L’avenir grenoblois est dans le pré #50 : Morgan Vacchino, le travail porte ses fruits


Chaque semaine, la section espoirs du FC Grenoble rugby viendra vous parler de son actualité, de ses entraînements ou encore de ses matchs dans sa chronique « L’avenir grenoblois est dans le pré ». Pour ce nouvel épisode, c’est Morgan Vacchino, troisième ligne du FCG espoirs, qui revient sur le début de saison de son équipe et évoque ses ambitions pour la suite. 

Morgan, une lourde défaite face au Stade Toulousain lors de votre dernier match, comment l’expliques-tu ?

Ils ont aligné une très grosse équipe avec que des très bons joueurs et nous, on a pas été à la hauteur dans le sens où on a déjoué collectivement. On a oublié tous nos principes collectifs et ce qui faisait notre force depuis le début de saison, être rigoureux par rapport au plan de jeu et aux petits détails. Contre une équipe de ce niveau, cela ne pardonne pas.

Cela ne remet pas en cause votre bon début de saison, qu’est-ce qui selon toi fait votre force cette année par rapport à la saison précédente ?

L’année dernière, nous avons eu de grosses difficultés en mêlée alors que cette année, elle a été dominante, sauf à Toulouse, cela permet d’avoir beaucoup de ballons. Et oui, cette saison, tout le groupe a mis une grosse intensité, comme l’an dernier, mais en y ajoutant de la rigueur collective, c’est ça qui a fait la différence sur plusieurs matchs, on a fait attention à tous les détails importants qui peuvent faire basculer un match.

Aujourd’hui, l’objectif est clairement de jouer les phases finales en fin de saison ?

Oui, c’est de finir dans les deux premiers pour jouer ces phases finales. Le chemin est encore long, il reste huit matchs à jouer face à des équipes qui commencent à nous connaître et savent comment nous jouer, on sera attendu. A nous de remettre de l’intensité et de la rigueur collective pour confirmer notre bon début de saison et espérer se qualifier.

Tu as joué deux matchs avec l’équipe première en Coupe d’Europe, est-ce que tu peux nous raconter ces expériences ?

C’était vraiment cool à vivre, c’est une aventure et une belle expérience pour moi dans le sens où c’était un peu inattendu. Cela m’a permis de découvrir le niveau au-dessus et voir la barrière qui existe entre notre catégorie des espoirs et les professionnels au niveau des détails ou de l’intensité, c’était un grand moment de vivre ça et ça fait progresser. En plus, on a battu les Harlequins, c’était un grand moment.

Quelles sont tes ambitions pour 2019 ?

Avec les espoirs, je veux aller chercher ces phases finales et ne pas gâcher ce bon début de saison par une deuxième partie en demi-teinte. Et oui, pourquoi pas refaire quelques matchs avec les professionnels.

Il y a eu le décès d’un de vos adversaires, Nicolas Chauvin, joueur du Stade Français Espoirs. Un mot par rapport à cela ? Est-ce que c’est quelque chose à quoi vous pensez dans l’équipe ?

J’ai eu l’occasion d’en discuter avec des gars de l’équipe. Déjà, c’est hyper triste ce qui est arrivé, et puis on se dit que cela aurait pu arriver à n’importe qui dans notre équipe, moi y compris. On a tous été touchés car même si on ne le connaissait pas personnellement, il faisait partie de la grande famille des espoirs. Cela ne nous crée pas de peurs, mais forcément, cela nous fait vraiment réfléchir.

Pour finir, c’est toi qui est à l’origine de cette chronique, il y a plus d’un an. Après déjà 50 épisodes, qu’est-ce que cela a apporté au groupe ?

Déjà merci beaucoup, c’est cool de faire ça pour nous. Et oui, je trouve cela vraiment bien car ça permet de faire parler de nous, que ce soit collectivement ou à titre individuel. Les gens ont pu découvrir qui sont les joueurs qui forment cette équipe et comment vivait notre groupe de l’intérieur. J’espère qu’elle durera le plus longtemps possible.

FC Grenoble Rugby Espoirs

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des