Nous suivre

Champions Cup 2022-2023

Geoffrey Palis : « On aimerait vraiment se qualifier pour la phase finale »

Publié le

Geoffrey Palis « On aimerait vraiment se qualifier pour la phase finale »
Photo Icon Sport

CHAMPIONS CUP 2022-2023 – Juste avant d’entamer une nouvelle campagne de Champions Cup avec le Castres Olympique, Geoffrey Palis a répondu aux questions de Dicodusport pour faire le point sur les objectifs du club dans cette compétition, mais aussi le bilan du début de saison et ses propres ambitions.

Comment se présente cette Champions Cup ?

On va voir demain, mais on a à cœur de donner une belle image de Castres, et de se battre pour avoir nos chances de se qualifier.

L’objectif, c’est de se qualifier ou de prendre les matchs les uns après les autres ?

On aimerait vraiment se qualifier pour la phase finale, et ça commence par demain et la réception d’Exeter.

Du coup, c’est une bonne chose de commencer à domicile, vous êtes sereins à la maison.

Oui, enfin sereins, on a vu le week-end dernier qu’on n’avait pas de marge. Et puis là, on reçoit une équipe remplie d’internationaux, donc on sait que ça va être un top match. Ca va être très très dur, mais c’est ce genre de match qui peut nous faire du bien pour le Championnat.

Quel est ton avis sur la nouvelle formule de la Champions Cup ?

C’est un petit peu dommage, parce qu’on se perd un peu avec le fait de rentrer des clubs sud-africains. Cela rend la chose plus compétitive, mais ce n’est plus vraiment la Coupe d’Europe, c’est dommage.

Et en ce qui concerne le système de qualifications ?

C’est vrai qu’on n’a pas trop de recul avec ce système-là par rapport aux années précédentes, ça change un peu les choses.

Vous avez eu des retours sur vos deux adversaires de la phase de poule ?

Que ce soit Exeter ou Edimbourg, c’est vraiment du costaud. Les deux équipes ont pas mal d’internationaux, mais leur championnat a été quelque peu faussé parce qu’ils ont eu beaucoup de doublons. Mais contre nous, on sait qu’ils seront au complet, et on sait que ce sont des équipes qui savent se préparer pour la Coupe d’Europe.

Mais vous serez prêts.

Prêts, on verra sur le terrain (rires), mais on a hâte que ça commence pour pouvoir nous évaluer aussi.

L’équipe est annoncée ? Tu seras titulaire ?

Oui, je commencerai à l’aile.

Vous avez résolu vos problèmes à la mêlée ?

Oui, puisque Rory (Kockott) sera remplaçant et Gauthier Doubrère sera titulaire. Rory va amener un peu de présence et d’expérience, ça va faire du bien à tout le monde. En tant qu’entraîneur, il reste très proche des joueurs.

Il était question d’un changement d’horaire pour la rencontre ?

Oui, le club voulait l’avancer pour ne pas jouer en même temps que le quart de finale France – Angleterre, mais ça a été refusé. On verra ce que cela donnera en terme de public, mais au moins, ceux qui seront au stade, ce seront les vrais (rires).

La victoire de la semaine dernière a fait du bien en Top 14.

Totalement. Après, il n’y a pas le feu au lac. On a gagné tous nos matchs à domicile, mais on n’a pas fait de résultats à l’extérieur, ce qui est dommage sur certains matchs. Après, il y a eu la prestation catastrophique à La Rochelle qui fait tâche, mais sur les autres déplacements, à Toulon, à Lyon, au Racing, à Perpignan, on n’est vraiment pas loin. C’est dommage, et ça impose le fait d’assurer à domicile pour rester en course.

Cette déroute à La Rochelle (53-7, NDLR), comment tu l’expliques ?

Je pense qu’on s’est trompé dans le jeu, on a voulu jouer trop de ballons, on s’est beaucoup fait contrer, et contre une équipe comme La Rochelle, c’est compliqué. On leur a donné beaucoup trop de munitions, et comme ils ont les joueurs pour les exploiter, ben, voilà. Nous, on n’a pas été bons du tout.

Qu’en est-il de la fin de match la semaine dernière ? Une sacrée prise de risques (Mené de 3 points, Castres est allé en touche au lieu de tenter le but pour égaliser et a fini par l’emporter, NDLR)

Le staff voulait qu’on aille en touche, tous les joueurs ont adhéré à cette décision, et personne ne s’est posé de questions. C’est aussi pour cela que ça a réussi, on a tous tiré dans le même sens, et aujourd’hui, on ne le regrette pas.

Geoffrey Palis

Geoffrey Palis – Photo Icon Sport

D’autant que la lutte pour les barrages est vraiment dense.

C’était aussi le cas l’an dernier. Chaque année, ça se renforce de partout, mais c’est vrai que c’est toujours une grosse lutte, et j’espère qu’on se donnera les moyens d’être présents dans cette lutte.

Tu es à Castres depuis 2013. Tu penses finir ta carrière là-bas ?

Je ne sais pas, mais j’espère, on verra bien. J’ai 31 ans, je serai en fin de contrat en 2024, je suis originaire d’ici, je suis bien ici. Le club me correspond de par ses valeurs, et j’ai eu la chance d’être toujours prolongé. J’ai eu des sollicitations, mais au final, je suis toujours resté à Castres.

En ce qui concerne le XV de France, ça reste dans un coin de ta tête ?

Non, parce que je pense que le train est passé, ça y est. Ce n’est pas un objectif personnel. Mon objectif, c’est d’être le meilleur à chaque match avec Castres. On ne sait jamais, mais ce n’est pas un objectif.

Sur le papier, un ailier avec ton profil aurait ses chances.

Ah mais j’aimerai bien (rires) mais on a beaucoup de joueurs de qualité à ce poste-là. Donc je fais confiance au sélectionneur (rires) !

John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une