Nous suivre

Football

Fabien Ourega : « L’objectif ? Devenir le premier club lituanien en phase de groupes en Coupe d’Europe »

Publié le

Fabien Ourega  « L’objectif Devenir le premier club lituanien en phase de groupes en Coupe d’Europe »
Photo Icon Sport

Ligue des Champions 2022-2023 – Pendant que les cadors européens patientent sagement pour faire leur entrée dans la compétition, la Ligue des Champions a officiellement débuté depuis près d’un mois. Les tours préliminaires font rage entre les différents champions nationaux des « petites » nations. Après avoir passé le FC Balkani (Kosovo), le Zalgiris Vilnius a réalisé un véritable exploit en s’offrant à domicile Malmö (1-0) au match aller du 2ème tour préliminaire. Unique buteur, le Français Fabien Ourega a été le héros de la rencontre. Avant d’aborder le retour en Suède, l’ailier de 29 ans revient sur ce premier but marquant dans la reine des compétitions, et l’environnement du championnat lituanien qu’il a rejoint l’hiver dernier après des années entre Ligue 2 et National 1.

Cette semaine, tu as inscrit l’unique but dans la victoire surprise du Zalgiris sur Malmö au 2ème tour préliminaire de Ligue des Champions. Comment as-tu vécu ce premier but dans la plus grande des compétitions ? Ça doit être un moment particulier non ?

Oui, en effet, j’ai marqué mon premier but dans cette compétition qui, selon moi, est la meilleure au monde. Ça restera vraiment un moment inoubliable au vu de l’enjeu du match et devant notre public, qui a mis un ambiance formidable. Surtout, il est très beau et offre la victoire. C’était vraiment un moment particulier parce que je découvre cette compétition même si ça reste les tours de qualification, mais ça me permet de me confronter aux meilleures équipes de plusieurs championnats européens. Ce but restera gravé à jamais dans ma mémoire.

Vous avez battu le champion du Kosovo au tour précédent, et vous êtes en ballottage favorable avant de vous déplacer en Suède. Passer au 3ème tour serait une énorme performance, est-ce qu’il y a une attente ou une pression particulière qui s’installe avant le match retour ?

Pour le moment, on a l’avantage, mais rien n’est joué. Il y a le match retour là-bas, et on s’y prépare parce que ce sera un autre match devant leur public. On connaît l’atmosphère à Malmö mais on est des professionnels, et c’est le genre de match que tout le monde a envie de jouer. Il n’y a pas de pression particulière, ni pour l’équipe, ni pour moi-même. Ça reste du bonus. On fera le déplacement avec la même envie et la même détermination que l’on a à chaque match.

Avec les reversements d’une compétition européenne à une autre, est-ce que le fait de décrocher une possible place en phase de groupes d’une des trois compétitions est un objectif pour le club ?

C’est clairement un objectif. Nous sommes des compétiteurs. Aucune équipe du championnat lituanien n’a participé aux phases de groupe d’une Coupe d’Europe, donc on a vraiment l’occasion de marquer l’histoire du club, et du pays. Nous n’en sommes pas loin. À nous de mouiller le maillot car participer à une Coupe d’Europe peut changer nos vies.

Cela fait désormais six mois que tu évolues en Lituanie. Comment s’est passée l’adaptation dans un pays totalement différent en termes de culture ou de langue dans la vie quotidienne ? Est-ce qu’il y a des éléments qui t’ont surpris ?

Franchement, je me suis vite adapté parce que c’est un pays très accueillant. Les gens sont chaleureux et respectueux. Ce qui m’a surpris est le fait que la plupart des habitants parle anglais en plus de leur langue locale, donc cela a rendu mon adaptation plus rapide. Je suis dans la capitale à Vilnius. C’est une très belle ville où il y a beaucoup de choses à faire donc je me sens vraiment à l’aise. Ce qui m’a vraiment surpris ici, c’est le froid ! Quand je suis arrivé, je n’avais jamais connu ça.

En termes d’entraînement et d’infrastructures, comment juges-tu le cadre du club de Vilnius en comparaison aux différents clubs pros français que tu as fréquentés (Orléans, Paris FC, Sochaux, Le Havre) ?

Je suis dans le meilleur club du pays donc en termes d’infrastructures, c’est beaucoup mieux que certains clubs en France, mais ça ne change pas trop de ce que j’ai pu connaître dans mes clubs précédents. À l’exception de quelques détails comme les stades, mais en général, c’est un peu similaire.

Sur le terrain, vous êtes actuellement en tête du championnat, est-ce que tu peux nous indiquer quel est selon toi le niveau global de ce championnat, et les principales qualités des équipes lituaniennes ?

On est en tête du championnat avec des matchs en retard. Le niveau est en-dessous de ce que j’ai pu connaître en France, mais ça reste une compétition où les équipes sont très fortes physiquement et engagées. Il y a énormément de duels. Le championnat se développe petit à petit mais possède un bon niveau.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une