Nous suivre

Aviron

JO de Tokyo : Un quota de plus pour la France en aviron

Publié

le

JO de Tokyo : Un quota de plus pour la France en aviron
Photo World Rowing

AVIRON – QUALIFICATION OLYMPIQUE – L’équipe de France ne repartira pas bredouille de Lucerne (Suisse). C’était la dernière chance de se qualifier pour les Jeux Olympiques et les Tricolores présentaient quatre bateaux. Malheureusement, seul un sur quatre a réussi à décrocher son ticket.

Un première depuis 1988

C’est une petite surprise mais une belle ! Le quatre de couple féminin décroche sa qualification, historique après une absence de plus de trente ans. Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti savaient que pour se qualifier, il fallait tenir les Australiennes. En effet, à la lutte dans le premier 500, elles ont dû ensuite batailler contre les Norvégiennes pour prendre une des deux premières places qualificatives. Et c’est lors de l’enlevage que les Françaises ont été les plus fortes.

Pour les autres embarcations françaises, ce fut plus compliqué. Le quatre sans barreur échoue à la troisième place derrière le Canada et l’Afrique du Sud. Benoît Demey, Benoît Brunet, Thibaut Verhoeven et Dorian Mortelette voient leur qualification s’envoler d’autant que c’était la dernière course pour Dorian Mortelette, double médaillé olympique.

Ça ne passe pas non plus pour le deux de couple masculin. Après avoir terminé deuxièmes de leur demi-finales, Hugo Beurey et Victor Marcelot terminent 4èmes de la finale et laissent la qualification aux Canadiens et aux Tchèques.

Dernier bateau en lice, le quatre de couple masculin n’a pas eu plus de réussite. Passés par les repêchages, Stanislas Desgrippes, Albéric Cormerais, Bastien Quiqueret et Benjamin Haguenauer, n’ont pu faire mieux qu’une 6ème place en finale. C’est l’Estonie et la Russie qui se qualifient. Il y aura donc 5 bateaux français aux Jeux Olympiques !

 


Journaliste/rédacteur depuis octobre 2020 - Si mon plus vieux souvenir de sport aurait pu m'en dégoûter, la finale de la Coupe du monde 2006 a été tout le contraire. Véritable déclencheur d'une passion qui aujourd'hui ne fait que grandir avec le temps, mon leitmotiv est la France qui brille ! Je relate les exploits passés et présents du sport bleu-blanc-rouge sans ménagement depuis octobre 2020. Sport valide ou handisport, aucune différence, il n'y a que du sport et plusieurs façons de le pratiquer.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une