporter d’une équipe que tu es aussi, est un peu plus partagé ?

Oui, c’est exactement cela. Quand je regarde un match du PSG, comme celui contre Barcelone, la première chose à laquelle je pense, c’est qu’avec la vidéo, on se serait qualifié. Mais ensuite, à froid, je relativise tout ça, avec un regard plus de passionné, et je me dis que c’est le PSG qui n’était pas au niveau ce jour-là et que ce n’est pas la faute de la vidéo ou non. Le soir même, énervé, je militais pour la vidéo qui aurait sauvé le PSG et qui m’aurait évité bien des moqueries. Le lendemain, je me rends compte que c’est surtout parce que les joueurs comme le coach n’étaient tout simplement pas au niveau ce soir-là.

Chaque semaine, Damien Dole met en avant un site sportif spécialisé sur Libération dans sa chronique « les fanzines zones ».

Comment est venue l’idée de la rubrique sur les Fanzines zones ? Comment est-ce que tu les sélectionnes ?

La genèse de cela, c’est que je pense plus m’informer, au niveau des analyses, des portraits ou des défrichages, via les médias spécialisés que par la presse traditionnelle, dont je fais partie. L’idée est venue de ma consommation personnelle de ces sites spécialisés et il y a même certains sports, comme la MMA, que je suis presque uniquement par ce biais-là, avec la podcast fréquence MMA. Ensuite, j’ai eu une discussion avec Gilles Dhers qui dirige les sports à Libération. Il m’a juste demandé de sites valait le coup et il m’a dit d’en faire une chronique avec pour objectif une par semaine. Et j’espère aller à au moins 50 épisodes.

Pour la sélection, c’est assez subjectif, mais je recherche des médias qui font de l’analyse ou des portraits, je ne veux pas mettre en avant ceux qui ne font que de l’information brute, même si je respecte tout à fait leur travail. Pour 90 % des sites choisis, ce sont des sites que je consulte tous les deux jours et il y en a certains que j’ai découvert a posteriori, comme fréquence MMA par exemple car je voulais parler d’un sport de combat.

Tu as mis 11 Fanzines zones à l’honneur en tout. Si tu devais me parler de l’un d’entre eux pour donner envie aux lecteurs d’aller découvrir les autres, ce serait lequel ?

Je vais en choisir deux, car c’est divisé en deux familles :

– Furia Liga : c’est un site qui traite des championnats espagnols. Tous les journalistes ont un niveau d’analyse exceptionnel. J’ai regardé des matchs de certaines équipes comme Getafe, le Betis Séville ou Valence car j’avais lu certains de leurs articles qui m’avaient donné des clés de compréhension tactique ou des portraits de certains joueurs.

– QI basket : là, on a affaire à des étudiants, mais qui ont un niveau d’exigence et d’analyse équivalent à la presse américaine sur la NBA, qui est vraiment excellente. Cela montre le changement de paradigme dans la presse justement. Je suis à Libération, mais je sais que je n’ai pas du tout le monopole de la bonne parole, de la bonne analyse ou du bon regard. Ces sites de fans sont vraiment de qualité. Ils ne complètent pas la presse traditionnelle : les deux types de médias s’entremêlent pour ne former qu’un et informer le plus précisément les fans, en fonction des moyens et des savoirs.

Êtes-vous favorable à l'arbitrage vidéo dans le sport ?

Nicolas Jacquemard


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Basket-ball

Les basketteurs universitaires enfin « rémunérés »

Nico

Publié

le

Par

Les basketteurs universitaires enfin _rémunérés_
Icon Sport

Si les joueurs NBA font partie des sportifs les mieux payés au monde, le championnat universitaire américain ne rapportait, jusque-là, pas un seul centime aux étudiants.

La NCAA, organisatrice des championnats étudiants tous sports à travers le pays, a beau enregistrer 1 millard de dollars de revenus par an, les joueurs ne sont pas payés, estimant qu’ils étaient étudiants, et en aucun cas salarié de l’université. La règle allait même plus loin, car les joueurs des championnats NCAA n’avaient même pas le droit d’encaisser d’argent d’éventuels sponsors.

Un premier pas en avant pour le sport universitaire US

Les discussions ont duré de longues semaines, mais un accord a été trouvé et les universitaires pourront toucher de l’argent de marques ou sponsors, à partir de janvier 2021. En revanche, les universités n’auront toujours pas le droit de les rémunérer directement. C’est un premier pas en avant pour le sport universitaire américain qui voyait arriver la concurrence de la Ligue australienne de basket, qui propose des beaux contrats aux universitaires pour les attirer.

Dicodusport


Lire la suite

Basket-ball

NBA : le Thunder s’impose contre les Pelicans

Avatar

Publié

le

Par

NBA - Le Thunder s'impose contre les Pelicans
USA Today Sports

NBA – Non, ce n’était pas un match de “grandes stars” entre le Thunder et les Pelicans, mais celui-ci aura eu le mérite de ne pas être joué d’avance et a tenu les spectateurs en haleine jusqu’au bout. Retour sur la victoire (115-104) de la nouvelle -ou du moins l’actuelle- franchise de Chris Paul.

Si le Thunder a semblé dominer le début de rencontre, le score restait néanmoins serré et les Pelicans s’accrochaient pour ne pas se laisser distancer. Mieux encore, les coéquipiers de Lonzo Ball revenaient à hauteur avant de prendre le lead dans le second quart-temps, mais quelques minutes plus tard OKC repassait devant par l’intermédiaire d’Hamidou Diallo, auteur d’énoooormes dunks. 


 

Oui, oui, c’est bien lui le tenant du titre du concours de dunks !

Les coéquipiers de Chris Paul ont alors tenu l’écart. Il faut dire que le box score du Thunder est plutôt bien garni : Darius Bazley et Dennis Schröder ont planté 17 points chacun, Danilo Gallinari en a mis 16 à 4/6 à trois points, Chris Paul termine quant à lui avec 15 points et 9 passes. Autant dire qu’ils ont tous parfaitement épaulé un Shai Gilgeous-Alexander qui continue ses belles performances (23 points, 8 rebonds).

En face, les Pelicans se sont plutôt bien défendus. Hormis un Brandon Ingram un peu absent et qui a peu joué. J.J Reddick a tenté de sonner la révolte à trois points, Jahlil Okafor (15 points, 12 rebonds) et Jrue Holiday (16 points, 6 passes) ont  essayé de suivre, mais c’était encore une fois trop juste, encore une fois.

Vite, une victoire à tout prix

C’était un match à ne pas perdre pour les deux équipes qui en étaient à une petite victoire pour quatre défaites. Chose faite pour OKC, on sombre à la Nouvelle-Orléans.

Supporters des Pelicans rassurez-vous, la rééducation de Zion Williamson se passe bien. Attention à ne pas trop se faire distancer avant son retour. Ne serait-il pas déjà trop tard ?

Voilà une seconde victoire qui fait du bien pour Oklahoma City, une cinquième défaite en six rencontres en revanche qui fait mal pour les joueurs d’Alvin Gentry. Seulement pour les uns comme pour les autres, c’est sûrement anecdotique pour espérer remonter au classement. Mais la saison est longue, il peut s’en passer des choses … on dit que l’espoir fait vivre.

 

Sophie Clapier


Lire la suite

Basket-ball

Basket 3×3 : les Bleu(e)s devront passer par un TQO pour disputer les JO de Tokyo

Avatar

Publié

le

Par

Basket 3x3 - Les Bleu(e)s devront passer par un TQO pour disputer les JO de Tokyo 2020
FIBA

Basket 3×3 – La FIBA a dévoilé ce vendredi le nom des quatre équipes féminines et masculines directement qualifiées pour les JO 2020, à Tokyo.

Déception logique pour l’équipe de France féminine de basket 3×3. Championnes d’Europe en titre et médaillées de bronze lors de la Coupe du monde cet été, les Bleues devront disputer un tournoi de qualification olympique pour jouer les JO de Tokyo.

Quatrièmes au ranking mondial, les Tricolores subissent les modalités de qualification directe, puisque seules les deux nations européennes les mieux classées obtenaient leur ticket. À ce petit jeu, la Russie et la Roumanie devancent les Françaises.

Les Bleus bien heureux

Côté messieurs, l’équipe de France peut être contente. Dixièmes au classement mondial, les Français ne visaient pas la qualification directe, mais bel et bien le TQO. Objectif atteint donc pour une équipe qui a toutes ses chances également.

Le tournoi de qualification olympique se déroulera du 18 au 22 mars 2020 en Inde. Trois places par genre seront à prendre. Les Bleues affronteront les USA, l’Allemagne, l’Uruguay et l’Indonésie. De leur côté les hommes devront se frotter à la Slovénie, le Qatar, les Philippines et la République Dominicaine. Le compte à rebours est lancé pour les équipes de France avec l’objectif de participer au premier tournoi de 3×3 de l’histoire.

Dicodusport


Lire la suite

Basket-ball

[Vidéo] Joel Embiid et Karl-Anthony Towns en viennent aux mains

Nico

Publié

le

Par

Getty Images

La NBA s’est souvent nourrie de ses rivalités pour grandir et une nouvelle a vu le jour la nuit la dernière, sur le parquet des Sixers, entre Joel Embiid et Karl-Anthony Towns.

Loin de l’action, Joel Embiid et Karl-Anthony Towns en sont venus aux mains avant d’être séparés par leurs coéquipiers et les membres de leur staff. L’explication ne s’est pas arrêtée là, puisque les deux protagonistes se sont ensuite écharpés sur les réseaux sociaux. Une rivalité est née entre deux étoiles montantes de la NBA.

Dicodusport


Lire la suite

Basket-ball

L’ASVEL retrouve la victoire face à Vitoria en Euroligue

Avatar

Publié

le

Par

L'ASVEL retrouve la victoire face à Vitoria en Euroligue
ASVEL

Après ses deux défaites consécutives à l’extérieur à Munich et Kaunas, l’ASVEL a retrouvé le goût de la victoire hier soir face au Baskonia Vitoria (66-63) à l’Astroballe. Les coéquipiers d’Antoine Diot sont pour l’instant invaincus à domicile.

3/3 à domicile pour l’ASVEL ! Les difficiles sorties en Allemagne et en Lituanie ont été effacées par un nouveau succès de taille hier face au Baksonia Vitoria, un habitué des joutes de l’Euroligue. Dans un calendrier fatigant pour les organismes, l’ASVEL a trouvé les ressources dans les 3èmes et 4èmes ¼ temps pour s’imposer notamment grâce au pivot nigérian Tonye Jekiri (16 points, 12 rebonds, 25 d’évaluation). Si Vitoria n’a jamais lâché dans cette rencontre, l’ASVEL et son coach Zevzdan Mitrovic ont eu de la ressource et des idées. Comme celle de sortir de son chapeau un jeune de 17 ans, Matthew Strazel, pour sa première apparition, qui a fait lever la salle par sa précision à 3 points et ses 17 minutes de feu. L’ASVEL a aussi fait preuve d’une défense à toute épreuve pour aller chercher la victoire.

Dans cette semaine espagnole pour l’ASVEL, démarrée par une victoire, Valence sera la prochaine destination vendredi dans l’optique d’un premier succès à l’extérieur. L’ASVEL n’aura donc pas le temps de se reposer : « On va à Valence pour se tester, reproduire ce qu’on a fait ce soir, mettre beaucoup de rythme. Le voyage en Euroligue, c’est très difficile » selon Antoine Diot, le meneur de l’ASVEL. Valence est actuellement dernier de l’Euroligue.

En tout cas, l’ASVEL est pour l’instant à la hauteur de ses ambitions dans la prestigieuse Euroligue.

Classement de l’Euroligue – FlashResultat

Romain Delanis


Lire la suite

Fil Info

Les favoris pour organiser les Coupes du monde de rugby 2027 et 2031 Les favoris pour organiser les Coupes du monde de rugby 2027 et 2031
Rugby à XVIl y a 5 heures

Les favoris pour organiser les Coupes du monde de rugby 2027 et 2031

Même si World Rugby ne dévoilera les procédures de candidatures pour les Coupe du monde 2027 et 2031 dans quelques...

Mathieu van der Poel annoncé sur les classiques italiennes en 2020 Mathieu van der Poel annoncé sur les classiques italiennes en 2020
CyclismeIl y a 8 heures

Mathieu van der Poel annoncé sur les classiques italiennes en 2020

Selon la Gazzetta Dello Sport, le Néerlandais Mathieu van der Poel devrait s'aligner sur les classiques italiennes du début de...

Sjusjoen - Le programme complet des sélections norvégiennes Sjusjoen - Le programme complet des sélections norvégiennes
BiathlonIl y a 11 heures

Sjusjoen : le programme complet des sélections norvégiennes

Ce week-end, le cirque blanc du biathlon reprend du service à Sjusjoen, avec les sélections norvégiennes, et la présence de...

TennisIl y a 12 heures

ATP : Mais qui est Jannik Sinner ?

Le récent vainqueur des Next Gen ATP Finals, Jannik Sinner, a beaucoup fait parler de lui ces derniers jours. D'où...

Cheslin Kolbe et Semi Radradra aux JO de Tokyo en 2020 ? Cheslin Kolbe et Semi Radradra aux JO de Tokyo en 2020 ?
Rugby à 7Il y a 12 heures

Cheslin Kolbe et Semi Radradra aux JO de Tokyo en 2020 ?

Selon les informations du Midi Olympique, Cheslin Kolbe et Semi Radradra ont émis le souhait de participer aux JO de...

Quiz sport français 11 novembre 2019 Quiz sport français 11 novembre 2019
MultisportsIl y a 14 heures

Quiz Actu #45 : avez-vous bien suivi le sport français ce week-end ?

Nouveau quiz pour tester vos connaissances sur les dernières performances tricolores et notamment la victoire en Fed Cup. A vous...

Piste - Sébastien Vigier et Benjamin Thomas en or à Glasgow Piste - Sébastien Vigier et Benjamin Thomas en or à Glasgow
CyclismeIl y a 1 jour

Piste : Sébastien Vigier et Benjamin Thomas en or à Glasgow

Dimanche en or pour les Bleus en Coupe du monde de cyclisme sur piste, à Glasgow. Sébastien Vigier (keirin) et...

Muaythaï : Jimmy Vienot décroche un cinquième titre européen Muaythaï : Jimmy Vienot décroche un cinquième titre européen
Sports de combatIl y a 1 jour

Muaythaï : Jimmy Vienot décroche un cinquième titre européen

Muaythaï - Le natif de Montreuil Jimmy Vienot, 24 ans, a remporté un cinquième sacre européen ce dimanche à Minsk...

Cyclo-cross - Mathieu van der Poel champion d'Europe pour la 3ème fois Cyclo-cross - Mathieu van der Poel champion d'Europe pour la 3ème fois
CyclismeIl y a 1 jour

Cyclo-cross : Mathieu van der Poel champion d’Europe pour la 3ème fois

Cyclo-cross - Malgré l'armada belge sur le dos, Mathieu van der Poel a remporté un troisième titre européen consécutif, à...

Cyclo-cross - Yara Kastelijn, 22 ans, devient championne d'Europe à Silvelle Cyclo-cross - Yara Kastelijn, 22 ans, devient championne d'Europe à Silvelle
CyclismeIl y a 1 jour

Cyclo-cross : Yara Kastelijn, 22 ans, devient championne d’Europe à Silvelle

Cyclo-cross - À 22 ans, la Néerlandaise Yara Kastelijn est devenue sacrée championne d'Europe à Silvelle, en Italie. Elle a...

Nous rejoindre

Le Club Dicodusport

Nos débats

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2019 - Tous droits réservés