Jérémie Azou, une nouvelle vie et un premier livre


Quelques mois après l’annonce de sa retraite, nous avons rencontré Jérémie Azou pour faire le point sur sa nouvelle vie et parler du livre qu’il a écrit, « Une médaille à la faim ! ». 

Jérémie, est-ce que tu as des regrets par rapport à ta décision d’arrêter l’aviron ? Aucune chance de te revoir en compétition dans les années à venir ?

Aucun regret. Ça a été un soulagement d’arrêter ma carrière. Les contraintes et les sacrifices du haut niveau me pesaient trop. J’ai tenu 10 ans à cette cadence, pas de quoi culpabiliser. Le « gros » problème, c’est qu’on ne peut pas faire du haut niveau à moitié. C’est ce qui a aussi motivé mon arrêt. Dès que la flamme commence à s’éteindre et que le plaisir n’est plus au rendez-vous, il faut raccrocher. Surtout si on a d’autres centres d’intérêts et d’autres projets en tête, c’était mon cas. Donc non, aucune chance de me revoir ramer en compétition.

Est-ce qu’il y a des choses qui te manquent ? Comme la compétition ?

Ce qui me manque, ce sont les copains et l’ambiance. C’est la raison pour laquelle j’ai commencé l’aviron, c’est donc celle qui manque à la fin. La compétition ne me manque pas, car je vois surtout le travail et les heures d’entraînement qu’il faut pour arriver à ce niveau.

As-tu suivi les championnats de France bateaux courts ? Un mot sur le skiff poids léger ?

Bien sûr, j’ai tout suivi. Je n’ai pas pu faire le déplacement à Cazaubon, mais j’ai regardé toutes les courses juniors et séniors. J’étais collé devant mon ordinateur. C’est de mieux en mieux filmé, c’est chouette de pouvoir suivre à distance quand on n’a pas l’occasion d’être sur place.

En Skiff PL, Pierre s’impose logiquement, même si sa préparation hivernale a été perturbée par des blessures. Derrière c’était ouvert, il y avait beaucoup de prétendants. Thomas (Baroukh) fait un beau championnat. Il a su arriver en forme et être prêt techniquement le jour J, ce qui fut moins le cas chez certains de ses adversaires. Avec la densité de la catégorie, la différence se joue souvent ici.

Comment est née l’idée de ton livre « Une médaille à la faim ! » ?

L’idée est née en 2012. J’ai commencé à écrire pour ne pas oublier toutes les galères du régime, mais aussi pour partager mon expérience aux jeunes. Pour éviter qu’ils commettent certaines erreurs que j’ai pu faire. J’ai d’abord écrit des fragments. C’était au compte-gouttes, en fonction de ce que je vivais au jour le jour. Plus j’écrivais et plus je constatais que certaines expériences de vie étaient communes à celles de mes patients (ceux qui faisaient des régimes). C’est à ce moment que j’ai compris que mon livre pouvait toucher au-delà du microcosme de l’aviron. Il m’a fallu de l’aide par contre pour organiser et faire la synthèse de tout ce que j’avais écrit. Ce fut un gros gros travail.

Qu’est-ce que les lecteurs vont retrouver dans ce livre ?

Il ne s’agit pas d’une biographie, même si beaucoup d’éléments y sont rattachés. Il est plutôt question de régime ici. Il s’adresse à toute personne cherchant à perdre du poids ou ayant déjà fait un régime (rameur ou non sportif). Il s’agit d’un retour d’expérience où les anecdotes viennent illustrer et nourrir les propos. Je parle en définitif de mes galères avec le régime, des techniques mises en place et des enseignements que j’en ai tirés. J’y formule des conseils, mais c’est un partage d’expérience avant tout.

Peux-tu nous expliquer le titre « Une médaille à la faim ! » ?

Pendant l’écriture, j’ai fait une longue liste des titres possibles. Je l’ai ensuite fait lire à mon entourage pour avoir leur avis. Ils m’ont aussi fait des propositions. Trois titres sortaient du lot. C’est lui qui a finalement été retenu. Le jeu de mot permet au titre de coller au texte, mais aussi à mon actualité (retraite). Il est évocateur à tout niveau. C’est ce qui lui donne sa force je trouve.

En plus de ce livre et de ton travail de kiné, as-tu d’autres projets ?

Comme d’habitude, j’ai plein d’autres projets. Le suivant cherchera à créer en France un énorme réseau de rameurs. L’idée est d’aider les étudiants dans leur formation universitaire. Il ne s’agira pas d’accompagnement financier, il sera question de parrainage pour aider l’athlète dans sa recherche de stage ou dans son cursus, avec le tutorat par exemple. Cette démarche se fera sur la base du volontariat. Les futurs parrains pourront s’inscrire ou se désinscrire à n’importe quel moment. Je suis en train de réfléchir à quelque chose qui serait facile d’utilisation, peu contraignant pour tous, et sécurisant surtout les données personnelles.

J’aurais besoin d’aide car je ne pense pas avoir les compétences requises en informatique pour créer le site en question. Toute aide est la bienvenue, voici mon mail.

Le premier livre de Jérémie Azou, « Une médaille à la faim ! » sera disponible le 29 mai. Il est déjà possible de le pré-commander en cliquant sur le bouton ci-dessous. 

Nicolas Jacquemard

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire le plus populaire
Commentaire avec le plus de réponse(s)
1 Nombre d'utilisateurs
elise Utilisateurs récents
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
elise
Invité
elise

Merci, pour ce livre je commande tout de suite, j’ai eu déjà de bon résultat grâce a ça ( -2 kilos )
voici le lien : https://bit.ly/2IrlbpV