Nous suivre

Actualités

De l’autre côté du pas de tir #1 : Emilien Jacquelin, nouveau biathlète dans l’arène !

Publié

le

Emilien Jacquelin

À 22 ans, Emilien Jacquelin est le nouveau visage français en Coupe du Monde cette saison. Après une victoire en IBU Cup à Sjusjøen, il a participé ce week-end à la première date de la saison de Biathlon, à Östersund. Une première réussie pour l’Isérois que nous avons pu interviewer.


28ème de la poursuite, après une 37ème place au sprint, c’est une remontée plutôt sympathique pour une 1ère expérience en Coupe du Monde ?

Je suis vraiment satisfait de ma course, j’ai retrouvé de bonnes sensations sur les skis que j’avais eu sur les dernières semaines mais pas sur l’individuelle et le sprint. Donc je suis vraiment content de cette performance, du plaisir que j’ai pris sur la piste et le pas de tir à côtoyer des gens que je regardais encore à la télé il y a un an.

Un peu plus de difficultés sur le tir debout ?

En effet, il y avait un peu plus de vent donc c’était un peu plus compliqué, même dans la tête et surtout sur le dernier tir où autour de moi de très bons athlètes ont mis en place des tirs assez rapides. Même si j’ai voulu rester sur mon schéma, ça m’a plus déstabilisé qu’autre chose, donc un peu de déception mais la course reste bonne quand même !

23 points au général après les épreuves d’Östersund, vous en espériez autant ?

Pour un premier week-end en Coupe du Monde c’est plutôt pas mal oui. L’individuelle ça a été compliqué sur les skis, j’ai eu du mal à prendre le rythme, mais je suis content de mon tir (une faute seulement NDLR) pour une première course en Coupe du Monde. C’est pas forcément évident, il faut rester seulement sur les choses qu’on sait faire et ne pas essayer de se faire prendre par les évènements, mais en tout cas j’étais content de mon niveau sur le tir !

Votre axe de progression cette saison, il sera un peu plus sur les skis que sur le tir du coup ?

Il y a toujours moyen de progresser sur ces deux aspects, notamment sur mes tirs de la poursuite où j’ai eu un peu plus de stress pour jouer un bon résultat. Après pour passer un cap en Coupe du Monde, il va falloir encore que je progresse sur le skis pour être dans le coup les prochaines fois.

Justement, vous serez présent à Hochfilzen cette semaine pour la suite de la saison, quel est votre objectif ?

C’est un plaisir de continuer une semaine de plus au plus haut niveau ! Évidemment il faut prendre les courses au jour le jour, mais l’objectif derrière, c’est aussi d’aller si possible au Grand Bornand (épreuves du 14 au 17 décembre) pour courir à la maison devant son public. Cela serait une expérience de dingue et inoubliable, mais pour ça il va falloir faire des courses pleines comme j’ai essayé de faire ce week-end et on fera les calculs à la fin.

Dans la course à la 6ème place française, où vous situez-vous par rapport à des garçons comme Fabien Claude, Antonin Guigonnat ou Aristide Bègue ?

On a tous des qualités différentes mais on est tous capables de performer, que ce soit en IBU Cup ou en Coupe du Monde. Aujourd’hui, je suis 28ème sur la poursuite mais les trois autres auraient été capables de faire la même chose, donc il faut rester humble et faire preuve d’humilité. L’an dernier c’est Fabien (Claude) qui était à ma place, aujourd’hui ça tourne, mais on aura tous notre chance dans les années à venir !

Dans le cas où vous redescendez ponctuellement en IBU Cup, l’objectif sera de faire mieux que l’an dernier (5ème du général) ?

Dès le début de saison, l’objectif pour moi c’était de gagner une ou plusieurs courses IBU et de monter en Coupe du Monde. C’est déjà deux choses de faites, après la victoire à Sjusjoen et ce week-end à Östersund. Après être dans le top 5 ou le top 3 de l’IBU, ça serait un bel objectif même si je vais rater la prochaine étape en étant en Coupe du Monde, mais c’est faisable et ça reste un super objectif. Même si je redescends en IBU Cup, je serai toujours motivé pour l’atteindre !


35ème sur l’individuelle, 37ème sur le sprint et 28ème sur la poursuite pour ses 3 premières courses au plus haut niveau. Des résultats plus qu’honorables pour Emilien Jacquelin qui poursuivra son apprentissage de la Coupe du Monde dès vendredi à Hochfilzen !

Mathieu Veillon


Journaliste/rédacteur depuis septembre 2015 - Ma définition du bonheur ? Une galette-saucisse au Roazhon Park ou un café devant un Lakers/Celtics au petit matin. Fidèle membre de la team insomniaque de la rédac, j’ai le pouvoir de rester éveillé jusqu’à l’aube pour faire vivre aux lecteurs ma passion du sport. Ainsi, j’écris principalement sur la NBA, le biathlon, le cyclisme ou encore la F1. Comptez dans mes exploits sportifs le fait d’avoir fait gagner le Tour de France 2018 à Tony Gallopin sur Pro Cycling Manager, ou encore d’avoir mené l’équipe nationale de Bretagne en finale de Coupe du monde sur Football Manager.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une