Nous suivre

Hockey sur glace

Finales NHL 2022 : L’Avalanche enterre Tampa Bay et remporte sa 3ème Coupe Stanley

Publié le

Finales NHL 2022 L'Avalanche enterre Tampa Bay et remporte sa 3ème Coupe Stanley
Photo Icon Sport

FINALES NHL – Enfin ! Alors que Tampa Bay l’avait emporté à Denver vendredi dernier, pour rester en vie dans cette finale, l’Avalanche du Colorado l’emporte 2-1 dans ce match 6 et soulève sa 3ème Coupe Stanley (4-2 au global). Cale Makar est élu meilleur joueur des finales.

Le Lightning de Tampa arrivait lancé dans cette 6ème manche, ayant fait mentir les paris en gagnant à Denver vendredi. Devant une Amali Arena chauffée à blanc, ils voulaient renverser les pronostics et forcer un match 7. L’Avalanche du Colorado, de son coté, voulait se relever de la désillusion du match précédent et terminer au plus vite la série pour éviter d’avoir trop de pression.

Le Lightning mène après 20 minutes

C’est allé très vite en début de match. Une pénalité en 30 secondes pour Cale Makar et la foudre commence à frapper. Même si les Bolts n’ouvrent pas le score en supériorité numérique, ils ont mis la main mise sur la partie et le capitaine, Steven Stamkos, trouve la faille juste avant la 4ème minute (1-0). Durant 10 minutes, le Lightning tisse sa toile, tente, ose, frappe mais rien ne rentre face à une équipe de Colorado dans le dur. Mais elle sort enfin du bois et touche même le montant d’Andrei Vasilevski. Les débats s’équilibrent plus en fin de première période mais les Bolts semblent capable d’arracher la victoire.

Colorado hausse le niveau

Comme lors des matchs précédents, l’Avalanche attaque pied au plancher et ne laisse pas respirer les locaux. Nathan McKinnon, moins scoreur depuis le début de la finale, inscrit un but en étant abandonné par la défense adverse. Sûrement le tournant de la partie et de la finale. Tampa Bay aura du mal à s’en relever, n’inquiétant que peu leurs adversaires et Darcy Kuemper. Tant que le score n’était que de 1-1, tout restait possible.

Las pour les Bolts, Artturi Lehkonen crucifie le cerbère local sur une contre-attaque. On sent Tampa Bay groggy, alors que Denver redevient serein et dominateur. Finalement, l’Avalanche ne lâchera plus son os, et le Lightning ne reviendra plus dans le match. Colorado était juste trop fort sur l’ensemble de la série. Ils soulèvent le trophée avec 4 victoires à 2, mettant fin à la domination des Bolts qui restent bloqués à 2 Coupes Stanley d’affilée. De son côté, Cale Makar, au four et au moulin pendant la série (3 buts et 4 assistances en finale), est élu meilleur joueur de la finale, ajoutant ce trophée à celui de meilleur défenseur de saison régulière. Pierre Édouard Bellemare, lui, a joué 11 minutes et demi avec un tir.

Anecdotes

Comme pour chaque finale, il y a toujours de petites histoires qui se vivent.

  • Denver, la ville de l’Avalanche de Colorado, remporte la Stanley Cup et le trophée universitaire de NCCA. C’est une première depuis 50 ans depuis Boston en 1972.
  • L’Avalanche de Colorado remporte sa 3ème Coupe Stanley lors de sa 3ème finale (après 96, juste après le déménagement de Québec, et 2001).
  • Colorado n’a jamais perdu 2 fois de suite dans ces playoffs.
  • Cale Makar est le 3ème défenseur à faire le triplé sur les récompenses (Conn Smythe, Stanley Cup et Norris).

  • La série de Coupes consécutives s’arrête à 3 pour Pat Maroon, double vainqueur avec Tampa Bay et les Blues de Saint Louis juste avant.
  • Joe Sakic devient le 3ème manager général à remporter la Coupe Stanley après l’avoir gagné comme joueur dans la même franchise.
  • Artturi Lehkonen, auteur du but de la victoire, avait envoyé les Canadiens de Montréal en finale l’an dernier, lui qui a rejoint Colorado cet hiver.
  • Corey Perry perd sa 3ème finale consécutive, après Dallas et Montréal.
  • La France ne compte toujours qu’une seule Coupe Stanley (Cristobal Huet en 2010 avec Chicago). Pierre-Édouard Bellemare perd sa 2ème finale (après 2018).

Journaliste/rédacteur depuis décembre 2016 - Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une