Nous suivre

Portraits

Geoffrey Blancaneaux, en route vers l’US Open

Publié

le

Geoffrey Blancaneaux

Nous avons rencontré Geoffrey Blancaneaux, jeune joueur Français de tennis qui enchaînent actuellement les victoires sur le circuit professionnel. Nous revenons avec lui sur l’invitation qu’il vient de recevoir pour l’US Open 2017, un tournoi qu’il préparera notamment avec Thierry Ascione et Jo-Wilfried Tsonga.

Geoffrey, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Geoffrey Blancaneaux, j’ai 18 ans et bientôt 19 dans quelques jours. Je suis actuellement 317ème joueur mondial au classement ATP et j’ai gagné Roland Garros Junior en 2016.

Comment as-tu commencé le tennis ?

J’ai commencé à jouer à l’âge de 5 ans, mon père et mon frère jouaient au tennis dans un petit club à côté de chez nous. A force d’y aller régulièrement, je me suis mis à jouer sur le mur, puis à jouer avec mon frère.

Quelle est ta surface favorite et celle où tu es le moins à l’aise ?

Je préfère jouer sur terre battue. En revanche, il n’y a pas de surface où je me sens moins à l’aise, que ce soit sur dur ou gazon je ne ressens pas de différence.

Tu viens de remporter 3 tournois « Future » consécutifs en enchaînant 15 victoires d’affilées, comment expliques-tu ta réussite actuelle ?

J’ai pratiqué un bon tennis à Bourg-en-Bresse où j’ai remporté le tournoi. Cela m’a permis de prendre confiance dans mon jeu. J’ai continué sur ma lancée en prenant match par match même si c’était un peu dur sur la fin car la fatigue commençait à se faire sentir. Mentalement ce n’était pas évident d’enchaîner les matchs tous les jours. Je n’ai eu qu’un jour de repos entre Bourg-en-Bresse et Istanbul et pareil entre les deux tournois d’Istanbul. Les rencontres se sont succédé rapidement, sans oublier celles de double.

Tu as reçu une invitation pour l’US Open 2017, qui sera ton premier tableau final en Grand Chelem, c’est une fierté ?

Evidemment, c’est un honneur pour moi de recevoir une Wild Card pour le tableau final. Je pensais plutôt essayer de jouer les qualifications mais accéder directement au tableau final c’était inattendu. Je remercie Bernard Giudicelli, le président de la Fédération Française de tennis et le DTN Jean-Luc Cotard de me l’avoir remise.

Comment abordes-tu le tournoi, est-ce que tu appréhendes le fait de jouer en 3 sets gagnants ?

Cela va être différent des tournois habituels vu que c’est en 5 sets. La durée de jeu sera sans doute plus longue, c’est pourquoi nous allons beaucoup travailler avec mes entraîneurs pour être prêts. En l’occurrence, je vais me préparer avec Thierry Ascione qui connaît parfaitement ce genre d’événement. J’attends avec impatience le tirage au sort pour savoir qui je vais affronter au premier tour car en étant WC je peux tomber contre n’importe quel joueur. A ce moment-là nous pourrons mieux appréhender le tournoi. Niveau tirage, je n’ai pas de préférence, pour une première participation en grand chelem je ne vais pas faire le difficile 🙂

Geoffrey Blancaneaux et Novak Djokovic

Geoffrey Blancaneaux en compagnie de Novak Djokovic pendant la remise des trophées de Roland Garros 2016.

Quel est ton meilleur souvenir sur un terrain ?

Lorsque j’ai gagné Roland Garros junior en 2016. La finale contre Félix Auger-Aliassime fut serrée avec à la clé une victoire 8-6 dans le dernier set en ayant sauvé 3 balles de match.

Quels sont les joueurs qui t’inspirent ?

Un joueur comme Roger Federer est un exemple à suivre tout comme Lucas Pouille qui est un des seuls joueurs Français à avoir percé ces dernières années.

En parlant de Roger Federer tu es né le 08 août comme lui, est-ce un signe ?

J’espère, si je peux faire la même carrière que lui, je ne dirais pas non 🙂

A long terme, quel est ton objectif principal ?

Mon objectif est de devenir numéro 1 mondial, c’est mon rêve, le but de ma carrière.

T’intéresses-tu à d’autres sports ?

Je joue un peu au golf avec mon frère et je m’intéresse à la plupart des sports. J’aime suivre les grands événements sportifs.

Benjamin Cots


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une