Nous suivre

Euro 2020

Euro 2020 : la Suède s’impose contre la Slovaquie, bonjour tristesse

Jordane Mougenot-Pelletier

Publié

le

Euro 2020 : la Suède s'impose contre la Slovaquie, bonjour tristesse

EURO 2020 – Pour le compte de la deuxième journée du groupe E, la Suède et la Slovaquie s’affrontaient à 15 heures à Saint-Pétersbourg. Score final 1 à 0, avantage Suède.

Bonjour tristesse

Sur ce sentiment inconnu dont l’ennui, la douceur nous obsèdent, on hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. Nous n’avons pas pu faire autrement à l’issue du match entre la Suède et la Slovaquie de penser à Françoise Sagan et ce merveilleux incipit de « Bonjour tristesse ». Certes on ne s’attendait à rien, mais on est quand même déçu.

Au terme d’une première période aussi insipide qu’un verre d’eau peut l’être à un CoVideux, les bonnes intentions des première minutes après la reprise n’ont pas fait long feu. Cette première période avait été justement un festival de tiédeur, de déchets techniques, d’inspirations à l’envers. Côté suédois, on avait du mal à trouver un joueur de ballon. Ou des attaquants mobiles. Kritoffer Olsson perpétuait en revanche une tradition patronymique commencée dans les années 1970 dans la Petite Maison dans la Prairie.

Côté slovaque, on appliquait le plan de jeu prévu : on attendait pour se projeter rapidement. Sans numéro 9, Marek Hamsik, Ondrej Duda et Robert Mak tentaient de mettre de la folie et des ballons devant.

Suède – Slovaquie, le nouvel Eastwood

C’est au mitan de la seconde période que les choses ont semblé tourner peu à peu à l’avantage de la Suède. C’est sur coups de pied arrêtés que les têtes suédoises se faisaient les plus menaçantes. La Slovaquie perdait au fil des minutes la sérénité qui lui avait permis de garder loin des cages de Martin Dubravka les Suédois. La forme de l’équipe de Stefan Tarkovic suivant celle de Marek Hamsik, c’est finalement par son gardien que la Slovaquie aura souffert. A la 78ème minute, Dubravka fauche Alexander Isak dans la surface. Emil Forsberg se charge du pénalty et ouvre la marque.

Ce que l’on gardera de cette rencontre entre la Suède et la Slovaquie pauvre de tout est celle que l’on garde des films de Clint Eastwood. Sans rythme, ou dans un rythme fautif.

Demain, Espagne et Pologne se disputeront une victoire dont chacun a besoin. Ce sera à 21 heures à Séville.

À lire aussi

 


Journaliste/rédacteur depuis mai 2018 - Dans mon sang coule à la fois le feu des penne à l'arrabiata et la glace du Grand Colombier. Amoureux des belles lettres et des Talking Heads, je supporte un club olympique. Intéressé par les relations qu'entretient le sport avec la société, je m'intéresse autant à Marc Cécillon qu'à Pep Guardiola, à Tonya Harding qu'à Philipp Roth. Enfant des 90's, on ne me fera pas croire qu'il y a eu plus beau à voir depuis Zinédine Zidane, Marco Pantani et Pete Sampras. La béchamel est une invention du diable, la Super Ligue aussi.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une