Jean-Philippe Hequet et Mickaël Pouillou, hommes de base du Nautic Club Angerien


La saison touche à sa fin pour les filles du Nautic Club Angérien et à cette occasion, nous avons rencontré Jean-Philippe Hequet, président du club, et Mickaël Pouillou, entraîneur de l’équipe féminine.

Mickael, pour commencer, peux-tu nous faire un point sur la situation des équipes du club ?

Cette année, nous avons pu voir une belle progression côté filles par rapport à la saison précédente, l’objectif était de se qualifier en poule haute et ce fut chose faite. Maintenant, c’est une poule très relevée pour nous, mais notre jeune équipe progresse en compagnie des anciennes et c’est positif que cela soit en PRO A mais également en U17, où nous allons aller chercher les trois premières places du championnat de France.

Pour la N1, l’équipe s’est rajeunie, les résultats sont bons à domicile mais à l’extérieur c’est très compliqué. Cela reste positif dans l’état d’esprit et la progression. Le championnat est tout de même serré, mise à part les deux premiers et l’objectif du top 5 est toujours d’actualité.

Il y a eu beaucoup de problèmes en début de saison sur le format pour le championnat féminin. Es-tu toujours aussi amer par rapport à cette situation ? Que penses-tu de la nouvelle formule pour le moment ?

On s’y fait mais cela est très compliqué de garder le moral pour l’équipe depuis la qualification en top 4, l’essentiel est d’essayer qu’elles se mettent des objectifs individuels de progression. Vis-à-vis du championnat, le mieux serait de faire une saison régulière avec matchs aller-retour, ce qui permettrait également de maintenir une dynamique de groupe positive.

As-tu des informations pour la saison prochaine, est-ce que cette formule sera conservée ?

Je n’en ai aucune idée pour le moment, nous saurons cela au courant de l’été je pense…

Les prochains JO, c’est déjà dans deux ans et Paris 2024 dans six ans, tu tirais la sonnette d’alarme il y a quelques mois, il fallait du changement pour être performant, est-ce que des choses ont été faites ?

De mon point de vue, je dirais que nous devons tous aller dans le même sens et toujours penser aux équipes de France. Il faut former un maximum, tout en travaillant en étroite collaboration avec la DTN.

Ça ne va pas très fort pour la natation française de haut niveau, est-ce que tu as peur que cela ait des répercussions sur le water-polo ?

Non au contraire, cela fait quelques années que nous avons retrouvé les grandes compétitions internationales, la progression est là. Le water-polo est une discipline à part entière et encadrée par une majorité de passionnés, ce qui fait la différence. Donc je ne pense pas que cela ait des répercussions négatives, bien au contraire.

Le président, Jean-Philippe Hequet, a tenu à nous dire deux mots pour notamment remercier et féliciter Mickaël dans son engagement pour le club. 

Monsieur Hequet, pouvez-vous nous dire ce qu’un entraîneur, un passionné comme Mickaël apporte à un club comme le vôtre ?

Mickaël apporte au NCA sa jeunesse, et une certaine ouverture vers d’autres publics, notamment du côté des personnes en situation de handicap mais plus particulièrement chez les personnes atteintes d’autisme, pour lesquelles il a créé un partenariat avec l’association NOAH.

Quels sont vos objectifs les plus importants, que ce soit en termes sportif ou de développement ?

Sur le plan sportif, l’objectif a été atteint en PRO A car nous sommes dans le top 4 français. Le plus important est de permettre à nos filles de progresser. Côté développement, il est de poursuivre celui de notre filière formation professionnelle.

Nicolas Jacquemard

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des