Nous suivre

Actualités

Indian Wells : Gaël Monfils et Gilles Simon sur le pont

Julien Correia

Publié le

Aujourd’hui, deux Français, en la personne de Gaël Monfils et Gilles Simon, seront sur les courts afin de prétendre rejoindre le tour suivant du tournoi, au contraire de Lucas Pouille défait lui la nuit dernière.

Leur entrée en lice dans le tournoi californien n’avait rien d’insurmontable sur le papier, pourtant les deux Français ont dû s’employer afin de rejoindre les 16èmes de finale. La tête de série numéro 27 Gilles Simon a bataillé face à Malek Jaziri (6-3, 6-7, 6-4). Quant à Gaël Monfils, tête de série numéro 18, il s’est défait de l’Argentin Leonardo Mayer également en 3 sets (6-4, 3-6, 6-3). Ils seront les deux seuls Tricolores engagés cette semaine dans le tournoi suite notamment à la contre-performance de Lucas Pouille (28), qui s’est incliné face au Polonais Hubert Hurkacz sur le score de 2-6, 6-3, 4-6.

Suite à cette défaite, le Nordiste admettra le calvaire dont il a été victime depuis son élimination au tournoi ATP de Montpellier il y a tout juste un mois, touché par la grippe A, « il a perdu 4-5 kgs, beaucoup d’énergie, n’avait plus d’appétit et peu de sommeil, il a fallu du temps pour retrouver la forme ». Il tentera de se rattraper ce jour en double aux côtés de Stan Wawrinka. Côté français, on peut également mettre en avant la prestation d’Adrian Mannarino car bien que défait, il aura livré un beau bras de fer à la tête de série numéro 6 Kei Nishikori (4-6, 6-4, 6-7).

Un gros morceau pour Simon

Lors de ces 16èmes de finale, le Niçois, actuel 29e mondial sera confronté à l’Autrichien Dominic Thiem, 8ème mondial et tête de série numéro 7 du tournoi. Alors qu’il est resté plus de 3h sur le court face au 60ème mondial au tour précédent, Gilles Simon reconnaît qu’il n’est pas au meilleur de sa forme : « À l’entraînement, ce n’est pas mal, mais physiquement, je ne me sens pas bien depuis que je suis arrivé ici. Et pourtant, je suis arrivé tôt. Je m’entraîne fort mais l’énergie ne vient pas. Quand je me lève le matin, ce n’est pas top. Or c’est un tournoi très physique parce que les courts sont lents. Il faut donc s’engager tout le temps. J’espère que ça va revenir au fil des jours. »

Malgré tout heureux de sa victoire face au Tunisien, le Français n’a pas manque de faire preuve d’auto-dérision : « J’ai gagné un match à Indian Wells, ça arrive une fois tous les quatre ans, donc je n’ai pas besoin d’autre chose ! » Une deuxième victoire peut-être ? C’est ce qu’on lui souhaite.

Gilles Simon – L’Équipe

Monfils pour retrouver Djokovic ?

Auteur d’un très bon début de saison, Gaël Monfils admet que le tournoi californien n’est pas forcément celui qui lui réussit le mieux affirmant même : « Je ne me sens pas forcément bien à Indian Wells ». Alors que sa meilleure performance dans le tournoi est un quart de finale en 2016 face à Milos Raonic, le Parisien aura à cœur de venir à bout du gaucher espagnol Albert Ramos Vinolas, actuel 91e mondial qu’il avait notamment battu… lors de cette même édition 2016. De bon augure pour le Français ?

En tous les cas, il devra se défaire du Barcelonais pour éventuellement se confronter au numéro 1 mondial Novak Djokovic, à condition bien entendu que les deux joueurs remportent respectivement leur rencontre, mais on salive d’avance d’un duel qui pourrait être explosif, la Monf’ élevant souvent un peu plus son niveau de jeu face aux membres du top 10. Mais avant de se projeter, Gaël Monfils devra « retrouver de meilleures sensations » et faire face à « des conditions qu’il n’aime pas, il fait froid, et ça vole un peu ». Si le vent semble le perturber, cela paraîtrait ironique pour un joueur qui emporte presque tout sur son passage depuis le début d’année.

Julien Corréia


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une