Nous suivre

Handball

Handball : Les Championnats du monde approchent à grand pas

Nico

Publié

le

Guillaume Gille nomme un nouveau capitaine pour l'équipe de France de Handball
Maxppp

Alors que l’Euro féminin bat son plein du côté du Danemark, les sélections masculines ne tarderont pas à rentrer dans le grand bain avant l’échéance du mondial, disputé en Égypte du 13 au 31 janvier prochain. Si la liste de Guillaume Gille n’est pas encore connue, une chose est sûre : les Bleus se retrouveront le 26 décembre à la Maison du handball pour préparer cette future compétition. Que faut-il attendre de la part de l’équipe de France et quelles sont les principales forces en vigueur ?

Une compétition agrandie

Les grandes nations du handball auront beau eu se plaindre et saluer l’incohérence d’une telle décision, l’IHF ne s’en sera comme très souvent, pas soucié. Pour la première fois de son histoire, un mondial de handball se disputera à 32 équipes, soit huit de plus que lors des éditions précédentes. Toutefois, les équipes devraient disputer un match de moins que lors des années précédentes grâce à la nouvelle formule. Avec tant d’équipes, certains parieurs pourraient profiter de potentielles rencontres pour trouver la surprise dans l’offre de paris de cette compétition.

Avec des principes de qualification naturellement élargis, il sera possible de découvrir les premiers pas de trois nations à ce stade de la compétition. En effet, le Cap-Vert, l’Uruguay et la République Démocratique du Congo participeront pour la première fois à des Championnats du monde. De leur côté, les États-Unis retrouveront la compétition pour la septième fois, vingt après avoir terminé à la dernière place du mondial disputé en France.

Les qualifications européennes ont pour habitude de laisser sur le côté de la route, certaines grandes nations handballistiques. Ainsi, et suite à la décision de la fédération européenne de geler le classement du dernier Euro, la Serbie des frères Ilic ou la Macédoine du Nord de Kiril Lazarov resteront à la maison.

Les Français dans un groupe relevé

En extrême difficulté lors du précédent Euro terminé à la 14e place après une élimination au premier tour, l’équipe de France a perdu de sa superbe lorsqu’elle s’est vue déverser dans le chapeau 3 du tirage au sort de ce Mondial.

En affrontant dès le 14 janvier en ouverture, l’impressionnante équipe norvégienne emmenée par un Sander Sagosen intouchable depuis de longs mois, les hommes de Guillaume Gille montreront rapidement s’il faudra compter sur eux ou non.

Si les États-Unis présents dans le groupe E de la France ne devraient pas présenter un danger insurmontable, ils devront également se soucier de l’Autriche, qui ne cesse de progresser, compétition après compétition. Avec un groupe tourné autour de l’arrière gauche du THW Kiel, Nikola Bilyk, il faudra se méfier de cette nation. Face à un groupe en totale confiance, les Français pourraient bien tristement se remémorer le raz-de-marée subi face aux Portugais lors d’un dernier Euro catastrophique…

Dans l’autre sens, l’EDF pourrait bien retrouver son niveau d’antan grâce à l’apport de joueurs marchant sur l’eau en club actuellement. La puissance de Romain Lagarde démontrée avec Rhein Neckar Löwen et l’aisance de Dika Mem au Barça offriront peut-être de nouvelles garanties à l’équipe nationale. Non-favoris, ils pourraient déjouer les pronostics et retrouver leur couronne, égarée lors du mondial germano-danois il y a bientôt deux ans.

Les autres sont prêts

Nation ayant repris le flambeau de l’équipe de France, le Danemark s’annonce une fois de plus comme l’un des principaux favoris de la compétition. Or, la récente blessure de Rasmus Lauge Schmidt lors d’un match avec son club de Veszprem pourrait bien handicaper le jeu de transition si puissant des partenaires de Mikkel Hansen.

Certaines nations en progression ces dernières années pourraient bien jouer les trouble-fêtes. L’Allemagne ou encore la Suède, emmenée par ses ailiers toujours aussi rapides, seront de véritables prétendants en Égypte.

S’il n’est jamais simple de déceler les véritables favoris d’un mondial de handball, il y a fort à penser que les Croates et Espagnols seront de la partie lors des derniers jours de la compétition. Pas titrée depuis les Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, la Croatie compte bien retrouver le goût d’un trophée. La génération emmenée par Duvnjak n’attend que ça et semble fin prête pour le faire…

Dicodusport


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook