Nous suivre

Football

Europa Conference League : Que sont devenus les Niçois de 2017 qualifiés pour les barrages de Ligue des champions ?

Romain Fiore

Publié le

Que sont-ils devenus Les Niçois de 2017, qualifiés pour les barrages de Ligue des champions
Photo Icon Sport

EUROPA CONFERENCE LEAGUE – Alors que l’OGC Nice va disputer ce soir son match de barrage aller face au Maccabi Tel-Aviv, retour sur la dernière fois que les Niçois ont disputé un barrage. C’était en 2017, après la magnifique saison terminée à la 3ème place, sous Lucien Favre, et c’était pour la Ligue des champions. 

À l’été 2016, après une belle 4ème place glanée en championnat, le président Jean-Pierre Rivère décide de se séparer d’un accord commun de son entraîneur Claude Puel. Après 4 ans de bons et loyaux services, le coach castrais cède sa place à un nouveau venu en Ligue 1, un Suisse du nom de Lucien Favre. L’ancien entraîneur de Gladbach débarque sur la côte d’Azur avec une idée de jeu et un football offensif poussé au paroxysme. Une idée de jeu qui plaît aux dirigeants niçois, mais surtout au public de l’Allianz Rivera, qui a emménagé il y a seulement 3 ans dans ce nouveau stade. Après la saison extrêmement réussie où Hatem Ben Arfa avait endiablé la Ligue 1 en inscrivant 17 buts, et où Valère Germain (14 buts) était prolifique au côté d’Alassane Pléa, les Aiglons souhaitent continuer sur cette lancée lors de la saison 2016-2017 qui aboutira à une 3ème place et une qualification en barrage de Ligue des Champions. Retour sur les joueurs de cette belle équipe, dont certains ont connu une drôle de carrière.

L’attaque de feu

Recrue phare de l’été 2016 après le départ d’Hatem Ben Arfa au PSG, le sulfureux Mario Balotelli débarque à Nice après un énorme échec à Liverpool. L’Italien, qui signe alors un contrat pour trois saisons, se relance pleinement dans une équipe avec un projet de jeu parfait pour lui. Il le prouve d’ailleurs dès la première journée du championnat où il plante un doublé face à Marseille lors de la victoire des siens 3-2, ce qui nous vaudra la mythique interview de Laurent Paganelli après le match. Même s’il ne dispute que 23 matchs cette saison pour cause de blessures, le double buteur de la demi-finale de l’Euro 2012, aura marqué les esprits en Ligue 1.

Avec 15 buts, dont 9 face aux gros du championnat,  (3 contre Marseille, 1 face à Paris, 2 à Lille, 1 contre Bordeaux, 2 faces à Monaco) l’Italien devient une pièce maîtresse du schéma de Lucien Favre, et permet même aux Aiglons d’être en tête à la trêve hivernale. Parti libre à la fin de son contrat, Mario Balotelli a effectué ensuite six mois à l’OM avant de retourner en Italie du côté de Brescia, puis Monza en deuxième division. Depuis un an, il est en Turquie, où, à 32 ans, il a planté 18 buts en 31 matchs la saison dernière.

Alassane Pléa, pur produit du centre de formation lyonnais, a été acheté deux ans auparavant aux Gones, alors qu’il n’avait que 7 matchs de Ligue 1 dans les jambes. Titulaire toute la saison, il dispute l’intégralité des rencontres en championnat jusqu’à subir une déchirure du ménisque lors de la 25eme journée. Il loupe alors toute la fin de saison. Malgré cela, aligné aux côtés de Balotelli, Alassane Pléa a inscrit tout de même 11 buts en championnat. Une bonne opportunité qui l’amènera par la suite à être recruté par l’ancien club de Lucien Favre, le Borussia Mönchengladbach pour 23M€. Toujours là-bas, le Lillois a inscrit 47 buts avec l’équipe allemande, et fait partie des attaquants confirmés de Bundesliga.

Mickaël Le Bihan a dû louper les trois-quarts de la saison à cause d’une fracture à la jambe. Mais dès son retour, il avait marqué les esprits en inscrivant un doublé en dix-sept minutes face à Montpellier. Il ne disputera au final que 10 matchs avant de s’envoler deux ans plus tard vers Auxerre, puis désormais à Dijon. À 32 ans, il est devenu un buteur confirmé de Ligue 2, avec pas moins de 64 buts inscrits en 218 rencontres dans cette division. Le dernier attaquant de la liste, c’est Anastasios Donis, pas titulaire et alors prêté au Gym, il disputera tout de même 18 matchs, et inscrira 5 buts cette saison-là. Si par la suite il a continué de voyager entre la Juventus, Stuttgart et Venlo, il est revenu en France du côté du Stade de Reims qui l’a acheté 4M€. Mais depuis son arrivée en Champagne, le Grec n’a toujours pas inscrit la moindre réalisation. De quoi rétrograder dans la hiérarchie, au point de ne plus être convoqué lors des deux premiers matchs de la saison.

Le triangle de la déchéance

Celui envers qui beaucoup d’espoirs étaient fondés a finalement connu une vraie descente aux enfers. Vincent Koziello, formé à Nice qui paraissait avoir la jeunesse éternelle tant il faisait encore adolescent sur les terrains de foot, a été rayonnant chez les Aiglons, avant de connaître le pire. Véritable titulaire lors de la saison précédente, il se fait bousculer sa place par l’arrivée de Younes Belhanda et Wylan Cyprien au milieu de terrain. Il ne dispute au final que 19 matchs en tant que titulaire, mais reste marquant par sa complicité au milieu de terrain avec Jean Michael Séri et Younes Belhanda dans le rôle de milieu offensif. La saison d’après, il part à la trêve pour Cologne en Allemagne, mais subit la relégation en fin de saison. Jouant peu, il revient un an plus tard en France du côté du Paris FC en Ligue 2. Mais les galères s’accumulent et il continue de très peu jouer. Il va alors être prêté au Portugal une saison au Nacional. Désormais, il joue en Belgique à Ostende, mais peine à se faire une place de titulaire. À 26 ans, Vincent Koziello est l’une des grandes déceptions du beau projet de jeu niçois de l’époque.

Compère avec lui du milieu de terrain, Jean Michaël Seri, a débarqué un an auparavant sur la Côte d’Azur. Véritable poumon du milieu niçois, l’Ivoirien est avec Koziello ou Cyprien le moteur de la machine. Au bout de 3 saisons, il s’envole pour 30 millions d’euros à Fulham nouveau promu en Premier League. Une excellente affaire pour le Gym qui l’avait acheté 1M€ à la base. Mais relégué la saison d’après, il est prêté à Galatasaray pour rester compétitif. Alors que son club fait l’ascenseur entre la 1ère et 2ème division, il est prêté six mois à Bordeaux en janvier 2021. Finalement après une saison en Championship où il est titulaire, il s’en va libre à la fin de son contrat et joue désormais, à 31 ans, à Hull City, toujours à l’échelon inférieur en Angleterre.

Le troisième joueur de ce milieu de terrain c’est Wylan Cyprien. Recruté à Lens pour 5M€, le Guadeloupéen est alors à 21 ans, un très grand espoir français. Il est d’ailleurs rayonnant sous le maillot azuréen, puisqu’il dispute 29 matchs dont 27 titulaires, avant de subir une rupture des ligaments croisés qui mettra fin à sa saison. De retour il disputera encore trois saisons chez les Aiglons, avant d’être prêté puis acheté par Parme. Au final, lui aussi joue peu en Italie, et revient en France du côté de Nantes. Il obtient du temps de jeu chez les Canaris, et remporte même son seul trophée à son palmarès, la Coupe de France. Cette saison il est encore prêté par le club italien et va découvrir la Suisse à 27 ans du côté du FC Sion.

Les autres éléments

Rémi Walter et Valentin Eysseric faisait eux aussi partie des remplaçants de Nice, mais qui ont participé à la belle aventure. Si le premier connaît par la suite un prêt à Troyes, il revient au Gym, mais ne parvient pas à s’imposer en tant que titulaire. Il part au final en Turquie à Malatyaspor un club de seconde division, pour rejoindre six mois plus tard la MLS et l’équipe de Kansas City. Pour Eysseric ce fut différent, puisque le Provençal aura disputé 23 matchs titulaire et aura délivré 7 passes décisives. Vendu dans la foulée à la Fiorentina, il connaîtra par la suite des prêts à Nantes, l’Hellas Verone, puis partira libre pour la Turquie et  Kasimpasa.

Le dernier du milieu de terrain, était le Marocain Younès Belhanda. Le milieu offensif, prêté par le Dynamo Kiev, a littéralement vécu une seconde jeunesse du côté de la Côte d’Azur. Placé derrière les attaquants, le champion de France 2012 a disputé 31 matchs pour 7 passes décisives et 3 buts. Par la suite il se rendra du côté de Galatasaray pour remporter 4 trophées, avant de filer à Adana Demirspor, aux côtés d’un certain Mario Balotelli.

La défense de fer

Véritable capitaine et pièce maîtresse du projet niçois, le Brésilien Dante est encore un titulaire indiscutable de la défense du club. Débarqué pour seulement 2,5M€ de Wolfsburg à 32 ans en 2016, il ne va plus quitter son poste encore six ans plus tard, et avec 200 matchs chez les Aiglons et ses 38 ans il encadre ce groupe ambitieux. Compère de la défense centrale, Paul Baysse a été un pilier de cette bonne année. S’il a loupé une quinzaine de matchs pour des blessures, il était un cadre de cette défense. Mais après ce fut la véritable dégringolade pour lui qui aura connu, Malaga, Caen et Bordeaux en Ligue 2.

Arrivé en provenance de Guimarães pour seulement 2M€, le Brésilien Dalbert va vite devenir une pièce essentielle dans cette défense. Le latéral gauche, véritable surprise de cette saison, va disputer 33 matchs dont l’intégralité titulaire. Il partira ensuite pour l’Inter Milan pour la somme de 21M€, une très belle opération pour le Gym. Depuis il a connu des prêts à la Fiorentina, Rennes et Cagliari. Mais, actuellement en récupération d’une rupture des ligaments croisés, il est toujours à Milan. Du côté droit, le poste s’est partagé entre Arnaud Souquet et Ricardo Pereira, si le premier a fini titulaire sur la fin de saison à ce poste, le second était au final milieu droit. Le Portugais quittera la France pour Leicester la saison d’après, où malgré ses bonnes performances, il vivra de nombreuses blessures. Quant à Souquet, il va connaître La Gantoise en Belgique avant de revenir dans le sud du côté de Montpellier.

Enfin, Malang Sarr était la pépite du centre de formation niçois. Né dans la ville de son club, en 2016-2017 il n’a que 17 ans quand il dispute 27 matchs cette saison-là, dont 23 en tant que titulaire. D’une maturité bluffante, le Niçois va s’imposer au fil des saisons au cœur de la défense du club azuréen, au point d’être recruté par Chelsea en 2020. Il n’a disputé pour le moment qu’une vingtaine de matchs avec le club londonien dont la majorité l’an dernier, mais il espère se relancer à 23 ans avec un prêt du côté de Monaco cette saison. Son gardien Yoan Cardinale a vécu une véritable descente aux enfers. Titulaire dans les cages en 2017, il a depuis perdu sa place au profit de Walter Benitez, et il n’a plus disputé un match depuis le 25 octobre 2018. Sans club depuis un an, le portier originaire de la Ciotat a retrouvé un club pas loin de chez lui. Désormais au SC Toulon en National 2, le gardien de 28 ans espère relancer sa carrière et enfin obtenir du temps de jeu.


Fan absolu de foot et d'un certain club à l'étoile en bleu et blanc. Amateur de beau jeu et d'Argentins au pied gauche magique. Passionné de sport US (NBA, NFL, MLS) et loyal à la Damian Lillard. Je suis là pour vous apporter tout ce que le sport peut nous donner.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une