Nous suivre

Rugby à XV

Le Super Rugby débute ce week-end : Tour d’horizon des forces en présence

Publié le

Photo Icon Sport

SUPER RUGBY – La compétition de clubs la plus prestigieuse de l’hémisphère Sud reprend ses droits ce weekend. Le Super Rugby a connu une mutation d’importance l’année dernière, et des doutes subsistent sur ce nouveau format. Point de situation à l’aube de la première journée, pour savoir qui succèdera au palmarès aux Blues d’Auckland.

Après une édition 2020 stoppée net à cause de la Covid-19, le Super Rugby avait redémarré l’an passé avec des changements importants. Les franchises sud-africaines avaient quitté le navire avec pour projet de rejoindre le United Rugby Championship, compétition regroupant les meilleures équipes écossaises, galloises, irlandaises et italiennes. Cela n’a pas été concrétisé pour l’instant. La franchise argentine des Jaguares a elle été écartée pour des raisons économiques, et ce sont donc les Australiens et Néo-Zélandais qui restaient seuls engagés dans cette compétition.

Une nouvelle formule mitigée et donc repensée

Ainsi, ce sont cinq équipes de chaque pays qui composaient ce Super Rugby nouvelle formule. En premier lieu, chaque nation voyait ses franchises s’affronter en match aller-retour dans deux championnats distincts, le Super Rugby AU pour l’Australie et le Super Rugby Aotearoa pour la Nouvelle-Zélande. Après deux titres honorifiques distribués, tout ce beau monde se retrouvait pour cinq affrontements inter-nations, débouchant sur une finale entre les deux premiers du classement. Les Auckland Blues avaient ainsi remporté le trophée en dominant les Otago Highlanders. À noter que lors des 25 affrontements entre clubs des deux pays, 23 ont été remportés par les Néo-Zélandais.

Vous l’aurez compris, les organisateurs tâtonnaient pour relancer cette compétition autrefois référence. Pour l’édition 2022, on aura de nouveau droit à une poule unique, renforcée par deux nouvelles équipes censées représenter les îles du Pacifique: les Moana Pasifika et les Fijian Drua. Quinze journées de saison régulière auront lieu, avant que les huit premiers se retrouvent lors de quarts de finale. Ce format tend à revenir vers celui qui a initialement fait le succès de cette compétition.

Les équipes et joueurs à suivre

Les Auckland Blues seront les premiers favoris à leur propre succession, puisqu’ils ont conservé la majeure partie de leur effectif, et qu’ils ont de plus récupéré Beauden Barrett, probablement le meilleur ouvreur du monde, qui revient à la maison après un an d’exil au Japon. Le départ du deuxième ligne Patrick Tuipulotu au Japon n’a cependant pas été comblé, mais l’arrivée du treiziste Roger Tuivasa-Sheck, réputé pour son jeu spectaculaire, vaudra le coup d’œil. Le nouvel entraineur Leon McDonald, légende du rugby néo-zélandais, aura pour mission de prolonger leur domination.

Leurs victimes en finale, les Otago Highlanders, s’appuieront notamment sur leur inusable ouvreur Aaron Smith pour rester dans les équipes dominantes. Les Waikato Chiefs se sont contentés de récupérer Brodie Retallick pour densifier leur paquet d’avants. Quant aux Canterbury Crusaders, franchise la plus titrée de la compétition (10 victoires), sera encore à prendre au sérieux grâce notamment à sa ligne arrière menée par les internationaux Will Jordan et Richie Mo’unga, et leur huit de devant renforcé par l’Argentin Pablo Matera, infatigable défenseur. L’ancien du Stade Français sera d’ailleurs titulaire dès le premier match.

Du côté australien, ce sont les Queensland Reds qui représenteront la meilleure chance de leur nation. Menés par l’éternel James O’Connor, ils tenteront de ramener le trophée en Australie pour la première fois depuis 2014. Les Melbourne Rebels, avec l’excellent ailier Andrew Kellaway, vont essayer de réussir enfin une performance marquante. Quant aux New South Wales Waratahs, ils enregistrent avec plaisir le retour de leur capitaine Michael Hooper, et vont en profiter pour tenter de jouer les premiers rôles. Les deux équipes du Pacifique sont là pour apprendre, et également tenter de mettre en valeur le niveau de jeu de cette partie du monde. Cependant, toutes ces équipes semblent avoir un train de retard sur les franchises néo-zélandaises.

Beaucoup de stars du rugby de l’hémisphère Sud seront encore engagées cette année dans cette nouvelle mouture du Super Rugby, même si certains grands noms (Will Genia, Quade Cooper, Colin Slade) ont préféré le lucratif championnat japonais. Néanmoins, le retour de joueurs comme Beauden Barrett ou Michael Hooper est une bonne nouvelle pour la compétitivité de cette compétition, tout comme l’arrivée de deux nouvelles franchises. Reste désormais à stabiliser la formule, pour que le Super Rugby, autrefois si réputé, redevienne la compétition référence du rugby de clubs / franchises aux quatre coins du globe.

John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une