Nous suivre

Légendes du sport

Bleu, Blanc, Rouge #16 : Florent Manaudou, la surprise du chef

Klay

Publié

le

Florent Manaudou

Votre blog dicodusport.fr revient pour vous sur un moment de légende réalisé par des sportifs français. Dans l’épisode 16, le jeune nageur Florent Manaudou remporte l’épreuve du 50 mètres nage libre au JO de Londres en 2012, à la surprise générale.

Florent Manaudou est né le 12 novembre 1990. Handballeur dans son enfance, jusqu’à ses 13 ans, il doit faire un choix entre les parquets et les piscines. Ses parents le poussent vers la natation et son frère Nicolas le fait progresser. En 2007, il obtient le premier titre de sa jeune carrière en remportant le 50 mètres nage libre des championnats de France cadets.
Désormais membre de l’Armée de Terre française, il continue son développement et sa progression vers l’élite. En 2009, il remporte ses premières médailles et son premier titre national aux championnats de France avec le bronze sur le 50 mètres papillon en grand et petit bassin, l’argent au 50 mètres brasse et l’or sur le 100 mètres 4 nages en petit bassin. En 2010, il réédite les mêmes performances et récupère les mêmes médailles en petit bassin, alors qu’en 2011, il parvient à monter d’une marche sur le podium du 50 mètres papillon en grand bassin.
C’est en 2012 qu’il explose à la face du monde. Triple champion de France en petit bassin, il obtient sa qualification pour les Jeux olympiques de Londres en terminant 2ème du 50 mètres nage libre des championnats de France grand bassin. Il échoue de peu pour la qualification sur le 50 mètres papillon, en prenant la 3ème place. Vice-champion du monde petit bassin à Istanbul sur 50 mètres nage libre et médaillé de bronze sur 50 mètres brasse, il emmagasine une confiance que personne ne soupçonne. Alors que sa grande sœur Laure piétine et ne réalise pas le retour à la compétition fracassant qu’elle espérait, c’est le « petit » de la famille qui va réaliser LA performance majuscule à Londres.
Florent n’a que 21 ans et s’aligne sur sa première grande compétition internationale (après les mondiaux en petit bassin) sans grande pression. En effet, tout le monde s’accorde à dire que le potentiel est grand mais que la maturité et l’expérience du haut niveau ne sont pas encore des qualités qu’il possède. On se dit que cela va venir… plus tard. Mais pourtant, il s’invite déjà en finale de sa compétition, le 50 mètres nage libre. Mis de côté, dans le couloir n°7, il va réussir un départ canon et une performance folle en parcourant la longueur du bassin en 21 secondes 34 centièmes. Florent Manaudou surprend donc le chrono en améliorant sa meilleure performance de 46 centièmes et en réalisant le meilleur chrono de tous les temps pour un nageur en maillot de bain. Il surprend également le brésilien César Cielo invaincu sur la distance depuis 4 ans, il surprend le monde de la natation, le monde du sport, le monde entier et devient le premier français champion olympique sur cette distance.

Finie la surprise, Florent Manaudou bascule dans une autre dimension, celle des grands nageurs. Mais il n’a toujours que 21 ans … A la fin de cette année 2012 folle, il écrase la concurrence aux championnats d’Europe petit bassin à Chartres et rend ses coéquipiers excellents. Il obtient 5 médailles d’or, sur le 50 mètres nage libre et dans 4 relais. Entre 2013 et 2015, il gagne 10 médailles dont 7 titres nationaux en grand bassin sur 3 éditions, 11 médailles dont 10 titres sur 2 championnats de France petit bassin, 4 médailles d’or aux championnats d’Europe grand bassin à Berlin en 2014 sur le 50 et le 100 mètres nage libre, le 50 mètres papillon ainsi que le relais 4×100 mètres nage libre. L’année 2013, post-olympique avait été difficile à digérer pour le nageur qui était passé à côté de ses 2 finales des championnats du monde de Barcelone sur le 50 mètres nage libre et papillon. Tout de même champion du monde avec le relais, il fera mieux deux ans plus tard, à Kazan, en Russie en remportant les 3 épreuves.
Avant cela, en 2014, il remportait 6 médailles aux championnats du monde petit bassin à Doha, au Qatar dont 3 en or sur les 50 mètres nage libre et dos, puis le relais. Il empile les médailles et les titres jusqu’à l’année 2016, année olympique. Aux championnats d’Europe en grand bassin, il en rapporte 3 supplémentaires dont 2 en or. Il se présente pour ses seconds Jeux olympiques dans la peau, cette fois-ci, du favori du 50 mètres nage libre.
Après une longue hésitation, il prenait la décision de ne pas s’aligner sur le 100 mètres ou sur d’autres compétitions autre que le relais 4×100 mètres nage libre pour ne pas hypothéquer ses chances sur son épreuve. Il désire devenir double champion olympique, voilà son objectif. Préparé et gonflé à bloc, il se crispe en finale et échoue à la deuxième marche du podium pour un centième. Un tout petit centième lui ôte son rêve aux dépens du revenant américain Anthony Ervin. On le pensait intouchable, il est humain.
Après celle acquise avec l’équipe de France de relais, il repart de Rio, le cœur lourd de déception, mais avec deux médailles d’argent. Sur le coup de l’émotion, il manifeste son envie de changement. Il n’a que 25 ans mais il se sent lassé et fatigué par cette rengaine qu’est la vie de nageur de haut niveau. A froid maintenant, il décide de mettre en suspens sa carrière dans les piscines au profit d’un retour sur les terrains de hand. Il s’entraîne chez lui, à Aix-en-Provence, avec l’espoir de briller autant que sur l’eau. Florent est encore très jeune et nul ne sait ce que l’avenir lui réserve.

Alexandre Toussaint


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une