Nous suivre

Euro 2020

Euro 2020 : Solide, l’Angleterre élimine l’Allemagne et file en quarts

Julien Correia

Publié le

Euro 2020 - Solide, l'Angleterre élimine l'Allemagne et file en quarts
Photo UEFA

EURO 2020 – Au programme du jour pour le compte des 8èmes de finale, un choc historique. Les Anglais de Gareth Southgate recevaient à Wembley la Mannschaft de Joachim Löw. Un match fermé jusqu’au dernier quart d’heure. Moment choisi par les Anglais pour faire la différence. Score final 2 à 0.

Un classique européen

Pour ce choc historique donc, une certaine animosité se faisait ressentir. Du moins du côté des tribunes. En effet, lors de l’hymne allemand, une très large majorité de fans anglais ont sifflé cette dernière. Pas très fair-play de la part des Britanniques… Et sur le terrain alors ? Joachim Löw s’appuyait de son côté sur un 3/4/2/1 comme depuis le début du tournoi. On pouvait y noter le retour dans le 11 de Leon Goretzka en lieu et place d’İlkay Gündoğan. Du côté des Three Lions, Didier Deschamps malgré une élimination des siens hier soir a semblé faire un émule. Gareth Southgate optait en effet pour un système en 3/4/3 assez surprenant. Il se passait notamment de Foden, Mount, Grealish ou Rashford. Au lieu de cela Kieran Trippier occupait le flanc droit tandis que Kyle Walker prenait part dans la défense à 3.

De l’intensité, mais peu d’occasions

Pour cette 37ème opposition entre les deux nations, le début de match est à l’avantage de la Mannschaft. Un homme caractérisait ce bon début de rencontre. Il s’agit de Kai Havertz. Relativement libre, le numéro 7 allemand, buteur à 2 reprises lors de cet Euro orientait le jeu de son équipe. Sans être pour autant sous l’eau, les Anglais reprenaient petit à petit le dessus. Et à la 16e minute, Raheem Sterling déclenchait la première frappe cadrée de la rencontre. Il obligeait Manuel Neuer à réaliser une belle parade, le tout sous les yeux de David Beckham ou encore Ed Sheeran. Un quart d’heure plus tard, c’est au tour de Timo Werner de se mettre en évidence.

Très peu en vue jusque-là, l’attaquant de Chelsea se procurait une très belle occasion. Sur un bon ballon de Havertz, il récupérait dans l’intervalle pour filer au but. Mais, Pickford encore invaincu venait bloquer sa tentative. Et Harry Kane dans tout cela ? Il fallait attendre les arrêt de jeu pour que le capitaine anglais se mette en avant. Mais après un bon travail de Sterling, l’attaquant des Spurs, peu en verve, ratait une très belle opportunité.

Un choc décevant, Sterling encore décisif

Après les rencontres folles d’hier, le soufflé est clairement redescendu. Kai Havertz encore lui se mettait en évidence d’une frappe puissante détournée magnifiquement par Pickford dès le retour des vestiaires. Les 25 premières minutes de cette seconde mi-temps étaient insipides. C’est à ce moment que les deux coachs ont choisi de faire leur premier changement. Gnabry remplaçait Werner, quand Grealish prenait la place de Saka. Après les éliminations précoces du Portugal, de la Croatie, de la France ou encore des Pays-Bas, ces deux nations espéraient se qualifier et ce peu semblait en importer la manière.

Unique buteur des siens jusqu’à présent, le joueur providentiel des Three Lions lors de cet Euro allait encore frapper. Reléguant notamment Marcus Rashford sur le banc, Raheem Sterling justifiait à nouveau sa titularisation. Sur un magnifique mouvement collectif initié par Sterling lui-même, le ballon circulait d’un côté de la surface à un autre. Luke Shaw adressait un centre parfait à l’ailier anglais qui concluait d’une frappe du plat du pied devant Neuer. Si Thomas Muller eu une occasion énorme d’égaliser 5 minutes plus tard, ce sont bien les Allemands qui allaient faire leur au revoir. Car à 5 minutes du terme Harry Kane très bien servi par Grealish trouvait enfin la faille et douchait les espoirs des Allemands.

25 ans après, Gareth Southgate prend sa revanche sur l’Allemagne, lui qui avait raté son tir au but lors de la demi-finale. Et à la fin, cette fois, ce sont les Anglais qui gagnent. Pour Joachim Löw en revanche, c’est la fin d’un aventure longue de 15 années. Et pour la petite histoire, plus aucune équipe du groupe dit « de la mort » n’est encore en lice dans la compétition.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une