Nous suivre

Basket-ball

EuroBasket 2021 : le collectif des Bleues marche sur la Russie

Maxime Cazenave

Publié

le

Photo FIBA

EUROBASKET 2021 – Opposée à la Russie, l’Equipe de France a validé son troisième succès dans l’EuroBasket en faisant exploser la solide Russie, 85-59. Malmenées dans le premier quart-temps, les Françaises ont su réagir pour renverser la vapeur dans le second avant de crucifier des Russes impuissantes en fin de partie. Au four et au moulin, Marine Johannès a été précieuse.

Les choses sérieuses commencent pour les Bleues ! Après avoir largement dominé la Croatie puis la République Tchèque, les filles de Valérie Garnier affrontaient la Russie pour obtenir la première place de leur groupe, toujours sans Olivia Epoupa.

Une première mi-temps à deux visages

On savait d’avance que l’opposition serait plus relevée. L’Equipe de France s’en rend compte rapidement, et déjoue sur les premières minutes. Si le ballon tourne bien, l’efficacité est en berne, et les pertes de balle se multiplient. Les transitions sont rapidement coupées par l’adversaire, et chaque panier est compliqué à rentrer. Côté Russe, Kseniia Levchenko mène son équipe avec maestria, lui permettant de bénéficier de shoots ouverts. En réussite, Elizaveta Komarova fait mal, ce qui permet à la Russie de prendre l’avantage dans la partie.

Le deuxième quart-temps part sur des bases totalement différentes. Les percussions répétées dans la raquette mettent en difficulté les Russes. Si l’adresse bleue n’est toujours pas retrouvée, les filles de Valérie Garnier forcent ces dernières à concéder un nombre incalculable de fautes. Le verrou est également mis de l’autre côté du terrain puisqu’elles ne concèdent que 4 points en 10 minutes. Malgré un catastrophique 21 % d’adresse, les Françaises sont devant, 34-23. Elles doivent donc cette avance à leur réussite sur la ligne des lancers francs où elles punissent leur adversaire en inscrivant 17 sur 19, soit la moitié de leurs points ! Avec seulement 5 points, Sarah Michel, Sandrine Gruda et Alix Duchet sont meilleures marqueuses d’une équipe dont le danger vient de partout.

Alix Duchet et Marine Johannès font la différence au meilleur moment

La Russie ne se laisse pas abattre. Alors limitée à 0 points chacune, les meilleurs scoreuses de l’équipe que sont Raisa Musina (7 points, 10 rebonds) et Maria Vadeeva (8 points) se mettent en marche et inscrivent leurs premiers points. La Russie se rapproche rapidement à 5 points, mais ne parvient pas à faire le jump pour recoller. La France résiste avec une Marine Johannès distribuant les caviars pour compenser sa maladresse au tir, tandis que Sandrine Gruda (11 points, 5 rebonds) marque des points importants. Comme toujours, tout le monde est impliqué, notamment Alix Duchet qui se montre une nouvelle fois précieuse en attaque, et Gaby Williams (11 points), très active des deux côtés du parquet. Le match est alors encore serré alors que la Russie perd Ekaterina Fedorenkova, gravement touchée au genou droit sur un mauvais appui.

Jusqu’alors inoffensives derrière l’arc (1/11), les Bleues trouvent enfin de l’adresse grâce à Alix Duchet (12 points) une fois, puis Marine Johannès (8 points, 8 passes) à deux reprises. Cela leur permet de prendre quinze points d’avance à l’approche du money-time. Une différence qui est rédhibitoire. Le coach russe fait alors sortir Vadeeva et Musina, laissant tomber cette fin de partie pour préparer le futur barrage qu’il disputera ce lundi. A l’image de leurs deux premières rencontres, les Bleues se libèrent en fin de partie. L’écart devient alors rapidement conséquent face à des Russes ayant déposé les armes, s’inclinant largement, 85-59. La première place est donc assurée pour une équipe de France qui peut donc se tourner vers les quarts de finale avec de multiples certitudes.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une