Handball – Mondial 2019 : les 5 choses à retenir de Brésil – France


Après la victoire de l’Allemagne et le nul entre la Serbie et la Russie, il était important pour les Bleus de bien rentrer dans la compétition. Et l’équipe de France n’est pas tombée dans le piège brésilien (22-24). Après un match tendu, voici ce qu’il faut retenir de la rencontre.

1/ Une entame compliquée

On le sait, les premières minutes d’une compétition peuvent parfois être difficiles. On n’ose pas trop, on observe, on bloque. Les Bleus ont d’abord été surpris par des Brésiliens qui n’ont douté de rien. Malgré deux arrêts de Cyril Dumoulin en début de partie, c’est l’équipe brésilienne qui a fait le break. Il a fallu un grand Dika Mem (6 buts) pour lancer la révolte des Bleus, bien aidé par Michaël Guigou (6 buts également) et …

2/ …Un changement payant

Le Brésil mène alors 10-9 lorsque Didier Dinart décide de sortir Cyril Dumoulin et le remplacer par Vincent Gérard. Jackpot pour les Bleus : le Brésil ne marque plus. Mais vraiment … Une dizaine de minutes d’invincibilité plus tard pour le gardien tricolore et la France prend l’avantage à son tour. Mieux encore, elle creuse l’écart au terme de la première période. Les Bleus reviennent finalement aux vestiaires avec un différentiel de +3.

3/ Double sanction

On a eu peur quand on a vu les deux minutes prises par Nedim Remili et Valentin Porte au début de la deuxième période. Mais peu importe. Vous avez dit double infériorité numérique ? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez bien laisser Vincent Gérard seul, il s’occupe de tout. Résultat, les Bleus n’encaissent pas et vont même creuser un peu plus l’écart pour mener 19-14.

4/ C’est la cata, la cata

La catastrophe ! Si les Bleus semblaient partis vers une victoire plutôt facile, le momentum a considérablement changé de camp. Avec un grand Almeida dans les cages, le Brésil est revenu à un petit point à dix minutes du terme du match. Sortez les défibrillateurs ! Et dire que ce n’est que le premier match des Français pour ce Mondial.

5/ La victoire

Après une rencontre plus délicate que prévue à gérer, les Bleus sont parvenus à s’imposer 24-22, dans la douleur donc. On dit merci Vincent Gérard (50% d’arrêts) ! Et la victoire, c’est bien tout ce qui importe pour ce premier tour. Dans une poule élevée, les champions du monde s’installent maintenant dans le peloton de tête avec les Allemands. OUF !

Sophie Clapier

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des