Nous suivre

Euro 2020

Euro 2020 : Avec son grand Robert, la Pologne voudra confirmer

Julien Correia

Publié

le

Euro 2020 - Avec son grand Robert, la Pologne voudra confirmer
Photo PZPN

EURO 2020 – La rédaction de Dicodusport vous propose en préparation de l’Euro 2020, une présentation de chaque sélection engagée. Place aujourd’hui à la Pologne. Avec Robert Lewandowski en chef de file, les hommes de Paulo Sousa voudront rééditer leur performance de 2016.

Une histoire de la Pologne

En 2016, la Pologne atteignait les quarts de finale de l’Euro en France. Un parcours qui s’arrêtait aux tirs aux but face au futur vainqueur de l’épreuve, le Portugal. Une performance inédite pour cette sélection qui connaissait seulement sa 3ème participation au championnat européen. Auparavant, les Blale Orly s’étaient arrêtés dès la phase de poules. Mais leurs lettres de noblesse, les Polonais les ont rédigées lors de la Coupe du monde. Forts d’un titre olympique obtenu à Munich en 1972, les Polonais retrouvent à nouveau l’Allemagne deux ans plus tard. Cette fois pour un Mondial qu’ils vont marquer de leur empreinte. Vainqueurs épatants de l’Argentine sur le score de 3 buts à 2, les coéquipiers de Kazimierz Deyna donnaient le ton.

S’en est suivie une écrasante victoire face à Haiti (7-0), puis une victoire contre un autre cador, l’Italie, sur le score de 2 buts à 1. Qualifiés à l’époque pour un second tour, ils continuaient leur sans-faute face à la Suède (1-0) et la Yougoslavie (2-1). Allait suivre un match décisif face à la RFA. Mais un homme allait mettre fin aux espoirs de titre mondial. Le bourreau ? L’inévitable Gerd Müller qui donnait le but de la victoire aux siens. Mais très belle consolation tout de même, une troisième place obtenue aux dépens du Brésil de Jaizinho ou autre Rivelino. Une victoire 1 but à 0 grâce à une réalisation du meilleur buteur du tournoi Grzegorz Lato. La Pologne, elle, terminera meilleure attaque avec 16 buts.

Le parcours en qualifications pour l’Euro 2020

Placés dans un groupe à leur portée, les coéquipiers de Robert Lewandowski ont répondu aux attentes. Qualifiés à 2 journées de la fin, ils ont parfaitement maîtrisé cette phase éliminatoire. Désormais coachés par Paulo Sousa, les Polonais ont notamment terminé 6 longueurs devant l’Autriche et 11 devant la Macédoine du Nord qui verront aussi l’Euro. Un parcours tout en maîtrise avec seulement un nul et une défaite au compteur.

Les joueurs à suivre

Comment évoquer la Pologne sans parler de Robert Lewandowski ? Véritable star de la sélection, la canonnier a une nouvelle fois fait parler la poudre cette saison. Avec 41 buts en Bundesliga, il a effacé des tablettes un record vieux de 50 ans détenu par une autre légende, en l’occurrence Gerd Müller. Meilleur buteur de sa sélection avec 66 buts et joueur le plus capé avec 118 sélections, nul doute que la Pologne devra compter sur un grand Robert pour avoir des ambitions dans le tournoi.

Mais outre l’attaquant vedette, on s’intéressera également de près à Arkadiusz Milik, auteur d’une belle 2e partie de saison du côté de Marseille. On sera également attentif notamment aux performances du milieu du Napoli, Piotr Zielinski et au dernier rempart Wojciech Szczesny malgré sa saison compliquée du côté de Turin.

Arkadiusz Milik

Arkadiusz Milik – Photo Icon Sport

Le pronostic de la rédaction

Si dans ce groupe E, l‘Espagne fait figure de favorite, la bataille devrait être rude derrière. Avec la Suède et la Slovaquie pour autres adversaires, la Pologne aura bien entendu sont mot à dire mais devra entrer de la meilleure des façons dans le tournoi face aux coéquipiers de Marek Hamsik. Une qualification en 8èmes de finale est donc dans leurs cordes. Rééditer leur performance de 2016 semble être le sommet à atteindre pour ce groupe lors de cette compétition.

Le calendrier de la Pologne

Lundi 14 juin à 18h (beIN SPORTS) : Pologne – Slovaquie
Samedi 19 juin à 21h (beIN SPORTS) : Espagne – Pologne
Mercredi 23 juin à 18h (beIN SPORTS) : Suède – Pologne


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une