Nous suivre

Actualités

Jérémie Azou, champion ordinaire : Jeux Olympiques, retraite, aviron français (2/2)

Nico

Publié

le

Jeune retraité mais avant tout sportif français avec un palmarès immense, Jérémie Azou a marqué l’histoire de son sport. Gros plan sur la carrière hors norme d’un rameur qui ne laisse pas indifférent que ce soit par son talent, sa disponibilité ou sa gentillesse. Dans la deuxième partie, nous reviendrons sur son titre olympique, sa retraite, tout en évoquant la vision qu’il a de son sport en France. 

Jérémie Azou, l’avant Rio et le titre olympique

Alors qu’il ramait avec Stany Delayre depuis plusieurs années, un petit nouveau vient bouleverser la hiérarchie juste avant Rio.

Pierre s’est donné les moyens d’atteindre ses objectifs, donc comment lui en vouloir ? Ce qui est sûr, c’est que je ne souhaite à personne d’être dans la situation où j’ai été. Car compte tenu de l’enjeu et du potentiel du bateau, la Fédération Française d’Aviron a, selon moi, manqué de transparence à bien des égards. Humainement, ça a été très dur comme période. On oublie souvent qu’on reste des humains.

Avec Pierre Houin, il deviendra champion olympique.

Les Jeux Olympiques, c’est le graal pour un rameur, ce serait mentir de dire le contraire. Les gagner avec Stany, au vue des péripéties que nous avions vécues ensemble et de notre amitié, c’est sûr que l’histoire aurait été belle.

Jérémie Azou et Pierre Houin champions olympiques à Rio

Jérémie Azou, l’invaincu

Jusqu’à sa retraite, il est resté invaincu pendant plus de 50 courses avec Stany d’abord, puis avec Pierre ensuite.

Ce sont de bons souvenirs et de la fierté aussi. Chaque victoire a son histoire. C’est d’ailleurs le plus paradoxal : on ne se rappelle pas du nombre mais bien de chacune d’elles. Comme si le chiffre avait peu d’importance finalement. Pour autant, nous n’avons jamais eu le sentiment d’être invincibles. A chaque course les compteurs étaient remis à zéro. Nous n’avons jamais sous-estimé nos adversaires. C’est ce qui nous a permis de rester aussi longtemps invaincus.

Jérémie Azou, plus grand rameur français ?

Si son palmarès parle de lui-même et en fait l’un des plus grands rameurs français de l’histoire, il évoque la question avec beaucoup d’humilité.

Il faut avoir beaucoup d’humilité avec ce genre de déclaration. La trajectoire et la carrière d’un sportif inclut d’innombrables paramètres. J’ai rencontré les bonnes personnes au bon moment. Elles m’ont permis d’exploiter 100% de mon potentiel. Je suis fier d’avoir marqué une génération, c’est sûr, mais je crois surtout qu’il existe des champions pour chaque génération, indépendamment du résultat sportif. Donc j’espère que beaucoup m’auront oublié dans quelques années, cela voudra dire que l’aviron français aura brillé de nombreuses fois depuis la fin de ma carrière.

Jérémie Azou et Pierre Houin vainqueurs de la Coupe du monde de Lucerne en 2017 © Daniel Blin

Jérémie Azou, la retraite

A la surprise générale, après son deuxième titre de champion du monde en 2017, il annonce sa retraite sportive, l’envie lui manquant.

L’usure psychologique et physique. Sportivement, je n’avais plus envie. Je savais que le groupe était assez solide pour fonctionner sans moi. J’avais aussi envie de passer à autre chose, de profiter de ma famille et de mes proches. Il n’y a pas un jour où je regrette, ça peut paraitre bizarre, mais c’est vrai. Aucun come-back n’est donc prévu.

Jérémie Azou, l’aviron en France

Même s’il ne rame plus, il garde un œil avisé sur l’évolution et la place de son sport en France. Mais aussi sur les performances des bateaux français lors des dernières compétitions internationales.

Selon le tableau des médailles, le bilan est plutôt bon, mais il faut faire très attention à son interprétation. S’il s’agissait d’une année pré-olympique, seuls 4 rameurs auraient été qualifiés aux JO (Onfroy-Onfroy en 2- TC et Androdias-Boucheron en 2x TC). Donc beaucoup de chemin reste encore à parcourir sur les deux années à venir. L’objectif final, c’est Tokyo, donc pas d’inquiétude particulière. Il faudra néanmoins être fort cette saison pour qualifier un maximum d’embarcations.

Concernant le groupe paralympique, le bilan est vraiment prometteur. Je suis particulièrement content pour le 4+LTA. Ils arrivent enfin à concrétiser. Il leur aura fallu beaucoup d’abnégation, de patience et de travail pour y arriver. Leur histoire est chouette !

Sur le plan national, l’aviron se porte bien je trouve. Beaucoup de programmes aviron-santé voient le jour. Je trouve ça super. Difficile sinon de recruter des jeunes dans les clubs cette année avec la victoire de l’équipe de France de foot à la Coupe du monde. C’est dommage, car l’exposition médiatique était bonne cette année avec la rediffusion des championnats d’Europe (France Télévisions) et des championnats du monde (La Chaîne l’Equipe).

Certaines choses changent, d’autres non malheureusement. Le sport est de moins en moins financé, difficile donc de mener des projets à terme quand l’argent manque. En dix ans de carrière, j’ai vu de bonnes améliorations, mais j’ai aussi assisté à quelques grosses erreurs qui ont coûté chères, humainement et financièrement.

Jérémie Azou parrain du 8 des jeunes rameurs français

Jérémie Azou et Paris 2024

Impliqué par le passé pour le plus grand événement sportif à venir en France, il ne le sera plus.

Un bel évènement à venir car le projet est super. J’espère qu’il sera fidèle aux promesses faites par le comité d’organisation. J’ai déjà été impliqué mais je ne souhaite plus l’être directement. Je ne suis plus en phase avec certaines choses. Du coup, j’essaie de m’investir autrement, en essayant de donner un peu de mon temps aux gens.

Jérémie Azou, il n’y a pas que l’aviron dans la vie

Il n’y a pas que l’aviron dans sa vie, il y a aussi un métier qu’il aime et des passions. L’ancien rameur français parle de ses autres facettes.

Kiné, c’est un métier que j’ai voulu faire depuis le collège. C’est un super métier. J’aime le côté manuel, l’aspect relationnel, l’indépendance. Bref, c’est un métier qui regroupe beaucoup d’avantages je trouve.

Un rôle de conférencier dans lequel il prend du plaisir…

Donner des conférences, c’est un exercice que j’affectionne même si je ne me verrais pas faire ça à temps plein. J’aime le questionnement qu’elles amènent, qu’elles soulèvent. C’est un moyen de faire l’inventaire sur soi. Une forme d’introspection personnelle pour ensuite arriver à l’exprimer et le partager aux autres.

Mais aussi des passions et un projet pour les jeunes rameurs français.

J’aime passer du temps avec mes proches ou jouer de l’instrument. Les occupations ne manquent pas. Les journées sont courtes généralement.

J’aimerais aussi créer un site et un réseau pour aider les étudiants rameurs à trouver des stages de fin d’études. Si certains ont des compétences en informatique et un peu de temps libre, je suis preneur.

Nicolas Jacquemard


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Football

Yoann Gourcuff, nouveau Roi du tennis en Bretagne

Avatar

Publié

le

Par

Yoann Gourcuff, nouveau Roi du tennis en Bretagne
Icon Sport

S’il n’a pas retrouvé de club depuis la fin de son aventure à Dijon en janvier dernier, Yoann Gourcuff s’éclate au tennis, chez lui, en Bretagne.

À 33 ans et 10 mois après la fin de son contrat à Dijon, Yoann Gourcuff refait surface. L’ancien « futur Zidane », blessé à répétition sur les terrains de football depuis de (trop) nombreuses saisons, s’éclate au… tennis depuis quelques semaines, chez lui, en Bretagne. Le quotidien Ouest-France a eu des nouvelles du joueur aux 31 sélections avec les Bleus, à Larmor-Plage, là où tout a commencé pour l’ancien Rennais, avant de choisir le ballon rond.

Dans le club de cette petite cité balnéaire, Yoann Gourcuff, classé 15/4, a fait le show lors de ses deux premières rencontres en D2 Départementale, avec des scores sans appel : 6-0, 6-0 à chaque. Simple.

« J’ai affronté un jeune homme charmant, souriant, aussi discret qu’il est élégant dans le jeu. »

Au quotidien local, l’un des deux joueurs à avoir affronté le footballeur, et à avoir pris une fessée, a réagi : « J’ai pris deux bulles, mais j’ai passé un super moment. J’ai affronté un jeune homme charmant, souriant, aussi discret qu’il est élégant dans le jeu. On a discuté un peu après le match, il m’a dit qu’il était ravi de rejouer au tennis, qu’il adorait cela. » Si on ne sait toujours pas s’il retrouvera une équipe dans les prochaines semaines, le Breton garde la forme. En attendant une nouvelle aventure footballistique ?

Dicodusport


Lire la suite

CDM de rugby à XV 2019

Rugby – Coupe du monde 2019 : notre pronostic pour Nouvelle-Zélande – Irlande

Nico

Publié

le

Par

Rugby - Coupe du monde 2019 - Notre pronostic pour Nouvelle-Zélande - Irlande
PC

Chaque jour, découvrez nos pronostics pour les rencontres de la Coupe du monde de rugby 2019. Notre pronostic pour Nouvelle Zélande – Irlande.

Nouvelle-Zélande – Irlande : Samedi 19 octobre, 12h15

Même sans la phase de poules, une telle affiche aurait été à l’avantage des All Blacks et en prenant en compte les derniers matchs, l’Irlande inquiète. Décevante face au Japon, elle n’a pas plus rassuré que ça face aux Russes et Samoans. Victoire de la Nouvelle-Zélande et pour les plus courageux, avec au moins 12 points d’écart.

Samedi 19 octobre, 12h15
1 N 2
Nouvelle Zélande – Irlande
1.35 28 3.60

Tentez votre chance en misant jusqu’à 100€ grâce à votre premier pari remboursé.

Dicodusport


Lire la suite

Tennis

Moscou WTA : Kristina Mladenovic s’offre Kiki Bertens

Avatar

Publié

le

Par

BARBARA GINDL / APA / AFP

La Française Kristina Mladenovic a remporté son quart de finale (6-4 2-6 6-1) face à la tête de série n°2 du tournoi de Moscou Kiki Bertens.

Belle semaine russe pour Kristina Mladenovic qui disputera les demi-finales du tournoi de Moscou pour la première fois. Après deux victoires en trois sets face à Putintseva et Sevastova, elle a une nouvelle fois joué un match accroché.

Après avoir fait le break à 3-2 dans le premier set, elle a fait la course en tête. Elle a eu du mal à conclure (3 balles de debreak) mais à la troisième balle de set, elle a remporté la première manche 6-4. Après un deuxième set à l’avantage de la Néerlandaise, la dernière manche a été à sens unique. Kiki Bertens, numéro 8 mondiale, devait se qualifier en finale pour pouvoir participer au Masters de fin d’année mais cette motivation n’a pas suffi dans un troisième set où elle était totalement éteinte.

En demi-finale, Mladenovic affrontera Flipkens qui réalise une bonne semaine ou Bencic qui vise le Masters féminin et qui doit elle aussi aller en finale pour rejoindre Shenzhen.

C’est la 16e victoire face à une joueuse du top 10 mondiale pour la Française qui est également en demi-finale du double avec Timea Babos face à la paire Flipkens/Mattek-Sands.

De bon augure à moins d’un mois de la finale de la Fed Cup (où elle est assurée d’être la n°1 Française) et à 10 jours du Masters féminin de fin d’année où elle défendra son titre en double avec Timea Babos.

Dicodusport


Lire la suite

Actualités

Retour sur terre pour l’ASVEL en Euroligue

Avatar

Publié

le

Par

ASVEL

Après deux victoires à domicile, l’ASVEL s’est inclinée lourdement hier soir en Allemagne face au Bayern Munich (104-63) pour la 3èmejournée d’Euroligue. L’apprentissage du plus haut niveau européen continue pour les coéquipiers d’Edwin Jackson.

« Si les joueurs sont intelligents, ce sera une bonne leçon »

Les paroles du coach de l’ASVEL, Zvezdan Mitrovic sont claires à la fin de la rencontre. L’ASVEL a manqué d’expérience et doit grandir en Euroligue pour aller chercher des matchs références à l’extérieur, après les succès fantastiques à domicile face à l’Olympiakos et au Panathinaïkos. La route est encore longue pour le petit poucet de la compétition, a qui il faut laisser le temps de découvrir les joutes européennes.

41 points d’écart à la fin du match où l’ASVEL n’aura pas vu le jour, si ce n’est un petit réveil au début du 2èmequart-temps. C’est ici la plus grosse défaite d’un club français depuis le passage de l’Euroligue sous organisation privée en 2000. Face à un Bayern Munich rôdé et insolent de réussite (10 sur 12 à 3 points), l’ASVEL n’a pas existé, enchaînant pertes de balle et approximations au tir. Seul Amine Noua (16 points) à réussi à surnager face à un concurrent qui n’est pas encore un grand d’Europe. En face, le Bayern Munich alignait notamment un ancien bon pivot NBA, Greg Monroe ainsi que sa doublure connue en France, Mathias Lessort. Le meneur international allemand, Maodo Lô terminera meilleur marqueur de la rencontre avec 19 points.

La route en Euroligue se poursuivra à Kaunas la semaine prochaine (le Zalgiris Kaunas a battu hier dans sa salle le Real Madrid 86-73). Avant cela, l’ASVEL tentera de conserver son invincibilité en Pro A dimanche avec la réception de Pau-Orthez.

Avec 2 victoires et 1 défaite, l’ASVEL se situe en milieu de tableau de l’Euroligue – Flashrésultat

 

Romain Delanis


Lire la suite

Basket-ball

Pourquoi les autres sports et championnats devraient s’inspirer de la NBA

Avatar

Publié

le

Par

NBA.com

À quelques jours de la tant attendue reprise de la NBA, l’heure est venue de prendre du recul sur la ligue américaine. Qu’est-ce qui fait que ce championnat connaît une telle renommée dans le monde entier ? Comment les instances de la NBA arrivent-elles à gérer à la perfection la médiatisation de la ligue ? Et surtout, le modèle NBA pourrait-il inspirer d’autres sports et d’autres championnats ? 

Une stratégie basée sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont la pièce centrale de la stratégie marketing de la NBA. C’est là que se réunissent les communautés de fans, et ils permettent l’extension de la ligue à l’international. Complémentaires à la diffusion TV, ils proposent un autre type de contenu destiné à un public différent. Alors que la retransmission télévisuelle des matchs intéresse plus les aficionados, le potentiel viral des réseaux sociaux permet à la NBA de viser un public de non-initiés. Et pour ceci, la ligue mise sur les highlights (moments forts d’un match). En ce qui concerne leur diffusion et celle des extraits de matchs, la NBA a adopté une ligne de conduite dont beaucoup devraient s’inspirer :

« Nous poussons à la diffusion large de nos highlights sur Internet (…) Nous comparons notre stratégie à celle de l’apéritif et du repas. Si nous offrons un apéritif à nos fans, ils auront toujours envie du repas que constituent nos matchs. »

Adam Silver, commissionnaire et PDG de la NBA

Les highlights sont en effet libres de droit et peuvent être partagés sans restriction par tous. Et c’est une vision des choses qui marche. Même quelqu’un n’ayant jamais regardé un match de NBA a probablement déjà vu tourner sur son fil d’actualité Facebook ou Twitter des clips spectaculaires de certains joueurs comme Steph Curry, LeBron James ou encore James Harden. Ajoutez à ça des athlètes hyper-connectés, et les réseaux sociaux deviennent vite la pierre angulaire d’une stratégie marketing qui fonctionne.

Le développement d’une image de marque

Pour développer son image de marque, la NBA peut s’appuyer sur plus de 70 ans d’histoire. Un historique qui a permis d’ancrer le logo et certains noms de joueurs et d’équipes dans les mentalités. De plus, la ligue ne s’est jamais reposée sur ses acquis. C’est un énorme travail de recherche qui permet à la NBA d’être en constante évolution et d’être, bien souvent, en avance par rapport aux autres ligues. Les tests et essais sont nombreux chaque année, et la ligue n’a pas peur d’apporter des changements à des règles, des codes ou des coutumes historiques.

Une histoire bâtie autour de joueurs mythiques, notamment Michael Jordan, ici au centre – Slam Magazine

Le fait qu’on considère la NBA comme une entité à part entière montre à quel point l’image de marque de la ligue est aboutie. Et ils peuvent s’appuyer sur des points forts qui facilitent la démocratisation de la ligue. Le basket a la chance d’être un sport spectaculaire par nature, et c’est ce qu’ont très bien compris les instances de la NBA. Elles l’ont peu à peu transformé en un réel show à l’américaine qui ravit les fans locaux et internationaux.

La conquête des publics mondiaux

La NBA a su s’adapter aux publics du monde entier, notamment en proposant chaque week-end des matchs à des horaires acceptables pour le marché européen (entre 19h et minuit, heure française). Même si ces créneaux ont du mal à passer outre-Atlantique et dérangent les habitudes des joueurs et spectateurs américains, la ligue a bien compris qu’il fallait passer par là pour conquérir de nouveaux publics. Le gros point fort de la NBA est aussi que ces publics étrangers peuvent s’identifier à des joueurs représentant leur pays.

En effet, plus d’un quart des joueurs de la ligue sont aujourd’hui non-Américains, un chiffre qu’on pensait impensable il y a une vingtaine d’années. Et ces joueurs étrangers sont performants. Avec la saison passée un MVP grec, un défenseur de l’année français, un MIP camerounais et un rookie de l’année slovène, la panoplie de joueurs internationaux a de beaux jours devant elle.

C’est aussi par le biais d’événements divers que la NBA montre qu’elle s’intéresse aux publics mondiaux. Chaque année, par exemple, un match de saison régulière est programmé à l’étranger. L’année prochaine, ce sera d’ailleurs à Paris qu’aura lieu la rencontre Milwaukee-Charlotte. Récemment, une partie de la tournée de pré-saison s’est déroulée en Asie, avec d’ailleurs quelques problèmes à la clé. En effet, la récente affaire avec la Chine a montré la dépendance de la NBA à son public mondial.

Le NBA League Pass : un modèle de diffusion à l’international

Le NBA League Pass est le service de retransmission propre à la NBA. Il représente probablement l’avenir du visionnage des matchs de sport. Son fonctionnement est le suivant :

– une offre segmentée : choix d’accéder à l’intégralité des matchs, uniquement aux matchs de son équipe favorite ou à quelques matchs choisis à l’unité
– fonctionne sur le principe d’abonnement, mensuel ou annuel
– possibilité de regarder plusieurs matchs en même temps, sur le même écran ou sur plusieurs
– un accès à une myriade de statistiques, replays et autres condensés de matchs

Ce modèle remarquable est une création de la NBA et permet à tout le monde de suivre les matchs, peu importe le lieu, l’heure ou le support. Il suffit juste d’une connexion internet. Cette facilité d’accès au contenu séduit chaque année des dizaines de millions de fans. Pour autant, le League Pass n’empêche pas la NBA de tirer des millions de la vente des matchs aux chaînes de télévision traditionnelles, permettant une diffusion complète et touchant tous les publics.

Le foot et autres sports collectifs, mais aussi les ligues européennes de basket ont beaucoup à apprendre du modèle médiatique de la NBA. Sa stratégie marketing moderne, axée sur le digital, permet à la ligue américaine d’être régulièrement en avance sur son temps. Un exemple à suivre.

Tom Compayrot


Lire la suite

Fil Info

Yoann Gourcuff, nouveau Roi du tennis en Bretagne Yoann Gourcuff, nouveau Roi du tennis en Bretagne
FootballIl y a 22 minutes

Yoann Gourcuff, nouveau Roi du tennis en Bretagne

S'il n'a pas retrouvé de club depuis la fin de son aventure à Dijon en janvier dernier, Yoann Gourcuff s'éclate...

Rugby - Coupe du monde 2019 - Notre pronostic pour Nouvelle-Zélande - Irlande Rugby - Coupe du monde 2019 - Notre pronostic pour Nouvelle-Zélande - Irlande
CDM de rugby à XV 2019Il y a 2 heures

Rugby – Coupe du monde 2019 : notre pronostic pour Nouvelle-Zélande – Irlande

Chaque jour, découvrez nos pronostics pour les rencontres de la Coupe du monde de rugby 2019. Notre pronostic pour Nouvelle-Zélande...

TennisIl y a 4 heures

Moscou WTA : Kristina Mladenovic s’offre Kiki Bertens

La Française Kristina Mladenovic a remporté son quart de finale face à la tête de série n°2 du tournoi de...

ActualitésIl y a 5 heures

Retour sur terre pour l’ASVEL en Euroligue

Après deux victoires à domicile, l’ASVEL s’est incliné lourdement hier soir en Allemagne face au Bayern Munich (104-63) pour la...

Basket-ballIl y a 6 heures

Pourquoi les autres sports et championnats devraient s’inspirer de la NBA

La stratégie médiatique de la NBA est un exemple à suivre pour de nombreux autres championnats : moderne, axée sur...

Top 14 - Nos pronostics pour la 8ème journée Top 14 - Nos pronostics pour la 8ème journée
RugbyIl y a 7 heures

Top 14 : nos pronostics pour la 8ème journée

Place à la 8ème journée de Top 14 ce week-end, avec le choc Clermont - LOU en clôture ce dimanche....

RugbyIl y a 7 heures

Coupe du monde à 9 : la France rate son entrée face au Liban

Coupe du monde à - L'équipe de France de Nines a raté son entrée dans le Mondial face au Liban,...

CDM de rugby à XV 2019Il y a 8 heures

XV de France : la composition des Bleus pour affronter le Pays de Galles

Coupe du monde 2019 - Jacques Brunel a dévoilé la composition du XV de France pour affronter le Pays de...

La composition du Pays de Galles pour affronter la France en quarts de finale La composition du Pays de Galles pour affronter la France en quarts de finale
CDM de rugby à XV 2019Il y a 9 heures

La composition du Pays de Galles pour affronter la France en quarts de finale

Coupe du monde 2019 - La composition du Pays de Galles pour défier les Bleus ce dimanche (9h15), en quarts...

Rugby - Coupe du monde 2019 - Notre pronostic pour Angleterre - Australie Rugby - Coupe du monde 2019 - Notre pronostic pour Angleterre - Australie
CDM de rugby à XV 2019Il y a 20 heures

Rugby – Coupe du monde 2019 : notre pronostic pour Angleterre – Australie

Chaque jour, découvrez nos pronostics pour les rencontres de la Coupe du monde de rugby 2019. Notre pronostic pour Angleterre...

Nous rejoindre

Le Club Dicodusport

Nos débats

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2019 - Tous droits réservés