Didier Deschamps, destin étoilé


Depuis dimanche, Didier Deschamps est entré dans un cercle très fermé : celui des joueurs puis sélectionneurs champions du monde. Il est le 3ème dans ce cas, après Mario Zagallo et Franz Beckenbauer. Rien que ça.

L’impression que rien ne peut lui arriver

C’est ce que, depuis quelque temps, les réseaux sociaux appellent « la chatte » à Deschamps. Cette sensation que toutes les étoiles s’alignent pour que ses équipes, au fur et à mesure du temps, possèdent tous les éléments afin d’aller vers la victoire. S’il y a une partie de hasard qui fait partie d’un destin heureux, l’histoire de Didier Deschamps ne peut pas s’arrêter là. Cet homme a tout gagné. Que ce soit en tant que joueur, entraineur en club ou sélectionneur, le natif de Bayonne a tout entrepris pour se diriger vers la victoire. En plus de sa bonne étoile, le sélectionneur français provoque le succès.

À entendre ses anciens partenaires, ses joueurs d’aujourd’hui, les différentes victoires acquises lui appartiennent. Un stratège doté d’un leadership développé au plus jeune âge. Une qualité d’adaptation à cette nouvelle génération de joueur qui lui doit tant. Car « DD » a dû mettre de l’eau dans son vin pour emmener ces jeunes si talentueux mais si dispersés au sommet en Russie.

Un football pragmatique, un leader moderne

Oui, l’équipe de France n’a pas le jeu le plus flamboyant du Mondial. Ce côté pragmatique, concentré sur des objectifs, Didier Deschamps n’en démord pas. Il vise la victoire. Rien d’autre et peu importe ou presque le jeu développé. Il impose sa patte, s’adapte à une quantité de jeunes joueurs au fort potentiel, réalise des choix forts pour donner un équilibre de vie à son groupe. Ce n’est pas forcément ici le récit du Mondial russe, mais plutôt l’analyse d’une vie d’entraîneur et de sélectionneur. La « Dech » a cette culture de la gagne que tous les entraîneurs souhaitent transmettre à leurs joueurs.

C’est forcément plus simple quand on possède un tel palmarès, quoique… En poste depuis 2012, le sélectionneur français a dû retravailler sa vision des choses en terme de leadership et de communication. Sa flexibilité se remarque encore plus aujourd’hui : beaucoup plus proche de ses joueurs, un management à la fois dur (comme après le match face à l’Australie) et tout autant protecteur. Didier Deschamps a compris que le football, les joueurs le possédaient. Maintenant, pour être de grands champions, il fallait transmettre le savoir-être et le savoir faire. Made in « DD ».

Didier Deschamps et Samuel Umtiti – Maxppp

L’avenir lui appartient

Il ne peut pas tout faire comme Aimé Jacquet. Partir sur une victoire, Didier Deschamps ne l’imagine même pas. S’il avait remporté l’Euro en 2016, la donne aurait pu être différente. Son contrat dure jusqu’au prochain Euro, en 2020. Avec le soutien de ses joueurs, l’ancien capitaine de l’équipe de France est prêt pour la prochaine difficulté, assumer son statut de champion du monde. Tâche ardue, mais son prochain objectif avec cette génération si talentueuse est tentant. Vivement 2020.

Romain Delanis

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des